mardi 8 juillet 2008

Louise High Heels


A l'occasion du premier dimanche des soldes, une course d'un genre un peu particulier avait lieu avant-hier dans l'avenue Louise: il s'agissait de sprinter sur cent mètres avec des talons aiguille (minimum 7 cm de haut, maximum 1,5 cm de large) pour remporter 10 000 euros de shopping. L'idée d'y participer m'avait vaguement effleurée - je crois l'avoir déjà dit ici, je ne suis jamais la dernière quand il s'agit de faire une connerie -, mais je craignais la cohue; et surtout, même avec des baskets aux pieds, ma célérité n'est guère supérieure à celle d'une limace neurasthénique. Néanmoins, je trouvais l'idée amusante et potentiellement génératrice de photos sympa. Hawk et moi avons donc été faire un tour sur les lieux pour assister à l'événement.

Là, nous avons été assez surpris de voir une foule de manifestants anti-sexisme qui brandissaient tout un tas de pancartes furibardes. J'avoue que leur revendication m'a laissée perplexe. Pour moi, le sexisme, c'est quand on fait subir un préjugé ou qu'on cause du tort à quelqu'un en raison de son sexe. Pas quand la personne en question choisit, sans y avoir été obligée, d'adopter un comportement stéréotypé.

Sur son site internet, l'association Respire dénonce, je cite: "les caractères humiliant, sexiste, consumériste et normatif de cet évènement". Humiliant? Chacun est libre de se ridiculiser en se tordant les chevilles sur un tapis rouge s'il en a envie. Consumériste? Pfff, si on veut dénoncer le consumérisme, c'est aux fondements même de la société occidentale qu'il faut s'attaquer - pas à une poignée de commerçants qui cherchent, de manière somme toute assez légitime, à se faire de la pub, et à quelques filles assez joueuses pour tenter de profiter de l'occasion. Normatif? Alors là, je me marre vraiment. Il y a bien longtemps que l'immense majorité de mes consoeurs a remisé ses escarpins au placard pour cavaler confortablement chaussée de baskets, de ballerines ou, à la limite, de sandales compensées pour allier surélévation et stabilité.

Et puis surtout, autant je trouve louable de se battre pour que les gens ne soient pas obligés de se conformer à une norme quelconque et puissent exprimer leur individualité de toute manière ne nuisant pas à autrui, autant se battre pour les forcer à renoncer à une norme - et donc, développer une norme opposée ! -, c'est juste la forme bien-pensante du fascisme. Même si, dans nos riches pays d'Europe, nous avons théoriquement obtenu une égalité de droits entre hommes et femmes, il reste encore du boulot pour faire appliquer l'égalité des chances, je suis d'accord. Se battre pour abolir le fameux "plafond de verre" dans l'entreprise, par exemple, me paraît une cause digne d'intérêt. Se battre pour empêcher des femmes libres de porter les chaussures de leur choix et de se déplacer avec à la vitesse qui leur sied, ce n'est pas essayer de leur donner plus de droits mais tenter de leur imposer une nouvelle obligation inverse.

3 commentaires:

Wendy a dit…

J'ai participé au concours (pour rire hein, comme toi, je suis plus du genre tortue..) et j'ai été surprise aussi par les manifestants. Une dame est venue me distribuer un tract en disant : "Il y a d'autres obstacles dans la vie d'une femme que cette course". Ce à quoi j'ai répondu que c'était pour s'amuser qu'on faisait ça, pour rire ; là, elle me dit : "Tu riras bien quand ton mari te battra et quand tu auras des inégalités salariales..." Euh ? Qu'est-ce que ?

Je n'ai pas trouvé ça humiliant du tout (bon, je ne suis pas tombée non plus ^^), et sexiste.. Euh ? Ca va quoi, on s'amuuuuuuuse et s'il y a un cadeau à la clef c'est encore mieux ! Je trouve vraiment que cette manifestation n'avait pas sa place. Qu'ils se concentrent pour des choses vraiment importantes ; là, ça fait plus tempête dans un verre d'eau.

ARMALITE a dit…

Oui, le problème de ces manifestants, c'est qu'ils mélangeaient tout et n'importe quoi. Et en s'excitant après cette pauvre petite course, ils desservaient le combat contre les vraies inégalités.

Anonyme a dit…

"Pas quand la personne en question choisit, sans y avoir été obligée, d'adopter un comportement stéréotypé."

D'accord, mais symboliquement, organiser une course en talons aiguilles uniquement pour les femmes est problématique. Ou alors qu'on organise une version hommes de cette course, avec talons aiguilles bien entendu. ;-)

Il devait également y avoir une "garderie pour hommes" avec jeux vidéos qui finalement n'a pas pu être organisée.

Pourquoi pas une course en talons et/ou des jeux vidéos pour ceux et celles qui le souhaitent, sans distinction de sexe ?

Pour moi, le sexisme, c'est aussi partir du principe qu'un comportement est réservé à un sexe, et censurer en quelque sorte ceux dont le comportement ne correspond soi-disant pas à leur sexe.