dimanche 25 mai 2008

Le blues du dimanche après-midi

Voilà, Soeur Cadette et David sont dans l'avion qui les ramène à Toulouse. Et j'ai beau savoir qu'on se revoit dans moins de deux mois, j'ai un peu le blues. Ca me mine gentiment de vivre si loin de ma famille alors que je connais des tas de gens qui habitent tout près de la leur et ne la voient jamais par manque de motivation. Moi j'adore la mienne, et je déteste que nos moments ensemble soient aussi rationnés.
Reste que, comme le fait remarquer Hawk pour me remonter le moral, ce furent quatre jours formidables, pleins de ronflements et de fou-rires, de balades et de shopping dans le centre-ville ou le quartier du Châtelain, de prises de tête parce que le 60 ne passe pas à l'arrêt De Brouckère ou que notre location Cambio a été déplacée à la station Janson, de grimaces concentrées pendant les duels de Guitar Hero et les démolitions de tours à Boom Blox, de files d'attente pour prendre l'ascenseur de l'Atomium, de furetage au Palais des Thés pour trouver de nouveaux mélanges ou dans les rayons de Filigranes à la recherche de cadeaux pour mes neveux, de photos jolies et/ou rigolotes impossibles à rapatrier sur un ordinateur parce que David a oublié le cordon de l'appareil numérique, de fraises au chocolat blanc Godiva, de cheeseburgers au Balmoral, de gaufres chantilly au Drug Opera, de pizzas Mamma Roma et de Poulycroc-frites.
Résultat: malgré les kilomètres de marche en compensées Garrice qui m'ont fait craindre l'amputation du tiers avant de mes deux pieds, la Wii Fit vient de m'annoncer que j'avais pris 1,3 kilo en 4 jours. Glups. Pour me consoler, j'ai boulotté le Cha-Cha que j'avais acheté au Relay de l'aéroport et oublié de donner à Soeur Cadette histoire qu'elle emporte une dernière gourmandise belge dans son sac.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

argh la pizza patate huile de trufffe, mmmmmmmmmmmmmmmh, rien que d'y penser j'en ai l'eau à la bouche!

Anonyme a dit…

Pizzas........??????????????!!!!!!!

ARMALITE a dit…

Putain j'entends des voix... Même qu'on dirait celle de mon beauf...