vendredi 13 juin 2008

Kiva, la suite


La semaine dernière, je vous parlais de Kiva, un site génial par l'intermédiaire duquel on peut prêter de l'argent à un micro-entrepreneur du tiers-monde.
Et bien voilà, je viens de me créer un profil et de choisir mes deux premiers bénéficiaires: une dame assez âgée qui élève du bétail au Tajikistan, et une coopérative de 5 femmes qui font du commerce de nourriture en Ouganda. Les dossiers sont nombreux et, j'imagine, tous méritants. Au départ, j'avais envie de soutenir un projet d'agriculture en Afrique - peut-être parce que pour moi, l'image suprême de la pauvreté, ce sont les gens qui meurent de faim dans des régions atrocement arides, et que l'on aurait pourtant les moyens techniques de rendre cultivables. Mais curieusement, au croisement de ces critères, il n'y avait rien. J'ai donc coupé la poire en deux en optant pour un projet agricole (l'élevage est classé dans cette catégorie) en Asie et un projet non-agricole mais néanmoins liée à l'alimentation en Afrique.
Le site est vraiment bien fait; il donne des informations détaillées sur les destinataires, les conditions dans lesquelles ils vivent, l'utilisation qu'ils comptent faire de l'argent, leur fiabilité si c'est leur deuxième emprunt ou plus par le biais de Kiva, etc. Les projets sont, comme je le disais plus haut, très nombreux, mais on peut les trier selon différents critères: le continent, le sexe du destinataire ou son secteur d'activité, et les classer, par exemple, en fonction de la somme encore nécessaire à leur financement. Le prêteur connaît par avance le plan de remboursement, et donc la date à laquelle il récupèrera ses sous. Pour le paiement, je suis passée par Paypal mais je n'ai pas regardé s'il y avait d'autres options. Si vous comprenez l'anglais et que vous avez envie de faire un geste de solidarité réellement utile qui, au final, ne vous aura rien coûté, je vous encourage vivement à aller faire un tour sur le site de Kiva.
Photo: un article sur le site paru dans le Glamour américain du mois de juin. Pour info, j'avais entendu parler de Kiva pour la première fois dans un autre magazine féminin - un Elle français de l'an dernier me semble-t-il.

5 commentaires:

Un Homme a dit…

Une sorte d'hypermarche de l'humanitaire quoi. C'est parraine par Bernard Ockrent au-moins? ;)

ARMALITE a dit…

Tu sais que le cynisme vis-à-vis d'absolument tout, ça finit par être gonflant?

Malena a dit…

Je trouve que c'est une belle et bonne initiative, ça l'ai simple comme tout, je vasi prendre le temps d'aller regarder.

Un Homme a dit…

Je ne suis pas cynique vis-à-vis de tout; mais un système qui permet de redonner en partie d'une main ce qu'on prend de l'autre et le présenter comme une idée formidable est, en soi, un merveilleux exemple de cynisme à mon sens.

La critique n'est bien sûr pas dirigée vers toi ou ceux qui pensent réellement accomplir un geste positif alors qu'ils ne font somme toute que prolonger un système mortifère.

Bon, j'arrête parce que je suis gonflant, je sais... ;)

ARMALITE a dit…

La critique n'est bien sûr pas dirigée vers toi ou ceux qui pensent réellement accomplir un geste positif alors qu'ils ne font somme toute que prolonger un système mortifère.

J'adore qu'on me parle avec condescendance comme si j'étais une bécasse.
Tu es toujours "contre" tout. Je suis d'accord avec une bonne partie de tes critiques à l'encontre du système, mais on ne peut pas passer son temps à être négatif. Y'a aussi un moment où il faut être "pour" quelque chose, si imparfait que ce soit, et essayer à son échelle modeste de faire un peu avancer le schmilblick.