jeudi 17 juin 2010

L'impossible dilemme

Suite aux violents orages d'avant-hier dans la région de Monpatelin, Titou s'est rendu ce soir à mon appartement pour voir s'il n'y avait pas eu d'inondation... et rapporte que c'est passé tout près. Selon lui, l'eau serait montée jusqu'aux volets de la porte-fenêtre de mon salon; il s'est trempé jusqu'aux chevilles pour déboucher mon tuyau d'évacuation.

Alors bien sûr, je pourrais juste pousser un gros soupir de soulagement et me dire qu'une fois de plus, je l'ai échappée belle. Mais la vérité, c'est que pour autant que je l'aime, cet appartement commence à me peser sur le moral et sur le porte-monnaie. Quand je n'y suis pas, je me ronge d'inquiétude en songeant à ce qui peut s'y passer en mon absence. Quand j'y suis, je n'y reste jamais assez longtemps pour m'occuper de son entretien. Ca fait plus d'un an que le détendeur de ma bouteille de gaz de ville est cassé et que je n'ai jamais la possibilité de faire venir un plombier pour le changer; résultat: je ne peux manger que des trucs préparés au four ou au micro-ondes. Je ne parle même pas du balcon à refaire, ni des fenêtres et des volets qu'il faudrait remplacer. Tout cela réclame du temps que je déteste passer loin de Chouchou, et des sous que je dépense en billets de train ou d'avion pour faire la navette Bruxelles-Monpatelin et payer un demi-loyer en plus de rembourser un crédit immobilier.

Je sais qu'à terme, le plan était de partager notre année entre la Belgique et la France, mais ce n'est pas pour du court terme ni peut-être même pour du moyen, et je suis en train de m'user les nerfs avec cet appartement qui me cause bien plus de soucis qu'il ne m'apporte de plaisir. D'un autre côté, le lâcher poserait aussi tout un tas de problèmes:
- un mic-mac administratif pas possible si je devais me domicilier en Belgique alors que je gagne mes sous en France
- un déménagement à organiser sur Bruxelles, parce que même si je bazardais tout mon mobilier et mon électro-ménager en double, j'ai une pièce entière remplie de bouquins à Monpatelin, et jamais ils ne tiendraient dans nos 55m² actuels
- la perte du filet de sécurité matériel que représente, quand même, un bien immobilier que j'aurai fini de payer dans 7 ans 1/2
- la perte du filet de sécurité émotionnel que représente le fait de pouvoir me dire à tout moment: "Si ça se gâte entre Chouchou et moi, je ne suis pas obligée de subir, j'ai un endroit où me réfugier"
- la nécessité de retrouver toute une panoplie de médecins qui me conviennent à Bruxelles alors que j'ai mis des années à dénicher un super généraliste, un chouette dentiste et une gynéco avec qui je me sens à l'aise
- l'éloignement des amis que j'ai encore à Monpatelin, notamment Etre Exquis et Kiki et sa famille auxquels je suis très attachée.

Bref, ce n'est pas une décision facile à prendre, et que je garde ou que je revende cet appart', il y aura des conséquences pénibles à gérer à un moment ou à un autre. Je crois que je regrette l'époque où j'étais simple locataire, un peu plus fauchée sur le papier mais l'esprit infiniment léger... Plus les années passent, et plus je rêve d'être capable de vivre avec trois fois rien: une garde-robe minimaliste et des affaires de toilette faciles à remplacer, quelques souvenirs personnels qui tiendraient dans un petit coffre, un PC portable sur lequel je conserverais mes photos, mon courrier et mes écrits, et basta. Si je me sens bien quand je voyage, c'est aussi parce que la vie est beaucoup plus simple quand on doit se débrouiller avec le contenu d'une valise. On est obligé d'aller droit à l'essentiel et de ne pas s'encombrer de superflu.

J'aimerais me faire le cadeau de cette liberté. Et d'un autre côté, il se trouve que j'aime posséder de vrais livres dont je peux caresser le papier, collectionner les chaussures à talons et les boîtes à thé de toutes les couleurs, rapporter de l'étranger plein de bibelots dont je m'entoure pour faire de mon chez-moi une mini tour de Babel... Que toutes ces choses ne sont pas seulement un fardeau matériel et mental; qu'elles m'apportent aussi un vai plaisir. Je devrais peut-être apprendre le détachement. Ou trouver un moyen de gérer mon angoisse chronique.

6 commentaires:

Cécile de Brest a dit…

Et pourquoi ne pas le louer ?
Bien sûr, ça ne résoud pas le problème du stockage de tes affaires, mais au moins, il y aurait du monde dedans pour l'entretenir et ça te rapporterait des sous (pour acheter des chaussures, par exemple).
Nous c'est ce qu'on a fait, en faisant appel une agence (qui a toute notre confiance, parce qu'il faut se méfier des arnaqueurs), qui gère tout pour nous et tout se passe très bien.

ARMALITE a dit…

Plusieurs personnes me l'ont suggéré, mais en fait, la seule chose que ça me permettrait de conserver, c'est le côté "investissement immobilier". Je serais quand même obligée de me domicilier en Belgique, de déménager mes affaires, etc.

Ladypops a dit…

Et d'engager un "homme à tout faire" pour ton appartement ?

Quelqu'un qui gère les petits soucis, comme par exemple le débouchage de ton balcon. Et qui, va jeter un oeil à ton appartement de temps en temps. Tu serais rassurée et le fait que quelqu'un l'entretienne t'éviterais certains frais.

Je ne vois pas le besoin que tu as de garder ton appartement comme quelque chose de superflu. A ta place, je ne le laisserai pas tomber.

ARMALITE a dit…

Ce ne serait pas une mauvaise idée, je ne vois juste pas trop à qui confier cette tâche.

Pour le coup, je regrette presque de ne pas être restée en bons termes avec mon ex qui habite juste à côté ^^

(Mais je vais quand même voir avec mon ancienne femme de ménage si on ne pourrait pas arranger quelque chose...)

Miss Sunalee a dit…

Et vendre ton appart pour en racheter un du côté de Lille par exemple, en tous cas tout près de la frontière belge. Vous pourriez y aller le w-e en voiture... ou alors en bord de mer du Nord - bon la météo n'est pas la même que dans le midi mais c'est toujours gai d'aller à la mer...

Anonyme a dit…

Un peu tardivement, je rejoins l'avis de Cécile : louer est une solution, qui ne répond pas à tout mais qui te permettrait de conserver la sécurité de ton appartement "au cas où" tout en gagnant de l'argent ;) De plus, cela te laisserait un délai pour réfléchir au fait de le conserver ou non, si tu es indécise :)
Ça ne règle certes pas l'idée d'un déménagement, surtout que les livres sont toujours une des problématiques de ce genre de choses ^^° *A la recherche de cartons pour cela pour son propre déménagement*

Mélusine