mercredi 10 mars 2010

"Of bees and mist"

Je croyais avoir tout vu en matière de belle-mères toxiques. C'était avant de faire la connaissance d'Eva, l'un des personnages principaux du premier roman d'Erick Setiawan...

Meridia grandit dans une maison où il fait toujours glacial quelle que soit la température extérieure. Une brume ivoirine en garde la porte et tourmente les visiteurs. Chaque soir, une autre brume, jaune celle-là, emporte son père Gabriel vers une mystérieuse destination, et chaque matin, une brume bleue le redépose sur le seuil de leur demeure. Meridia ne comprend pas pourquoi son père semble la haïr, et c'est très rarement qu'elle parvient à arracher sa mère Ravenna au voile d'oubli et d'indifférence qui l'enveloppe. A seize ans, pendant le Festival des Esprits, Meridia tombe amoureuse de Daniel, un jeune joaillier au visage radieux. Elle ne tarde pas à l'épouser et à s'installer dans la maison apparemment si chaleureuse de sa belle-famille. La désillusion sera cruelle. Très vite, une âpre lutte de pouvoir se noue entre Meridia et Eva, la redoutable matriarche qui use d'un essaim d'abeilles pour contrôler son entourage...

Avec son atmosphère de conte de fées pour adultes (mais un conte de fées tragique), "Of Bees and Mist" m'a happée dès le premier chapitre pour ne me lâcher qu'au mot "fin", 500 pages plus tard. Je lui dois quelques nuits très courtes - sans regret, tant il est rare que je m'absorbe à ce point dans un roman. Il n'est pas encore traduit en français à ma connaissance, mais je le recommande chaudement à toutes les anglophones parmi vous.

Aucun commentaire: