samedi 9 septembre 2006

Perdu/pas perdu

Je ne peux plus boire de thé blanc sans penser à notre voyage au Japon, ni passer par le rond-point du cimetière sans être affreusement tentée de pousser jusque chez lui pour voir s'il n'y a pas une Clio gris métallisé garée devant la maison.
Je ne retournerai jamais manger au Fenouillet qui était "notre" resto d'amoureux (adieu ma salade de rattes tièdes au foie gras et son jus de truffes!).
Je ne pourrai pas revoir "Space cowboys". Ni aucun autre film de Clint Eastwood, mais y'a que pour celui-là que ça m'ennuie.
Je zappe chaque fois qu'i-Tunes tombe, en mode aléatoire, sur "Confidentiel", "Pas toi" ou "Reprendre c'est voler". A cause de lui, j'ai paumé une bonne partie du répertoire de Goldman. (En échange, j'ai gagné l'impression qu'Alanis Morrissette a écrit "You oughta know" pour moi. J'ai pas le sentiment d'avoir fait une affaire sur ce coup-là.)
Je ne crois plus qu'il y aura un "homme de ma vie", ni que mettre tout son coeur et toute sa bonne volonté dans une relation suffise à la faire fonctionner.
Je sais maintenant que sacrifier mes ambitions professionnelles et personnelles au nom de l'amour n'était pas une bonne décision, et si je pouvais revenir en arrière je ne le ferais pas - ou en tout cas, pas pour lui.

Mais

Avec ou sans lui, Kaamelott me fait toujours autant rire.
Christine et Christophe sont encore mes amis - ils ne se contentaient donc pas de me tolérer parce que je vivais avec leur meilleur pote.
Ma passion pour la culture japonaise a survécu intacte au naufrage, et je retournerai sûrement à Tokyo un jour.
J'ai bien retenu la leçon: la prochaine fois, j'écouterai mon instinct. Et plus jamais jamais je ne sortirai avec quelqu'un qui ne sait ni faire une règle de trois ni utiliser le subjonctif. Ou qui non content de ne posséder aucune empathie ne connaît même pas la signification de ce mot.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est extrêmement dommage pour le cinéma de Clint Eastwood... Et de grâce, pourquoi seulement Space Cowboys?

ARMALITE a dit…

Parce que c'est un des rares films au monde qui me fait rire pour de vrai, même au bout du 17ème visionnage.

Sinon Clint me gonfle car il est un peu comme Alain Delon: il joue toujours le même personnage qui tire la tronche et qui dit rien.

Anonyme a dit…

Empathie c'est bien quand on est peu empoté ? Pour te remettre dans le droit chemin de la Clint-itude, une petite citation du maître, utile au boudoir : "I know what you're thinking. "Did he fire six shots or only five?" Well, to tell you the truth, in all this excitement I kind of lost track myself. But being as this is a .44 Magnum, the most powerful handgun in the world, and would blow your head clean off, you've got to ask yourself a question: Do I feel lucky? Well, do ya, punk?"

ARMALITE a dit…

Ca sent l'inspecteur Harry ça, non?

Anonyme a dit…

Evidemment ça n'a rien à voir avec les déboires amoureux, mais il faudra que tu te refasse la filmo de Clint parce que ce que tu dis est valable pour... 15-20% de celle-ci.

Anonyme a dit…

thé blanc ? beurk ! Darjeelilng rulez !

ARMALITE a dit…

En fait j'aime surtout les thés verts japonais. Je hais le Darjeeling, le Ceylan et la plupart des trucs qu'on trouve facilement dans les hôtels ou les cafés.