dimanche 1 octobre 2006

C'est bien la première fois qu'un ex m'inspire de tels sentiments. Je suis restée en bons termes avec tous les gens qui ont compté pour moi, même si certains ont refait leur vie et préféré s'éloigner. Je n'ai rien de méchant à dire sur aucun d'eux. Si ça n'a pas marché entre nous, c'est parce qu'on n'était pas compatibles ou parce que l'amour n'était pas assez fort, point. Et je trouvais ça génial - très adulte, très zen de ma part.
Pendant quelques mois, j'ai cru que j'allais réussir la même chose avec l'Homme malgré mon chagrin de l'avoir perdu.
Et puis non.
On dit que la haine est à la mesure de l'amour qui l'a précédée. Dans mon cas ce serait plutôt du dégoût. Si je suis bien persuadée que ma vie est (ou sera) meilleure sans lui, je n'arrive toujours pas à me défaire de ma colère, de ce putain de sentiment de gâchis pour toutes ces années dont je vois si peu de moments qui méritent d'être préservés.

Aucun commentaire: