mardi 10 juillet 2007

Harry, un ami qui vous occupe bien

Si le monde était bien fait (ou si j'avais eu un soupçon de présence d'esprit quand ma nouvelle gynéco et moi avons fixé une date), je me serais fait opérer une semaine plus tard. Et j'aurais pu combiner ma récupération d'anesthésie générale à la lecture de l'ultime Harry Potter.

Je me souviens encore d'avoir attaqué le tout premier sur les gradins du gymnase de Saint-Martin-de-Crau. On était en janvier 2000. A l'époque, l'Homme et moi venions juste d'entamer une liaison clandestine et pour passer un dimanche avec lui, je l'avais accompagné à un stage d'aïkido réservé aux hauts gradés. Pendant que deux douzaines de gugusses en pyjama blanc et jupe-culotte bleu marine s'agitaient sur le tatami en contrebas, j'ai ouvert mon édition anglaise à couverture souple et je me suis plongée dans les aventures du petit sorcier à la cicatrice en forme d'éclair. Dès les premières phrases, j'ai été captivée. Quand les autres élèves de notre club sont arrivés deux heures plus tard pour participer au cours des ceintures de couleur, je n'avais aucune envie d'aller me changer. Je voulais rester là dans ma bulle et dévorer la suite de l'histoire.

J'ai lu les tomes 2 et 3, déjà sortis en anglais, dans la foulée. Au mois de juillet, j'ai glissé le tome 4 fraîchement paru - et jubilatoirement massif - dans ma valise avant de partir en Haute-Loire. Je m'étais portée volontaire pour veiller sur mon grand-père pendant les vacances de son auxiliaire de vie. Dans la journée, une fois les tâches ménagères expédiées (ce doit être l'unique fois de ma vie où j'ai repassé, et ce n'était même pas pour moi, admirez l'abnégation!), je m'installais à la table de la salle à manger pour bosser sur mon portable Toshiba pendant que Doudou regardait la télé avec son casque. Et le soir, dans la chambre où ma soeur et moi dormions quand nous étions enfants, je lisais jusqu'à ce que mes yeux me brûlent de fatigue. Cette fois, au moins, je n'étais pas obligée de me planquer sous les couvertures avec une lampe de poche. La première nuit, je n'ai relevé la tête qu'au lever du soleil.

J'ai savouré les tomes 5 et 6 vautrée sur le canapé de chez l'Homme, en les faisant durer le plus possible. J'ai été déçue par "L'Ordre du Phénix" et rassurée par "Le Prince de Sang-Mêlé". En attendant la sortie du tome 7, j'ai comme tout le monde échafaudé mes théories et fait mes prédictions sur la fin de la série (en fait Snape est un gentil; Harry meurt en éliminant Voldemort). D'ici quinze jours, je saurai si j'avais vu juste ou non.

A côté de ça, j'attends de recevoir le tome 2 des Gentlemen Bastards de Scott Lynch. Et je dois déjà avoir une vingtaine de bouquins qui attendent sur ma table de nuit. Plus environ 200 photos à scraper. Normalement, c'est pas cet été que je commence à m'ennuyer dans la vie.

Aucun commentaire: