jeudi 25 octobre 2007

Sur le départ

Et voilà. Plus qu'un dodo dans mon appart avant de partir à Bruxelles. Copernique (chat femelle n°2) s'y trouve déjà, un peu paniquée par le brusque changement d'environnement et plus crampon que jamais: elle refuse de quitter les genoux de Hawk même quand il est assis sur sa chaise suédoise en pente. Scarlett (chat femelle n°1) ne pouvant pas prendre de calmants à cause de sa maladie du foie, le voyage s'annonce méga fun. Je me vois déjà traverser l'aéroport de Zaventem avec ma boîte à chat au bout d'un bras, mon ordi faussement portable au bout de l'autre et un bagage à main (mal nommé pour le coup) sur le dos. Et arrivée au tapis roulant, récupérer ma valise de 22 kilos pile. Appelez-moi la mule humaine. Ce week-end, il faudra se précipiter dans un magasin dont j'ai oublié le nom pour acheter une machine à laver et un four, puis chez Ikea pour trouver une table, une chaise de bureau et quelques bricoles supplémentaires nécessaires à mon petit confort. Et la semaine prochaine, j'attaquerai une chouette période de boulot durant laquelle je devrai traduire en un mois et demi ce qui normalement m'en prend deux et demi, voire trois.
Ne vous y trompez pas: malgré les bouleversements matériels divers et variés, je suis super excitée d'habiter bientôt Bruxelles aux trois-quarts temps. A moi les fins d'après-midi pluvieux devant un thé fumant au Comptoir Florian, les brunchs à l'Amour Fou ou chez Sucré-Salé, les après-midi dominicaux à bouquiner chez Filigranes, la prochaine soirée SM à la Porte des Sens, les grasses matinées crapuleuses avec Hawk, les aller-retour d'une journée ou d'un week-end sur Paris pour une virée shopping, un déjeuner de boulot, une expo photo ou un salon littéraire. A moi aussi la certitude que si le climat devient un peu dur à supporter, je peux toujours retourner faire le plein de soleil dans le Sud de la France. J'ai toujours eu envie de vivre entre deux endroits très différents et complémentaires; je ne pensais pas que ce rêve se concrétiserait un jour.

Et puis je suis ravie des changements qui m'ont été inspirés par ce semi-déménagement.
- La vente de ma Twingo, d'abord: je n'ai jamais aimé conduire, et pour le peu que je roulais avec, cette voiture achetée neuve me revenait très cher en crédit et en assurance. Finie la hantise de trouver un endroit où se garer, de n'avoir pas de pièces pour le parcmètre, de dépasser le temps de stationnement autorisé, de me faire tamponner par un(e) maladroit(e). Je recommencerai à me déplacer en transports en commun et en taxi. Au pire, je louerai une bagnole pour quelques jours.
- Ensuite, le vide que j'ai fait dans mon appart, et qui m'a permis non seulement de récupérer assez de sous pour financer mon déménagement, mais aussi de mieux m'y retrouver dans une garde-robe et une biblio/CD/DVDthèque qui avaient pris des proportions grotesques. C'est drôle, hein, mais depuis je me sens aimée pour de vrai, mes crises de shopping compulsif et mon besoin d'entasser des collections d'objets ayant tous la même utilité ont totalement disparu. Maintenant, si j'achète un truc, c'est parce que j'en ai vraiment besoin ou vraiment envie, parce qu'il a une fonction réelle à remplir dans ma vie (même si cette fonction n'est que de me donner du plaisir quand je le regarde). C'est sûrement l'un des aspects les plus positifs de ma relation avec Hawk, la disparition de cette boulimie qui me laissait toujours un énorme sentiment de vide après coup... et pas juste au niveau du compte en banque.
- Corollaire du précédent: je n'ai plus l'impression de devoir enfermer toute ma vie en un même lieu dont j'ai peaufiné l'aménagement afin d'obtenir ce que j'estime être la perfection en la matière. Car le problème avec la perfection, c'est qu'elle est figée. Tout changement ne peut être que négatif. Résultat, j'avais des sueurs froides chaque fois que quelqu'un venait chez moi et commençait à déplacer des objets ou même simplement à faire des plis sur le dessus de canapé. Je réalise que ça m'est passé ces derniers mois. Bien sûr, je ne lâcherais toujours pas deux enfants de moins de dix ans dans mon appart. Bien sûr, j'attacherai toujours une énorme importance à l'esthétique de l'endroit où je vis. Mais j'ai quand même gagné en souplesse, en adaptabilité par rapport au contexte matériel. Je suis désormais prête à accepter qu'au lieu d'être circonscrite dans une seule grande boîte dont je maîtrise le moindre détail, ma vie se partage entre deux boîtes dont une où je ne prendrai que 50% des décisions. Et heureusement, parce que demain... Je suis à Bruxelles avec Hawk :)

3 commentaires:

Moi a dit…

Bon voyage.
Si t'as le temps, vois pour nous placer 5 minutes dans "les aller-retour d'une journée ou d'un week-end sur Paris pour une virée shopping, un déjeuner de boulot, une expo photo ou un salon littéraire"

Un Homme a dit…

Bienvenue a Bruxelles! :)

Niana a dit…

Plein de bonnes choses pour cette nouvelle vie ^^