dimanche 4 mars 2007

Des crimes contre la moralité

Dans le blog de Volto un peu plus tôt cette semaine, une lectrice traitait de « glauqissime » (sic) le récit pourtant assez touchant de sa première expérience échangiste avec sa copine. Qu’on ne soit pas attiré par ce genre de pratique, je le conçois aisément. Qu’on s’en offusque au nom de je ne sais quelle moralité mal placée, j’ai un peu plus de mal à l’admettre. Y’a des tas de choses que je trouve choquantes, moi. Par exemple, la poursuite de la guerre en Irak au mépris de l’opinion publique et du simple bon sens. Ou les SDF qui dépérissent de plus en plus nombreux sur nos trottoirs d’Occidentaux douillettement logés et grassement nourris (au moins une catégorie de la population qui ne doit pas songer à se plaindre du réchauffement global et de l’hiver exceptionnellement doux que nous venons de passer). Bref, ce genre de choses qui ne suscite plus qu’un très vague émoi chez la plupart des gens. Le 20h terminé ou le coin de la rue franchi, ils se hâtent d’oublier. Mais s’indignent vertueusement que des adultes consentants osent prendre leur plaisir d’une manière pas très conventionnelle. Où est le véritable crime contre la moralité ? Dans l’indifférence honteuse que nous manifestons vis-à-vis des atrocités de ce monde, ou dans des pratiques librement consenties qui ne visent que le bien-être des personnes impliquées ?

Aucun commentaire: