samedi 6 septembre 2008

Môdite des transports en commun

Pleine de bonnes résolutions et d'envie de pouvoir rapidement m'offrir mon mini-Twee, j'ai décidé hier soir de me rendre à l'aéroport non pas en taxi comme d'habitude, ce qui me coûte dans les 38 euros, mais en bus + navette: coût total de l'opération, 3,90 euros, soit déjà un dixième de sac économisé. Ca me faisait partir de chez moi une heure plus tôt, mais quand on aime, on ne compte pas. Ou si, justement.
Ca avait l'air d'une bonne idée. Mais je n'ai pas tardé à m'apercevoir que si le bus mettait trois quarts d'heure pour effectuer un trajet de sept kilomètres en ligne droite, c'était parce qu'il faisait mille détours par les lotissements du coin et décrivait une grosse boucle pour rejoindre son terminus de la gare routière. Or, il se trouve que j'ai grave le mal des transports. J'ai failli descendre en cours de route pour vomir sur le trottoir. Un vrai supplice. Mais j'ai tenu bon.
...Pour voir, au moment où le bus entrait dans la gare routière, démarrer sous mon nez la dernière navette de la journée en direction de l'aéroport.
Du coup, j'ai dû prendre un taxi pour la deuxième moitié du trajet.
Arrivée à l'aéroport, j'avais toujours la nausée. A l'enregistrement de ma valise, j'avais toujours la nausée. Chez le marchand de journaux et de Kit-Kat Chunky au chocolat blanc, j'avais toujours la nausée. Assise dans l'avion, j'avais toujours la nausée. Mais je n'y pensais plus qu'à moitié. "La température extérieure est de moins 46°", a annoncé, un quart d'heure après le décollage, notre jovial commandant de bord. Problème: il ne devait pas faire beaucoup plus chaud à l'intérieur. Avec mon débardeur et ma petite veste d'été, j'étais frigorifiée. J'ai réclamé une couverture à une hôtesse: il n'y en avait pas. "J'espère que vous avez bien profité de votre séjour dans le sud de la France, a poursuivi notre toujours aussi jovial commandant de bord, car à Bruxelles, il fait actuellement 15°". Vie de merde.
Nous nous sommes posés avec 25 mn d'avance. Chouette, hein? Sauf qu'après, nous avons attendu nos bagages trois quarts d'heure. Que j'ai passés à me reprocher d'avoir oublié mon passeport à Monpatelin, et à prier le dieu des voyageurs pour que ma carte d'identité suffise à me permettre d'embarquer pour le Danemark dans dix jours.
Les voyages forment la jeunesse. Mais parfois, ils mettent rudement à l'épreuve les nerfs des quasi-quadras.

Aucun commentaire: