samedi 20 octobre 2018

My best of Toulon 2018




Quand je dis "Best of", entendons-nous bien: je n'ai pas tout testé. Il ne s'agit pas d'un palmarès exhaustif, juste des adresses que j'aime, que je fréquente régulièrement et que je suis prête à recommander les yeux fermés. Toutes se situent dans le centre-ville et sont à distance de marche les unes des autres. J'actualise cette liste d'année en année. 

DEJEUNER
Cuisine italienne sublime; pâtes maison préparées le jour même avec des produits importés d'Italie,  et pizza napolitaine dont la recette figure au patrimoine de l'Unesco. Le restaurant s'est dédoublé depuis peu en récupérant un second local situé juste derrière le premier. Terrasse (couverte en hiver). Réservation fortement conseillée. 
Cuisine fraîcheur avec les produits du marché voisin. Déco fantaisiste et colorée. Plats légers et souvent inventifs. Mais le meilleur, ce sont les desserts de Gilles, qu'on peut également savourer l'après-midi avec un thé Mariage Frères ou un chocolat chaud maison. Terrasse presque toute l'année.
O garden, 6 rue Emile Zola (à côté de la cathédrale)
Mon coup de coeur le plus récent. Cuisine multi-culturelle et healthy, avec de grandes salades variées et délicieuses - ma préférée: la Pattaya, d'inspiration asiatique. Service un peu lent aux heures de pointe, mais ça vaut la peine d'attendre. Terrasse quand la météo le permet.

vendredi 19 octobre 2018

Revue de presse internet - octobre 2018






L'importance de parler de la banlieue normalement, expliquée par une journaliste 

"Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes", ou pourquoi personne ne doit s'arroger le droit de dicter aux autres ce qu'ils peuvent être ou non dans la rue.

De plus en plus de politiciens européens sans enfants: ce que ça dit de l'évolution de notre société. (en anglais)




La traductrice historique d'Astérix, qui vient de mourir, parlait de sa conception du métier dans cette très intéressante interview.

mercredi 17 octobre 2018

La punition





En octobre 2012, mon père était très malade. Mais parce que je voulais passer notre anniversaire de couple avec Chouchou, le mardi 16, au lieu de faire un crochet par Toulouse comme prévu, je suis remontée directement de Monpatelin à Bruxelles. Ma mère n'ayant prévenu personne (ce dont je m'étonnerai éternellement, étant donnés son incapacité à garder un secret et son besoin de discuter de tout avec tout le monde), j'ignorais que mon père était sous respirateur depuis la veille.

lundi 15 octobre 2018

La semaine en bref #40





Lundi:
Couchée hier avant 21h, debout ce matin avant 6h. Hé ben, à cette heure-là, il fait nuit, il fait froid et y'a rien à glander si on essaie de ne pas réveiller le conjoint qui dort encore dans la pièce voisine.
 Au cours des dernières 24h, j'ai eu des interactions avec Sebastien de Castell sur Goodreads, Pénélope Bagieu et Peng Shepherd sur Twitter. Les réseaux sociaux, ça a quand même des aspects formidables.
 Il se peut que j'aie légèrement pété un plomb chez Filigranes avec toutes les nouveautés parues ces dernières semaines. Mais bon, n'ayant lu que deux pauvres bouquins pendant les vacances, je dois mettre les bouchées doubles pour rattraper mon retard et atteindre mon objectif Goodreads 2018.
 Le sweat d'intérieur tout mou-tout doux que j'avais repéré à Hong Kong n'est pas vendu à l'Uniqlo de la Monnaie. Le Nong Cha où je comptais me ravitailler en You Zi Hua Cha est exceptionnellement fermé, et le Peck 47 a retiré mon sandwich préféré (le Wild Belgian) de sa carte. Tant pis, c'est une belle journée d'octobre et je vais profiter de ce dernier répit avant de me remettre au travail.

dimanche 14 octobre 2018

Les enseignements du voyage





Déjà plus d'une semaine que nous sommes rentrés d'Asie. S'il n'a pas toujours été facile, et si j'ai plusieurs fois maudit mon choix de Hong Kong comme destination principale, ce voyage fut riche en enseignements aussi bien pour Chouchou que pour moi. 

★ J'ai surmonté ma peur des vols long courrier. Je m'étais bien organisée contre les risques de phlébite, et le choix d'une compagnie un peu plus chère mais réputée pour la qualité de ses services s'est révélé très payant. J'ai découvert que dans de bonnes conditions, j'arrivais désormais à dormir en avion. Par ailleurs, notre périple a renforcé ma conviction que choisir un vol direct dans la mesure du possible et n'emporter qu'un bagage cabine était la formule idéale pour moi. Je retiens aussi que pour un voyage organisé longtemps à l'avance, une assurance tous risques aide beaucoup à moins flipper avant le départ et constitue donc un excellent investissement.