dimanche 5 mars 2006

A propos d'Ilan Halimi

Je viens de regarder le "Arrêt sur images" consacré à cette triste affaire. Après avoir passé en revue tous les éléments dont disposent les enquêteurs, les journalistes et le public, je trouve injustifiée la levée de boucliers qui s'est produite au nom d'un soi-disant antisémitisme. Les bourreaux d'Ilan l'ont enlevé en pensant que "les juifs ont de l'argent, et que s'ils n'en ont pas eux-mêmes, ils peuvent compter sur le reste de leur communauté pour le réunir" (je résume). Ce qui est un stéréotype aussi stupide que "les Suisses sont lents", "les Ecossais sont avares", "les Grecs sont pédés" ou "les Arabes sont tous des extrémistes assoiffés du sang des infidèles", mais bref. Leur motif était l'argent, pas la religion. La judaïcité de la victime n'a été qu'une cause indirecte de son calvaire. Et cela dit, même s'il s'agissait réellement de haine à l'encontre d'un peuple plutôt que de vulgaire crapulerie... L'atrocité de cet acte serait-elle en rien augmentée ou diminuée? Pour moi, les barbares méritent la peine maximum dans tous les cas - et je déplore bien qu'en France, ils n'encourent qu'une pseudo-condamnation à perpétuité.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

La peine maximale ? Je ne pense pas qu'elle dépassera le temps effectif de 20 ans, même si les jurés, soi disant souverains dans leurs décisions optent pour une incompressibilitré supérieure à ces 20 ans. C'est ça la démocratie et la justice.
Il ne faut pas oublier que la peine de mort a été abolie par nos élus et non par référendum. Je ne pense pas que le résultat eût été le même. Je pense d'ailleurs que c'est à cette époque qu'une personnalité politique a dit qu'il était des sujets trop importants pour les laisser à l'appréciation du peuple. Encore un bel exemple de démocratie ! Selon le résultat désiré on fait voter ou bien les chambres ou le peuple (je pense que le rejet de la constitution européenne a été voulu, c'est pour cela qu'on nous a daigné nous autoriser à voter).
Nous avons les hommes politiques que nous méritons.

Pour en revenir à l'affaire "Halimi" le code de procédure pénale est tel qu'un vice de procédure pourrait entraîner une remise en liberté des mis en cause. Ca s'est déjà vu. On est arrivé dans notre société à de tels points d'aberrations !

Anonyme a dit…

« Il ne faut pas oublier que la peine de mort a été abolie par nos élus et non par référendum. Je ne pense pas que le résultat eût été le même. Encore un bel exemple de démocratie ! »
Je ne pense pas que Armalite en parlant de «pseudo-condamnation à perpétuité.» ait voulu dire qu’elle était pour la peine de mort. Ou alors je serrai bien triste. Bon ok c’est le débat sans fin, mais toute personne éclairée qui s’est un peu penchée sérieusement sur le sujet de manière dépassionnée et intelligente, verra toute l’hypocrisie, la lâcheté et surtout l’inefficacité prouvée d’une organisation administrative de la mort. (cf. les usa). Que l’on ne souhaite pas longue vie à un meurtrier, soit, que les proches des victimes aient envie de le voir mort, c’est une émotion carrément légitime. Maintenant me demander d’être caution de la mort organisée, perso y a longtemps que je suis sorti de la grotte.
Quant à la démocratie… quand un pays est constitué d’une large majorité de bourrins, moi la démocratie….

ARMALITE a dit…

Bah désolée de te décevoir Nad mais si, c'est bien ce que j'avais voulu dire. Je pense que des animaux pareils ne méritent pas qu'on les traite en êtres humains... Et encore la comparaison avec des animaux est-elle injuste car eux ne s'entre-tuent pas gratuitement.

Je veux bien croire que la peine de mort n'ait aucun effet dissuasif, et je déplore évidemment les failles du système qui ont conduit à exécuter des innocents... Mais ça c'est le problème de l'erreur judiciaire, pas celui de la validité de la peine de mort.

Je suis favorable à la peine de mort pour une seule raison: face à des individus qui représentent un danger prouvé pour la société, je préfère protéger les innocentes futures victimes éventuelles plutôt que des coupables qui recommenceront si on les laisse sortir de prison, ou qui coûteront de l'argent au contribuable dans le cas contraire.

Bien sûr je pense qu'il faudrait avant tout faire de la prévention, et que dans la plupart des cas, même après que malheur soit arrivé, il est possible de réinsérer un criminel. Mais certains actes de barbarie pure appellent un châtiment définitif.

Anonyme a dit…

Armalite, tu me coupes l'herbe sous le pied, mais bon, c'est bien mieux exprimé que je ne l'aurais fait. D'ailleurs je ne pensais pas non plus que tu parlais de peine de mort en parlant de peine maximale.
Dans l'absolu, si la perpétuité était effective et sans AUCUNE possibilité d'y échapper, je conçois éventuellement qu'elle puisse se substituer à la peine de mort. Mais bon, au bout de 15/20 ans, quelque soit le verdict populaire (= bourrins), l'individu sortira irrémédiablement de prison...Et combien de personnes ou d'enfants ont été à nouveau victimes de ces criminels remis en liberté avant terme par des gens "dépassionnés", sous le couvert de leur "intime conviction !" Action criminelle dont ils devraient rendre compte !

Entre la vie d'un criminel et celle d'une future victime, MOI mon choix est fait. Ce n'est visiblement pas le cas de tous.

De plus s'il est certain que la peine de mort n'empêchera pas tous les crimes, c'est quand même comme avec les radars fixes, ça peut contribuer à en éviter quelques uns. La vie de X criminels de vaut pas celle d'une seule de leurs victimes.

Les USA, c'est un cas à part, ils en arrivent à exécuter les condamnés 20 à 25 ans après le verdict !

Armalite, soit la bienvenue au "club des bourrins", et que la démocratie ne permette dorénavant de voter qu'aux "bien pensants" ! Il y a des réflexions qui font peur ! Elles viennent souvent des gens qui détiennent la vérité.

ARMALITE a dit…

Attention, je trouve que le fait d'être contre la peine de mort est également défendable au nom du principe de civilisation qui veut qu'on puisse s'élever au-dessus de la Loi du Talion. Il s'avère simplement que dans les faits, ce noble concept ouvre la porte à des récidives qui auraient pu être évitées. Et quand il s'agit de la vie d'innocents, je choisis le camp du pragmatisme, c'est tout. Mais autant il y a des sujets sur lesquels j'ai du mal à admettre qu'on ne soit pas du même avis que moi, autant sur la peine de mort, je le conçois et le respecte tout à fait.