dimanche 11 septembre 2005

Il y a pire qu'attendre le Prince Charmant...

...C'est l'avoir trouvé et se rendre compte que ça ne suffit pas. Qu'au bout d'un moment, le bel amour qui soulève et transfigure ne résiste pas à la pression du quotidien. Qu'il devient souterrain, assez profond pour faire partie de toi et te retenir là où tu es, mais pas assez pour t'empêcher de rêver d'ailleurs multiples et flous. Pas assez pour que tes pulsions d'auto-destruction ne se rallument pas inexplicablement. Et là, tu comprends que rien ni personne ne viendra te sauver de toi-même. Que si tu continues à vivre, ce sera toujours clopin-clopant, en te traînant un jour après l'autre, le coeur et l'esprit à vif. Que nul évènement, nulle révélation n'apaisera jamais ton mal-être et ton insatisfaction, parce qu'ils font partie de ton essence et ne peuvent être mis que brièvement en sommeil. Chassez le naturel...

(En réponse à un post de Joraël dont les interrogations font si souvent écho aux miennes...)

1 commentaire:

mtlm a dit…

est-ce que toute cette noirceur sentimentale n'est pas liée au régime forcé special-K?
Bon je sors...