samedi 8 mars 2008

Foire du Livre de Bruxelles

Passablement échaudée par mes dernières expériences au Salon du Livre de Paris (foule monstrueuse, température d'environ 60° sous hangar), je me suis pourtant laissée allécher par l'affiche de la Foire du Livre de Bruxelles. Un nom, en fait, a suffi à me convaincre d'y aller: celui de Lola Lafon dont le roman autobiographique "Une fièvre impossible à négocier" figure dans le top 10 des bouquins qui m'ont le plus remuée. Selon le site internet de l'événement, elle dédicaçait aujourd'hui entre midi et 16h. Un petit coup d'oeil aux autres invités, histoire d'amortir le déplacement. Tiens, pourquoi pas m'offrir le dernier Amélie Nothomb s'il n'y a pas trop de monde? Ses romans m'évervent par leur côté répétitif mais j'adore sa façon de parler du Japon. Et puis, il y a Frédérique Deghelt dont j'envisageais depuis un moment de lire "La vie d'une autre"; ce sera ma découverte du mois.

Une fois de plus, Hawk et moi partons donc à l'assaut de l'incontournable Tour & Taxis, sans doute l'endroit le plus mal desservi par les transports en commun dans tout Bruxelles. Coup de bol, il fait soleil et pas trop froid aujourd'hui; je n'aurais pas aimé me taper sous une pluie battante et/ou un vent glacial les 18 km qui séparent la station de métro Yser de notre destination (j'exagère un poil mais vous voyez l'idée). Nous entrons dans le magasin 4, pas trop trop de monde apparemment, ça commence bien. 7 euros l'entrée, c'est plus cher que le Salon de Livre de Paris, je trouve ça un poil abusé pour le droit d'acheter des livres au même prix qu'en magasin. En revanche le vestiaire fait payer au cintre et pas à la pièce déposée, un bon point pour eux.

Mais à l'intérieur, je déchante très vite. Frédérique Deghelt? "Ils se sont trompés sur le programme, en fait elle sera là demain", m'explique un vendeur de chez Actes Sud. Lola Lafon? "Finalement elle était là ce matin et là elle est repartie", m'informe un gentil jeune homme chez Flammarion. Quant à Amélie Nothomb, elle n'est pas difficile à repérer: une vingtaine de personnes sont plantées devant elle en train de la photographier avec leur appareil numérique ou leur téléphone portable. Pfff, c'est très brouillon tout ça. Je demande à l'une des paparazzi où est la file d'attente. Elle me désigne, de l'autre côté du stand, une immense queue qui fait un aller retour sur tout la longueur du hangar. Bon ben tant pis, j'achèterai "Ni d'Adam ni d'Eve" quand il sortira en poche, hein.

C'est peu dire que je suis déçue. Je vais me plaindre au stand info que quand même, l'organisation n'est pas au top. "Ah ben j'y suis pour rien moi", me répond l'hôtesse. Très bien, à qui puis-je m'adresser? "Aucune idée".

Nous ressortons de là une demi-heure après y être entrés. Pour me consoler, je suggère une expédition à Filigranes histoire d'acheter le dernier tome du "Combat ordinaire" s'il est déjà arrivé. Il l'est. En passant à la caisse, Hawk me signale cette petite note qui m'achève (voir photo ci-contre).

6 commentaires:

Mélissa a dit…

La chute est terrible! ;o)

Malena a dit…

J'ai récupéré deux entrées pour le Salon du Livre à APris alors je vais aller faire un tour ;)

ARMALITE a dit…

Nous y passerons aussi mais c'est uniquement parce que j'ai eu des entrées gratuites par le boulot...

Sylvie a dit…

je suis complètement heureuse de ne pas avoir eu le temps d'y passer... Tu sais qu'il y a une foire "off"? Je me demande ce que ça dit...

Anonyme a dit…

J'ai essayé de faire rectifier la date quand je me suis aperçue de l'erreur mais apparemment trop tard.
Nous nous verrons une prochaine fois. J'aime beaucoup venir en Belgique. C'est ma quatrième signature là-bas depuis que le livre est sorti et les contacts y sont chaleureux et sympathiques. Et ainsi je vous fais un petit coucou dédicace sur votre blog.
Bien à vous
Frédérique Deghelt
www.frederiquedeghelt.com

ARMALITE a dit…

Merci beaucoup pour cette précision, d'autant que l'hôtesse de l'info m'a fait le couplet "c'est pas notre faute si les auteurs qui changent leur emploi du temps au dernier moment". Quelle blague...
Peut-être vous verrai-je le week-end prochain au Salon du Livre de Paris :)