mercredi 22 septembre 2010

Où je frôle le sans-faute

Ce soir se tenait l'assemblée générale de ma copropriété. Je m'étais fixé deux missions à remplir à cette occasion: ratatiner verbalement mon syndic qui a brillé par son inefficacité ces 14 derniers mois, et convaincre les autres propriétaires de financer l'intervention du spécialiste anti-fourmis. Pour la première, j'avais des arguments béton et un discours en plusieurs points, construit et répété mentalement d'innombrables fois au cours de l'année écoulée. Remontée comme un coucou suisse j'étais. Concernant le succès de la seconde, j'avais un léger doute: en règle générale, les gens répugnent à mettre la main au porte-monnaie quand le problème présenté n'a aucune conséquence pour eux dans l'immédiat.

Pourtant, la réussite fut éclatante sur toute la ligne. Si personne ne conteste le vote des personnes présentes dans les deux mois à venir, le spécialiste anti-fourmis officiera au printemps prochain. J'attends de voir si la vieille grincheuse du premier, qui n'assiste jamais aux AG mais qui est toujours contre tout, ne va pas se manifester. Mais quand bien même, j'aurai fait tout ce qui était humainement possible pour résoudre cette affaire. Et je gage que Mr. H, qui n'a pu que bredouiller des excuses bidon incapables de masquer sa négligence, se montrera un peu plus diligent la prochaine fois qu'il aura affaire à moi. A titre de garantie, j'ai d'ailleurs pris la présidence du conseil de copropriété. Comme dirait Francis le blaireau farceur: et hop!

En sortant de chez le syndic, j'ai trouvé un message sur la boîte mail de mon portable: mon billet de train oublié à Bruxelles et posté lundi matin par Chouchou venait d'arriver chez ma tante, hourra! De retour chez moi, je me suis dit que tout ça méritait bien une pizza, et dans un grand élan de témérité, je me suis même risquée à tenter une nouvelle garniture: L'Italia, soit tomate-jambon cru-gorgonzola. Sur le coup, je n'ai pas pensé que j'aime manger les restes le lendemain matin au petit déjeuner, que je devais me lever tôt demain pour aller chez le dermato et que le fromage bleu à 8h du matin, bof. D'un autre côté, les Krisprolls/beurre salé/confiture de poire de ma maman, c'est pas pour les chiens.

Mais en parlant de dermato... Comme je passais devant ma porte d'entrée, j'ai aperçu du coin de l'oeil une liste des choses à faire cette semaine que j'avais accrochée là lors de mon précédent séjour, fin août. "22 septembre - 11h, dermato; 18h, AG de copro". Ah. Je l'avais pourtant marqué dans mon agenda à la date du 23, ce rendez-vous. Je téléphonerai demain matin à l'ouverture du cabinet histoire de vérifier, mais j'ai bien peur de devoir reporter à dans trois mois pour cause de blonditude aiguë.

2 commentaires:

stupidboy a dit…

Mais tu es rousse tu ne peux pas souffrir de blonditude aiguë :).

Anonyme a dit…

Et vlan dans les gencives ! Ils n'ont qui bien se tenir maintenant ! Sylvie-québec