lundi 4 septembre 2006

The universe is talking to me

Je n'étais pas encore levée ce matin quand mon assistante d'édition préférée m'a proposé de traduire pour elle un roman de littérature générale qui a l'air assez sympa. Ca m'en fera quatre l'an prochain, et ça signifie que j'arrive enfin à me diversifier - voire, à terme, que je réussirai peut-être à me dégager complètement de la fantasy. Ca prend plus de temps que je ne le voudrais, mais ça vient! Je sens bien que l'univers essaie de m'enseigner la patience...

C'est marrant. Avant de rencontrer l'Homme, je ne vivais que pour mon boulot; je faisais des horaires ahurissants et j'avais les dents qui rayaient le parquet. Du moment où on a été officiellement ensemble, j'ai décidé que ma vie privée était ma seule priorité. Avec le résultat qu'on connaît. Et aujourd'hui, c'est le boulot qui m'aide à tenir debout (façon de parler; généralement je travaille assise). Y'aurait pas comme un autre message de l'univers là-dessous? Genre: "Tu n'es bonne qu'à bosser ma fille, il serait temps de te faire une raison et de renoncer à construire autre chose à côté!".

3 commentaires:

Moi a dit…

Mieux vaut être bonne qu'à bosser que bonne cabosser !!! (c'était la phrase du jour)
(à toi Mains deshydratées ! Moi je sors)

Armalite a dit…

Vous pouvez partir vous promener ensemble. J'ai entendu dire que sur les bords de Marne c'était sympa.

Moi a dit…

Et le but c'est qu'on se jette dedans c'est ça ????