mardi 1 novembre 2005

Listening to "Script for a jester's tears"

C'est quand même la deuxième fois que je me tape la route aéroport-chez moi avec la vue brouillée alors qu'on est en plein jour et que j'ai mes lunettes sur le nez. Tant qu'il y a du monde autour, ça va, l'agitation et l'orgueil maintiennent les émotions à distance. Mais une fois seule, où serait l'intérêt de tricher? Histoire de sauvegarder un semblant d'amour-propre, dans la voiture, je mets une chanson bien poignante pour justifier le truc mouillé qui coule sur mes joues. J'ai pas le coeur qui déborde par les yeux, je suis juste une créature à la sensibilité artistique hautement exacerbée.

Aucun commentaire: