samedi 14 août 2010

Death Ride à l'Atomium

Ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de se jeter du haut du plus célèbre monument belge.
(Non, pas le Manneken Pis, ce serait tout de suite vachement moins impressionnant.)

A 14h40 cet après-midi, Chouchou et moi sommes arrivés au pied de l'Atomium où nous avons docilement payé 25€ chacun avant de faire la queue environ un quart d'heure pour que les gens de Belventura nous équipent d'un harnais et d'un gros mousqueton. Ce qui m'a laissé tout le temps de lever la tête et de constater que, ah ouais, quand même, c'est haut ce machin. Et c'est normal que la descente ait l'air beaucoup plus raide que sur les photos? Bon, pas de panique, ce sont des professionnels, ils savent ce qu'ils font, et ce n'est pas la première année qu'ils organisent ça. S'il y avait eu des morts, la ville de Bruxelles n'aurait sans doute pas permis qu'on réitère l'expérience.

Une dame a emmené six d'entre nous vers l'ascenseur qui conduit au restaurant situé dans la plus haute boule de l'Atomium. Là, nous avons monté un petit escalier métallique en colimaçon qui nous a fait déboucher dans la structure même du monument. L'espace était hyper confiné, et j'ai commencé à me sentir oppressée. Une dernière échelle qui n'en était même pas une - juste des très grandes vis faisant office d'appuis pour les pieds - et j'ai émergé à l'air libre. Devant moi, Chouchou était déjà assis de l'autre côté de la balustrade, au bord du vide. Pas le temps de réfléchir ou de paniquer: un monsieur me débitait des instructions à toute vitesse, et j'ai pensé qu'il valait mieux les écouter. Tandis que Chouchou s'éloignait le long de la double corde, je me suis mise en place à mon tour; j'ai passé mes mains dans les sangles et agrippé celles-ci au-dessus de mes poignets; je me suis allongée sur la boule et... j'ai glissé dans le vide.

Et ben laissez-moi vous dire que niveau sensations, c'était hyper décevant. Ca n'allait pas assez vite pour avoir fût-ce une toute petite montée d'adrénaline, et en même temps, c'était trop rapide pour pouvoir profiter de la vue. En tout, la glissade jusqu'en bas n'a duré que 20 secondes, et arrivée à la moitié, comme tous les autres gens que j'ai vus passer avant ou après moi, j'ai vrillé et me suis retrouvée dos à l'arrivée. Pas cool de foncer sans pouvoir s'arrêter vers un endroit qu'on ne voit pas. Je me disais que c'était probablement comme pour le saut à l'élastique et qu'on devait s'arrêter non pas à terre, mais un peu au-dessus et être ensuite descendus par quelqu'un, et j'avais raison. Donc, pas de bobo, mais pas de frisson non plus. La plus grande sensation que j'ai eue pendant cette descente, ça a été la traction sur mes bras. Bof.

En plus, les appareils photos étant interdits pour des raisons de sécurité évidente, je pensais qu'il y aurait forcément quelqu'un à l'arrivée pour prendre chaque participant en photo et lui vendre 10 ou 15€ un mauvais cliché tiré à la minute sur une imprimante laser. Que nenni. Rhalala ces sportifs, aucun sens du commerce. Résultat: une expérience un peu décevante dont il ne subsistera pas de trace matérielle. Mais je pourrai dire sans mentir que je me suis jetée du haut du plus célèbre monument belge.
...Non, pas le Manneken Pis.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Effectivement, dans l'idée de la tyrolienne, il existe des sites ou au moins tu profites du paysage (Je pense aux tyroliennes parce que je n'ai jamais réussi à finir dans une autre position que celle ou l'on voit son point de départ et l'on se tortille pour éviter de se réceptionner avec le dos... ou alors quelque chose m'échappe depuis le début ^^°)
Si c'est de la sensation que tu cherchais, il me semble qu'il existe une très grande tyrolienne qui se descend harnaché non pas assis mais sur le ventre, dans les Vosges...

Mélusine

ARMALITE a dit…

Niveau sensations, je crains malheureusement que rien n'égale le parachute ^^

Quant au problème de la position, j'ai demandé à un des types de l'organisation en redescendant; apparemment, il faut ouvrir un genou sur le côté pour faire pression au vent. J'aurais bien aimé qu'on me le dise quand j'étais encore en haut... :-S

Anonyme a dit…

Ici Zoeeo

Moi je me suis cassée la gueule il y a quelque temps dans mon escalier, et question sensations, je recommande! J'en ai eu pour mon argent... puisque le ride était gratuit;
Recette: cirer vos escaliers en bois puis descendez-les en pantoufles, légère oomme une sylphide - ou une grosse vache, si vous préférez.

Pas la peine de se jeter du haut d'un machin bizarre pour 25 euros. Et le toubib, lui, il est remboursé!

Emilie a dit…

Nveau sensation je suis un peu craintive et en plus j'ai le vertige. Inutile que j'essaie lol

C'est dommage qu'il n'y ai aucune photo c'est vrai!

Les tests de Gridou a dit…

Ta dernière phrase... Morte de rire =DDD

Pascale a dit…

Qu'il est beau votre Atomium!! Quand on l'a visité en février 2003 (nos dernières vraies vacances!!), la rénovation commençait, il était tout terne...