lundi 10 avril 2006

Après le lézard de la semaine dernière...

Hier soir, une chauve-souris s'est introduite dans la maison. Dont la porte était fermée à clé et les volets tirés. La seule ouverture existante, c'était une chattière de 15 cm de large avec un rabat plastique et une vitre à peine entrebâillée derrière.
Ou bien je vis dans un sketch de Bigard, ou bien c'est encore un coup de Casse-Couilla.

J'adore vivre à la campagne. En intérieur ville, j'ai jamais rien vu de plus intéressant comme bestiole que quelques malheureux cafards.
...Et les familles entières de souris avec lesquelles je partageais mon studio de la rue Gramat à Toulouse. C'est ma faute aussi: quelle idée d'habiter au-dessus d'un resto mexicain. Quand ce n'était pas la musique qui me tenait réveillée la nuit, c'était le bruit des souris courant dans l'obscurité autour de mon matelas posé à même le sol. Une fois j'ai pété les plombs et fui mon appart à 2 heures du matin.
...Dans le même ordre d'idée, j'allais oublier l'énorme rat que j'ai vu filer derrière le micro-ondes de mon premier logis conjugal, rue André Clément à Nantes (bah oui, je balance). Jusque là, j'avais toujours détesté les chats. Ce rat m'a convaincu de laisser le Breton adopter un gros matou rayé qu'il nourrissait en cachette depuis des semaines. Après, ça n'a plus arrêté: un deuxième gouttière, deux Sacrés de Birmanie, un Somali, un troisième Sacré de Birmanie, et aujourd'hui Casse-Couilla.
La boucle est bouclée.

3 commentaires:

Moi a dit…

Chez Moi, il y a un truc à poils roux qui court partout en poussant un drole de cri proche du roucoulement !

Le Lezard a dit…

J'ai moyennement apprécié ma captivité capillaire de la semaine dernière. Alujourd'hui, pour que justice soit faite, j'ai appelé Batman, na !

Moi a dit…

je suis ptdrrrrrrrrrrrrrrrrr