dimanche 15 octobre 2006

Folle de sexe? Ce n'est pas votre faute.

Des scientifiques israéliens ont en effet démontré qu'il existe une corrélation entre les variations du gène D4 qui détermine notre production de dopamine (le neurotransmetteur qui nous pousse à l'action, nous fait rechercher la nouveauté...) et notre sexualité. Selon leurs découvertes, une certaine variante induirait un effet dépressif sur le sexe, tandis qu'une autre boosterait la libido. Mais ils ont aussi estimé que seuls 30% de la population, hommes et femmes, hériteraient de la variante "dopamine boostée". Ce qui nous fait 70% d'amateurs de sexe pépère...

(G.d.A. Mol Psychiatry, dans le Isa de novembre 2006)

Au rayon des excuses qui tuent, après "c'est pas ma faute si je suis nombreuse", "c'est pas ma faute si j'ai trop de dopamine".

Aucun commentaire: