jeudi 8 janvier 2009

Soldes d'hiver 2009 - Episode 2: Hot & cold in Paris

Avec un gros quart d'heure de retard dû aux conditions climatiques déplorables, le Thalys m'a déposée hier matin à Paris où il faisait, à vue de nez congelé, au moins cinq degrés de plus qu'à Bruxelles. J'ai commencé ma journée par le shopping hors soldes: un passage au Temple du Scrap (sur le chemin duquel j'ai fait une inspection rapide - et infructueuse - des Manoukian et Etam de l'avenue du général Leclerc), et un crochet par Arkham pour récupérer les comics accumulés dans ma pochette depuis début novembre (soit trois Buffy, un Echo et le premier numéro du nouveau Phonogram).

C'est avec un sac déjà fort lourd et encombrant que je me suis lancée à l'assaut du boulevard Haussmann. Comme prévu, le Printemps était bondé et les rayons en bordel total. Ne trouvant pas le courage de me lancer à la recherche du fameux pantalon noir, je me suis concentrée sur ma quête de cachemire. Chez Maje, j'ai trouvé un adorable petit pull indigo avec le genre de col arrondi légèrement bateau que j'affectionne, ultra-doux, avec un tombé impeccable. Soldé à - 40%. Je l'aurais bien pris dans une autre couleur, mais ça devait être du deux fils tout au plus et la marque n'a pas une réputation de très grande qualité en matière de cachemire, donc j'ai joué la prudence. Chez Bérénice, le seul modèle qui me plaisait ne contenait que 20% de cachemire et n'était soldé qu'à 20%; de plus mes cheveux longs auraient caché le joli hibou imprimé dans le dos. J'ai quand même craqué pour un top à manches longues également indigo, également tout-mou-très-doux, qui sera parfait pour porter sous un pull. Dans la cabine d'essayage, j'ai retiré mon gros pull gris qui commençait sérieusement à faire étuve et l'ai fourré dans mon sac avec mes achats précédents. Malgré ça, j'ai grimacé quand j'ai dû remettre mon manteau par-dessus mon T-shirt. Je suis passée devant chez Zadig&Voltaire sans un regard pour leurs cachemires hors de prix qui, paraît-on, se transforment en serpillère dès le premier lavage. Au rez-de-chaussée, j'avais envie de fouiller le rayon accessoires en quête d'un bonnet en grosse maille, mais je me suis égarée du côté des sacs à main et n'ai pas eu le courage de rebrousser chemin à travers une foule compacte et de moins en moins polie. Moi-même, sauf gros accrochage, j'avais cessé de dire pardon aux gens que je bousculais depuis une heure environ. Je suis passée au second magasin Printemps pour quelques petites courses beauté, hors soldes évidemment. Chez Kiehl's et L'Occitane, j'ai vainement cherché pour Chouchou un after-shave dont l'odeur ne me ferait pas froncer le nez. Chez Shu Uemura, j'ai fait l'emplette d'un flacon de la fameuse huile démaquillante au thé vert, un produit soi-disant miraculeux (et pour l'avoir essayé sur ma main, je suis assez encline à croire la rumeur) qui me fait envie depuis que j'ai recommencé à me maquiller "sérieusement". Chez Paul & Joe, j'ai été toute contente d'apprendre qu'il restait encore quelques tubes du rouge à lèvres Velveteen sorti en édition limitée pour les fêtes et vanté par Anne-So sur Cachemire et Soie.

Il me restait encore une heure et demie avant de devoir reprendre le chemin de la Gare du Nord. J'étais partagée entre l'envie de me traîner jusque chez Garrice, à Saint-Paul, pour voir s'ils n'auraient pas les Chie Mihara que je n'avais pas réussi à trouver chez Boccacci, et une grosse flemme de me taper un trajet en métro supplémentaire. Finalement, j'ai opté pour la solution de facilité en décidant d'aller faire un tour aux Galeries Lafayette voisines - et ce, bien que je n'apprécie guère ce magasin trop sombre et fouillis à mon goût. Au rayon Jodhpur (une marque maison), j'ai trouvé plein de jolis pulls en cachemire pas mémères, mais pas soldés non plus et uniquement dans des tailles gigantesques. Une excavation méthodique m'a néanmoins permis de mettre la main sur un adorable modèle rouge avec un décolleté bateau et de petits boutons sur les épaules, le seul 2 qui restait dans tout le rayon. Embarqué. Alors que je traînais la patte entre les autres stands du premier étage en attendant 18h30, je suis tombée sur un stand Cop Copine. A Toulouse, j'avais repéré deux pulls qui, bien que pas en cachemire, me plaisaient beaucoup. Je les ai cherchés, sans succès. Cop Copine fait visiblement partie de ces marques qui, au lieu de profiter des soldes pour vider leur rayon des modèles dépareillés qui leur restent, font rentrer en grande quantité des modèles bien précis à vendre moins cher. Ca ne m'a pas empêchée de dégoter un top à manches longues sympas, noir avec des inscriptions rouges et blanches, que j'ai essayé en plein rayon pour cause d'engorgement des cabines. Non, ça ne m'a pas dérangée de me mettre en caraco devant tout le monde: à ce stade de la journée, les gens étaient tellement hébétés qu'ils ne faisaient plus attention à rien.

Je suis rentrée à Bruxelles semi-satisfaite de cette journée. Mais nous allons à Anvers samedi, et la météo a même prévu une température positive, donc tous les espoirs restent encore permis!

2 commentaires:

M.Poppins a dit…

Pour chouchou, Lush fait une très chouette crème de rasage "après-rasage" qui se nomme "Prince Triple Orange". L'avantage de cette crème c'est que tu n'as pas besoin d'after shave (qui pue en règle générale)... Et il me semble avoir lu à quelque part que tu étais sensible à l'odeur de l'orange....

(http://www.lush-shop.ch/prince-triple-orange-blossom-100g.396.html)

ARMALITE a dit…

Oh la bonne idée! J'adore mes produits Lush, et il n'y a pas de boutique à Bruxelles mais il y en a une à Anvers où nous allons demain... Je note! Merci!