samedi 29 mars 2008

Panne des sens

Très peu de temps après que je sois venue m'installer à Bruxelles, un problème de santé inopiné a fait que notre vie sexuelle jusque là extrêmement intense est tout d'un coup passée au quasi point mort. Imaginez une Ferrari qui ne peut subitement plus rouler qu'en première et vous aurez une petite idée de l'effet produit.

Or, le couple que je forme avec Hawk s'est fondé sur nos libidos hypertrophiées et passablement tordues. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui me faisaient redouter la vie à deux. La familiarité et la disponibilité engendrant fatalement une forme d'ennui, je craignais soit qu'on parte dans des délires de plus en plus intenables pour entretenir le désir à toute force, soit qu'on retombe dans l'apathie qu'on avait tous deux connue sur la fin avec nos précédents partenaires. Et qu'on réalise qu'au-delà de notre merveilleuse entente sexuelle, on n'avait finalement pas grand-chose en commun.

C'est tout le contraire qui s'est produit. Oh bien sûr, la frustration n'a pas manqué de pointer le bout de son nez et de provoquer un ou deux accrochages. Mais dans l'ensemble, la situation nous a surtout permis de nous rendre compte que le sexe n'était qu'une toute petite partie de ce qu'on partageait. Que nos sentiments ne dépendaient que très peu de ce que nos corps pouvaient se faire ou non. Que notre relation n'était pas juste basée sur le cul, mais aussi sur l'écoute, la compréhension, le respect des blessures et des blocages de l'autre, un besoin constant de se parler et d'échanger des idées, une envie commune de créer, une dynamique qui fait ressortir le meilleur de chacun de nous et nous donne envie d'avancer en tant que couple et qu'individus.

Et même si je me serais bien passée de le découvrir de cette façon, savoir cela est immensément rassurant.

Aucun commentaire: