lundi 23 juillet 2007

Moody's blues

Je me suis réveillée ce matin avec une migraine atroce et une nausée de femme enceinte de deux mois. Comme si j'avais passé la soirée d'hier à me pochetronner au lieu de boire un bête Orangina au ciné. Il commence à faire vraiment très chaud chez moi; ce n'est pas la canicule de l'an dernier mais c'est suffisant pour me faire fonctionner au ralenti.
- Bouge de chez toi, sors, me conseille Hawk.
- Si je sors je vais dépenser des sous, et je te rappelle que je suis grave fauchée en ce moment.
- Va te mettre sur la plage avec un bouquin.
- Bonne idée pour pas avoir chaud. Et merci de me rappeler que j'ai toujours pas reçu mon Harry Potter.
Oui: avoir mal à la tête me rend sarcastique. Enfin, je veux dire, encore plus que d'habitude.
J'attends toujours les résultats de l'analyse du polype qu'on m'a enlevé la semaine dernière. Et je stresse un peu. J'ai du mal à croire à mon bonheur actuel; je passe mon temps à guetter la catastrophe qui va tout démolir. Genre, une chimio de six mois qui me clouera chez moi, me mettra en faillite bancaire et me fera perdre ma libido en même temps que mes cheveux. Je me vois déjà obligée d'aller vivre chez mes parents, éloignée à tout jamais de Hawk et de Bruxelles, chauve, bouffie et anéantie par la douleur (car contrairement à ma copine Brigitte qui a surmonté tout ça en pure warrior, je suis une mauviette absolue).
Hawk me manque affreusement. J'ai mis si longtemps à le trouver; la vie est si courte et si fragile... Il me semble que chaque jour passé loin de lui est un jour perdu. J'ai des échéances assez précises pour mon déménagement, mais les circonstances font que je dois attendre encore quelques mois. J'ai l'impression que ma vie restera en suspens jusque là, que je me contenterai de bosser et de pourvoir aux tâches du quotidien comme si j'étais anesthésiée ou absente à moi-même.

Aucun commentaire: