samedi 5 juillet 2008

"Wall-E"

J'avais tout plein de bonnes raisons de ne pas aller voir ce film: exception faite de l'excellentissime "Ratatouille", je ne suis pas fan des productions Pixar; les histoires de robots dans un monde post-apocalyptique, c'est pas franchement ma tasse d'huile de vidange; et on m'avait dit qu'il n'y avait pas une seule parole pendant les 45 PREMIERES MINUTES.
Mais j'avais une raison encore meilleure d'y aller: Chouchou en crevait d'envie et me jurait sur ses grands dieux que ça allait être génial. Soit.
Au final, "Wall-E" est bien mieux que génial. C'est une oeuvre visionnaire, alarmiste mais ni barbante ni dénuée d'espoir, qui critique intelligemment les travers de la société américaine à grands renforts d'humour percutant et de tendresse jamais mièvre. La scène de parade nuptiale dans l'espace est un petit bijou de poésie cinématographique. Et techniquement, c'est d'une qualité à couper le souffle, même pour moi qui déplore la systématisation de la 3D dans les dessins animés. D'ailleurs la seule chose qui n'ait pas l'air réelle dans "Wall-E", ce sont les humains.
Du rire, de l'émotion, de la virtuosité, un message intelligent: que demander de plus à un film?
Et comme si ça ne suffisait pas, "Wall-E" est précédé d'un bonus inattendu: l'hilarant court métrage d'animation "Presto", dans lequel un magicien et son lapin se livrent un duel de chapeaux communicants. Je ne m'étais pas esclaffée de la sorte depuis bien longtemps.

Aucun commentaire: