mercredi 27 juin 2007

"jPod" (Douglas Coupland)

Au début des années 90, j'avais adoré "Generation X" et surtout "Microserfs", dans lesquels Coupland avait su capter à merveille le cynisme résigné des jeunes diplômés dans un marché du travail en crise, la perte de repères, de valeurs et d'idéaux qui les faisait sombrer dans une certaine forme d'apathie et les empêchait de devenir vraiment adultes. Par la suite, j'ai lu à peu près tout ce qu'il avait écrit. Et je n'ai accroché sur aucun autre de ses bouquins, à part "Girlfriend in a coma" dont le postulat science-fictionnesque était traité de manière intéressante. Mais quand j'ai vu sur la 4ème de couv de son petit dernier qu'il s'agissait d'une "suite officieuse à Microserfs", je n'ai pas résisté à l'envie de l'acheter.
Grosse déception. Les héros de "jPod" sont comme les bonshommes en Lego qui les représentent sur la couverture de l'édition américaine, ou ces personnages des jeux vidéo qu'ils créent: une liste de quirks qui ne prend jamais vraiment vie. Impossible de s'attacher à eux. Si le but de l'auteur était de faire ressentir le vide qui les habite, c'est parfaitement réussi. A part ça, histoire rocambolesque (dans la lignée de "All families are psychotic"), exercices de style lourdauds et une fausse bonne idée de Coupland : se mettre en scène lui-même en se montrant sous un jour exécrable. Bref, un bouquin pas du tout indispensable.

Aucun commentaire: