mercredi 29 octobre 2008

De la féminité

Sur l'un des blogs que je suis, une jeune femme souffrant du syndrome MRKH (c'est-à-dire née sans utérus ni vagin) pose aujourd'hui la question: "Qu'est-ce que la féminité?".

Franchement, je serais bien en peine d'y répondre. Oui, je suis une fille, une femme, un être humain de sexe féminin. Mais pour moi, c'est juste une donnée biologique. Ca ne définit en aucun cas ma personnalité. C'est vrai que j'aime les robes et les talons hauts; cela dit, la plupart du temps, je me balade en blouson de cuir noir et en bottes de moto. C'est vrai que je suis capable de jouer les chattes et les séductrices si l'humeur m'en prend, mais j'ai aussi de grands accès d'autorité et même de machisme, parfois. C'est vrai que je pratique pas mal de loisirs typiquement féminins, comme le scrapbooking, mais je kiffe aussi les sports extrêmes et l'adrénaline qui va avec. C'est vrai que je peux avoir un côté super maternant avec les gens que j'aime, mais à côté de ça, je n'ai aucune envie de faire des enfants. Si je m'amusais à dresser la liste de tous mes traits de caractère répartis en deux colonnes, il y en aurait autant de soi-disant féminins que de soi-disant masculins. Je ne suis pas plus attirée par un sexe que par l'autre, et je pense que si j'étais née avec un chromosome Y à la place d'un X, je ne serais pas une personne très différente. Il y aurait juste moins de chaussures dans ma penderie - et encore, ce n'est même pas sûr!

Il fut une époque où les rôles homme/femme étaient clairement définis et avaient leur raison d'être. Logique que les plus costauds aillent chasser le bison; logique que celles capables d'allaiter restent à la caverne avec les gnomes. Mais aujourd'hui, dans les pays occidentaux civilisés, hommes et femmes jouissent des mêmes droits. Grâce aux progrès technologiques et à l'évolution sociale, ils peuvent, si ça leur chante, mener exactement la même vie*. Partant de là, je ne comprends pas pourquoi on s'obstine encore à faire dépendre notre identité de notre configuration physique. Ce n'est jamais qu'une façon comme une autre de ranger les gens dans des cases, de leur seriner qu'ils doivent être ceci ou cela, se comporter comme ceci et surtout pas comme cela s'ils veulent être acceptés. Voilà pourquoi en ce qui me concerne, le concept de féminité est hors de propos**: avant d'être une femme, je suis moi - un individu dont le sexe n'est qu'une caractéristique parmi beaucoup d'autres, et même pas une des plus représentatives.

*A l'exception de l'enfantement qui reste le "privilège" des femmes... Pour combien de temps encore?
**Si un(e) anglophone connaît une meilleure traduction pour "irrelevant", je suis preneuse.

3 commentaires:

oloncin a dit…

irrelevant : non pertinent ?

ARMALITE a dit…

c'est juste, mais non pertinent me donne envie de basculer sur impertinent qui n'a pas du tout le même sens!

Ju a dit…

Quelques suggestions :

inadapté, inadéquat, impropre.