mercredi 14 mars 2007

Les aventures du chèque baladeur, part II

Le 15 du mois (date limite de ma prolongation d'autorisation de découvert) approchant et mon compte n'étant toujours pas crédité des presque 9000 euros que me doit mon éditeur, je viens d'appeler pour manifester mon mécontentement et découvrir de quoi il retournait. Tenez-vous bien: la fille qui a reçu l'ordre de me faire un virement vendredi dernier parce qu'un chèque serait trop long à encaisser vu mon absence de cette semaine a acquiescé, dit qu'elle s'en occupait de suite et préparé... un chèque qui, cet après-midi encore, attendait la signature de son responsable.
AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARGH.
L'éditrice a dit qu'elle était désolée et que la fille de la compta allait déposer dès cet après-midi une demande de virement. Qui devra elle aussi attendre d'être signée; après quoi mes sous mettront encore une semaine à arriver sur mon compte. Je suis : verte de rage. Et obligée de négocier une nouvelle fois avec mon banquier, ce qui commence à devenir 1/ ruineux en agios et en coups de fil surtaxés sur mon portable depuis la Belgique, 2/ extrêmement humiliant alors que je n'y suis pour rien. En bruit de fond dans ma tête, j'entends "L'incompétence" de Lynda Lemay.

2 commentaires:

Le Beauf a dit…

Espèce en voie d'extermination !

Petit un : je suis comptable,
Petit deux : je travaille dans une administration,
Petit trois : j'ai donc le profil idéal de l'ennemi public numéro 1 de ma belle soeur adorée, qui plus est, le seul dont elle possède une adresse valide afin de pouvoir assouvir ses pulsions (de meurtre... la précision n'est peut-être pas, ici, inutile?!).

Parole à la défense : Greffier, inscrivez!

Petit un : oui, je suis comptable, mais c'était l'histoire de faire un job pas trop con pour se faire un peu de blé facilement... Mamma mia... ERREUR !
Non, pas pour l'argent... ça encore, ça peut aller... mais quelle réputation, bordel!
Mais je ne suis pas comme la majorité d'entre eux, Messieurs les Jurés, à savoir radin, austère, pas drôle... bref, coincés du derch...!

Témoin numéro 1, à la barre :
Putain, Armalite, explique leurs que je ne suis pas comme eux, merde!!!
Italien?
Ah... le côté escroquerie, tu veux dire?
Euh?
Ouais!
Mais là, c'est pas pareil, ça compte pas... c'est la génétique!
J'y peux rien, voyez avec mes parents, bref, allez hop, circulez, y'a rien à voir!

Petit deux : oui je travaille dans une administration, oui, Messieurs les Jurés, je plaide coupable!
Alors là, comment dire?
C'est un homicide involontaire...
Monsieur l'avocat général, je vous demande, dans votre réquisitoire de plaider la cure de désintoxication et non pas la folie...
Quoi que? Encore quelque mois, et je me considère comme définitivement perdu... enfin, peut-être pas pour la science?!
Oui, je veux arrêter, je veux me réinsérer dans le droit chemin... Aidez moi, s'il vous plaît!
J'ai déjà un lourd fardeau... enfin... casier judiciaire à porter... y'a marqué fonctionnaire dedans!
Allez vous réinsérer, vous, avec ça!!!

Petit trois : écoute, Armalite, on peut s'arranger à l'amiable, je démissionne, tu m'embauches comme comptable, conseiller juridique (mais que dans le domaine professionnel... pour le personnel, en ce qui te concerne, j'ai bien peur de ne pas bénéficier de toute la jurisprudence en la matière), conseiller financier...
Pardon? Garde du corps? Euh... comment dire... disons que, là, ça va pas être possible... même si un jour j'ai vu un truc "hallucinant" dit le fameux coup du poignet!!! Si! Si! je t'assure... enfin laisse, je t'expliquerai..
Je disais?
Ah, Oui, donc pas garde du corps... mais assistant informatique... ou encore chauffeur...
Bref, tout ce que tu veux!
Et je peux te garantir que tu seras payée en temps et en heure (j'ai quelques cousins siciliens...) déduction faite de mes honoraires, bien entendu!
;)

ARMALITE (a.k.a "The Moody Monster") a dit…

Et ben dis donc, quand tu laisses un commentaire, t'y vas pas avec le dos de la cuillère, lol. Laisse-moi deviner: Soeur Cadette est à Francfort et tu t'ennuies le soir :)