mardi 11 mai 2010

L'invasion recommence

Après six heures de train, un bus raté à un cheveu près, une demi-heure d'attente à la gare routière et une grosse heure et quart pour me rapatrier jusqu'à Monpatelin, je n'espérais que deux choses: que l'appart' soit tel que je l'avais laissé la dernière fois en partant, et qu'il y ait du Coca Light au frigo.
Il y avait. Ravie, j'ai posé la bouteille sur le plan de travail pour me servir.
C'est alors que je l'ai aperçue, minuscule point noir se détachant sur un carreau bleu lavande.
Une fourmi.
Les antennes frémissantes. Pétant la forme.
Non. Nononononononon. NON!
J'ai balayé le plancher du regard. Plein de petits cadavres gisaient sur le carrelage blanc.
J'ai foncé dans le salon attenant et scruté le sol. Il y en avait partout. Certaines bougeaient encore. J'ai écarté le canapé du mur. Là, sous l'endroit où j'avais fait reboucher une fissure entre poutre et plafond il y a quelques mois, se trouvait un gros tas de sciure vert-bleu (?) et un monticule de fourmis recroquevillées, immobiles.
J'ai fait le tour de l'appart'. J'en ai trouvé dans toutes les pièces, de moins en moins nombreuses au fur et à mesure qu'on s'éloignait du salon, mais bien présentes.
Dans la mezzanine qui me sert de chambre, aussi. Derrière mon lit, que je n'ose plus désormais laisser collé au mur: je suis phobique des insectes et les imaginer me ramper dessus la nuit me provoque limite une attaque de panique.
J'ai foncé sur mon téléphone pour appeler le syndic. Soit le gars que j'ai prévenu du problème mi-juillet dernier, qui m'a envoyé un expert fin août et qui depuis, bien que l'expert ait prévenu que les fourmis dans les charpentes bouffaient l'isolant des toitures, n'a absolument rien fait. Malgré plusieurs coups de fil qui ne m'ont jamais permis de lui parler (apparemment ça passe peu de temps à son bureau un syndic), et une lettre recommandée furibarde en début d'année.
Je suis tombée sur un répondeur. "Nous informons notre aimable clientèle que nos bureaux sont ouverts de 8h à midi et de 14h à 18h."
J'ai regardé l'horloge du micro-ondes. Bien sûr, il était 18h10.
La bonne nouvelle, c'est que pour l'instant, je suis très calme. Je n'imagine pas mon corps recouvert d'une masse grouillante de fourmis carnivores et dévoré tout cru à la faveur des ténèbres. Je suis juste en train de marmonner le discours bien senti que je vais servir à mon syndic demain.
...S'il ne fait pas le pont de l'Ascension.

5 commentaires:

Ladypops a dit…

Ouille ! Bien du courage... j'ai vécu une situation du genre... En rentrant chez moi après 1 jour d'absence j'ai retrouvé un grappe de fourmis ailées vivantes (il devait y en avoir minimum une cinquantaine agglutinées) à l'entrée de ma cuisine et mes placard rempli de fourmis. J'ai passé deux jours à tout vidé, mettre des pièges et cacher les aliments sucrés dans des boîtes hermétiques. L'année suivante, quand je les ai vu pointer le bout de leur nez... j'étais très contente de déménager :D

Ou je suis actuellement, j'en ai eu au sous-sol sous l'escalier et j'ai stressé. Le temps d'aller chercher une petite boîte anti-foumis, j'ai remarqué 2 Pholcus (petites araignées) au dessus de l'endroit ou elles sortaient et un petit monticule de fourmis mangées... Ce sont les seules araignées que je tolère dans ma maison parce que depuis qu'elles sont là, je n'ai plus de fourmis au sous-sol...

Bref, avec toutes mes histoires je n'ai pas vraiment fait avancer le smilblick. Je te souhaite donc de bien te défouler demain et de vite régler ton problème.

Anonyme a dit…

De Zorro:
Armalite, je sais pas si mon astuce marchera quand il y a tant de fourmis, mais essaie de mettre une barrière de sel fin aux endroits où elles arrivent. Normalement, ça leur fait rebrousser chemin, et c'est écologique. ça règlera pas le pb dans les charpentes, c'est sûr, mais ça pourrait limiter l'invasion chez toi. Chez moi ça a marché. Et comme tu n'es pas tout le temps dans Tonpatelin, laisse une barrière assez importante en partant.Et, bien sûr, mais je suppose que tu le fais déjà, ne laisse rien de sucré derrière toi.
Ladypops: TOUTES les araignées sont bénéfiques, car elles bouffent aussi les mouches, qui sont peut-être les animaux les plus nuisibles qui existent, et les plus sales (d'une merde ou d'un cadavre à ton steack, c'est pas très ragoûtant...) Et dans nos régions, aucune araignée n'est dangereuse, au pire une rougeur pendant quelques heures.

Ladypops a dit…

Zorro, je suis totalement d'accord avec toi ! Elles font un travail formidable quand elles sont... dehors... :D
Plus sérieusement, je suis arachnophobe et j'ai la chance de vivre à côté d'une ferme. J'ai donc des tégénaires mesurant environ 5 cm de diamètre. Même mon beau-papa recule devant ces demoiselles (oui, j'avoue un jour tétanisée dans mon sous-sol je l'ai appelé aux secours). Quand il ne s'agit pas de tégénaire, je demande aux gens qui m'entourent de les mettre dehors, je ne les tue pas. Pas parce que je ne peux pas, mais vraiment parce que je ne leur veux aucun mal et que je peux très bien m'occuper des mouches sans elles. Heureusement, ma peur, m'a permit d'en apprendre énormément sur les araignées. Voilà pourquoi, je me suis habituée aux Pholcus.

Je ne doute donc pas de leur utilité et de leur importance, je n'irais jamais les embêter dans leur milieu naturel, mais, lorsque je me retrouve tétanisée devant une araignée pendant 5 minutes avant de pouvoir retrouver mon souffle et oser bouger, permets moi de ne pas les aimer.

Cécile de Brest a dit…

Je te comprends tout à fait, je déteste les insectes moi aussi.
Mais il a fallu que je compose avec eux depuis que je vis en Guyane parce qu'ici, c'est un peu leur royaume !
Nous avons ce que l'on appelle les "fourmis sucre" qui se précipitent chez toi en bande dès qu'un peu de nourriture reste traîner ou bien un peu de vaisselle sale. Ce qui oblige à avoir une maison irréprochable, c'est le bon côté de l'affaire.
Et encore, je ne parle pas des blattes qui font la taille des vaches... !!!

celle qui passe a dit…

Oui pour se débarrasser des fourmis : Mettre de l’huile essentielle de citron sur leur passage, ou encore des quartiers de citron.