mardi 13 février 2007

Ne pas s'attendrir

Tout à l'heure en classant des papiers, je suis retombée sur des petits mots de l'Homme que j'avais gardés - de ceux qu'il me laissait sur la table de la salle à manger quand il s'en allait avant mon réveil ou mon retour du boulot. De ceux qui commençaient par "ma piuce savante", se terminaient par "bisous je t'aime" et étaient signés Pacsou. De ceux qui doivent dater d'avant fin 2004. J'ai repensé à son regard quand il consentait à tomber ce masque d'insensibilité cool qui me rendait folle, aux grimaces qu'il faisait pour m'arracher un éclat de rire quand je boudais, à la voix de môme qu'il prenait quand il sentait que j'étais fâchée et qu'il se savait en tort. Et j'ai réalisé que... A sa façon, il m'a sans doute aimée. Pas comme il aurait fallu, pas comme je l'aurais voulu, mais comme il a pu. En la matière, il peut peu. Ce n'est pas forcément moi qui y ai perdu le plus.
Moins d'une heure après, il m'a appelée au sujet de notre rendez-vous au tribunal d'après-demain. Comme la semaine dernière, c'était pour me poser des questions dont il connaissait déjà la réponse (ou pouvait la trouver sur internet). Comme la semaine dernière, il avait une voix d'outre-tombe. Comme la semaine dernière, j'ai eu l'impression qu'il attendait que je lui demande ce qui n'allait pas. Comme la semaine dernière, je lui ai répondu poliment, rapidement et j'ai raccroché aussitôt.
Je fanfaronne en disant que je ne lui souhaite plus que du mal et que si un camion le renversait devant moi, je ne me donnerais même pas la peine d'appeler le SAMU. C'est un mensonge. Bien sûr, je lui en veux encore de s'être comporté de manière aussi minable avec moi. Mais pour être honnête, il n'a sans doute pas de plus gros défaut qu'une incapacité à aimer vraiment aggravée par une solide lâcheté. Objectivement, il y a plus grave. Et je le connais trop bien, je l'ai trop aimé pour être devenue complètement indifférente à son sort. C'est pour ça que s'il a un problème, je ne veux pas savoir de quoi il s'agit. Parce que je sais très bien que je serais foutue d'avoir pitié de lui et d'essayer de lui donner un coup de main pour le résoudre. Il faut que je me résigne: en plus d'être blonde à l'intérieur, je suis une conne sentimentale.

4 commentaires:

Un Homme a dit…

Je pense que tu es juste humaine, ce qui, dans un monde de robots, est plutot rassurant, je trouve...

Somebaudy a dit…

Tu as des raisons de penser que son actuelle est toujours dans la course ? Peut-être qu'il a des regrets ou des remords ou les deux...

ADI a dit…

En tant que lecteur récent non impliqué, je dois dire que je te lis comme un feuilleton avec mes commentaires perso identiques à ceux qu'on peut se faire devant un bonfilm genre "attention derrière la porte" ou "Non ne descend pas à la cave, le méchant est en bas" ou "Oh lala trop fort"... Bref de mon point de vue de spectateur, Je préfère HAWK qui a l'air sympa et qui fait de belles photos.
Donc mon commentaire : "Arrête de faire ta blonde, et regarde devant toi, c'est la que ca se passe" ;-)

ARMALITE a dit…

Hawk est bien mieux que sympa et y'a carrément pas... photo avec mon ex. Non, je ne reveux pas de mon vieux baril de Calgon, je préfère garder le nouveau Dash 3-en-1 :) J'étais pas en train d'envisager de larguer qui que ce soit pour me remettre avec qui que ce soit. Je disais juste que j'arrête jamais d'aimer les gens que j'ai vraiment aimés et que dans certains cas, ça me soûle.