jeudi 1 mai 2008

Embellie vespérale

(...Je sais, je suis nulle en titres.)
Hier après-midi, j'avais rendez-vous à la clinique où je suis née et où j'ai subi mes trois opérations sous anesthésie générale pour une visite de contrôle qui m'angoissait légèrement. Une heure d'attente dans un couloir stérile à lire le Glamour américain (pour moi) ou à découvrir le Mah-Jong sur DS (pour Hawk). Et au final, le verdict rassurant de ma gynéco: mon endométriose semble sous contrôle et je n'ai pas plus de risque que n'importe qui de développer un cancer du col de l'utérus. Je ressors de là le pas bien plus léger. Comme pour se mettre au diapason de mon humeur, la pluie a cessé de tomber et le ciel commence à se découvrir.
Nous faisons un tour au centre commercial. Premier magasin à droite: la FNAC. Hawk s'offre une bédé hommage à Gotlib tandis que je note le titre d'un roman japonais à acheter quand il sortira en poche. Nous regardons les appareils photos numériques: les deux nôtres doivent être changés, mais nous n'avons pas trop les sous en ce moment. Tant pis, ça attendra. Premier magasin sur la gauche: un Go Sport où nous faisons l'emplette d'un tapis de sport pour les exercices de gym sur Wii Fit. Nous cherchons aussi un pantalon de yoga pour homme, mais en vain. Apparemment, si tu es muni d'une paire de gonades, tu n'as le choix, pour faire du sport les fesses couvertes, qu'entre des moches survêtements ou des shorts de footballeur XXL. En même temps, un hommes avec des jolies fesses qui se dandine devant moi en boxer moulant, je trouve ça assez sexy, donc ce n'est pas demain la veille que je lance ma propre ligne pour pallier ce manque. Deuxième magasin sur la droite: je craaaque pour les adorables ballerines Volcom repérées le mois dernier; elles sont disponibles dans ma pointure, very Elise Flannigan, et elles passent en machine. "En plus, 58 euros, c'est même pas cher", commente Hawk dont les critères financiers diffèrent étonnamment selon qu'il s'agit de mes dépenses ou des siennes.
Bon, on ne va pas continuer à faire toute la galerie en achetant un truc dans chaque boutique: il doit y en avoir 150, dont une demi-douzaine de bijouteries; ça risque de faire cher à la sortie. Un petit tour chez Carrefour pour prendre de quoi petit-déjeuner jusqu'à vendredi et la réouverture de Champion, et il est déjà l'heure de rejoindre Etre Exquis au salon de thé.
Quand nous émergeons à l'air libre, le soleil a fait son retour, et Hawk peut étrenner les lunettes de soleil qu'il vient de s'offrir. Cette fois, nous nous sentons vraiment en vacances. Amatrice de températures modérées (je ne supporte ni la chaleur ni le froid), je savoure la brise tiède en poussant de petits soupirs de bonheur. Etre Exquis est particulièrement élégant aujourd'hui avec ses Olivers People et sa veste en tweed. Hawk et moi commandons un goûter crapuleux: une tranche de brownie presque fondant au milieu, une autre de cake et une de brioche toastée, plus une madeleine, le tout maison et accompagnée de beurre, de marmelade artisanale et de fromage blanc vanillé. Pas difficile de comprendre pourquoi cet assortiment porte, sur la carte, le nom de "tant pis, je ne dîne pas ce soir". Nous arrosons tout cela avec un délicieux thé vert parfumé.
Vers 18h40, c'est parfaitement repus que nous remontons vers la gare pour mon rendez-vous épilation. Je laisse Hawk (et ma DS) à une terrasse de café avant de monter chez mon esthéticienne. Je la trouve rayonnante: elle a un nouveau petit ami de dix ans plus jeune qu'elle, absolument merveilleux mais... qui part s'installer en Thaïlande pour 3 à 5 ans fin mai. Je la félicite de n'avoir pas hésité à sortir avec lui quand même: tous les petits bouts de bonheur sont bons à prendre, et on ne sait jamais quelles surprises réserve la vie. En sortant de chez elle, Hawk et moi nous précipitons à la gare routière et attrapons de justesse le bus qui va nous ramener à Monpatelin à temps pour la Nouvelle Star.
L'émission terminée, nous mettons en place la Wii Fit pour notre séance de gym quotidienne. A une heure et demie du matin, nous sommes encore en train d'imiter un arbre ou une chaise, de courir sur place, de boxer le vide, de nous tortiller pour maintenir une demi-douzaine de cerceaux virtuels en l'air et de nous trouver extrêmement mignons déguisés en pingouins. Demain, le réveil risque d'être tardif...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Pourquoi cette, apparente, passion pour la FNAC?

ARMALITE a dit…

Parce que c'est la seule grande librairie qui existe à proximité de chez moi et qu'elle est facile d'accès. Mais la plupart de mes achats de bouquins, je les fais par correspondance sur Amazon.