Affichage des articles triés par pertinence pour la requête brusselicious. Trier par date Afficher tous les articles
Affichage des articles triés par pertinence pour la requête brusselicious. Trier par date Afficher tous les articles

vendredi 4 mai 2012

Brusselicious: oeuvres à vendre (4)


21. Feuilles de choux, à côté de l'Inno de la rue Neuve


17. La nature reprend ses droits, à Tour & Taxis


34. Sans titre 2012, place Sainct-Elette


27. Sint-Lucas: We always want more, boulevard Albert II


13. Miss Brusselicious, place Surlet de Chokier

dimanche 8 avril 2012

Brusselicious: oeuvres à vendre


Dans le cadre de l'opération "Brusselicious: année 2012 gourmande", 35 oeuvres d'artistes belges représentant des spécialités culinaires locales sont actuellement exposées à travers la ville, et ce jusqu'à fin juin. Toujours friands de chasse au trésor, Chouchou et moi avons entrepris d'en localiser et d'en photographier un maximum. 


30. MI(A)M, dans les Galeries Royales St-Hubert 


1. Cornet de jambes, sur la Place Royale 


9. Casserole d'une moule, sur la place Fernand Cocq 


28. Yummy yummy, sur la place Stéphanie 


32. Patterncity, dans la rue Dansaert
 

19. Le phare, devant la cathédrale Saint-Michel et Gudule

Nous avons également repéré - mais pas eu le temps de photographier - une autre plaque de chocolat sur la petite ceinture au niveau du tunnel Loi, une moule dorée à La Chasse, un cornet de jambes sur la place Jourdan et une moule décorée à Delta. La liste complète est ici; il y a dans le tas des oeuvres vraiment rigolotes, comme la moule à gaufre ou la moule de Jules Verne, et j'espère bien que nous parviendrons à les trouver toutes avant qu'elles soient démontées!

samedi 2 février 2013

eFarmz, mon autre panier bio


Fin août dernier, à l'occasion d'un débat sur l'alimentation bio organisé dans le cadre de Brusselicious, j'avais rencontré la créatrice d'eFarmz. A l'époque, je venais juste de découvrir Agricovert et j'en étais ravie, mais je m'étais quand même dit que je testerais eFarmz, pour voir. J'ai reçu hier ma deuxième commande chez eux; je suis donc en mesure de vous faire un petit topo. 

eFarmz, donc, c'est un site en ligne qui propose essentiellement des aliments bio et locaux achetés à de petits producteurs belges - mais qui, parfois, complète son offre avec des fruits et légumes venus de l'étranger proche. On peut commander jusqu'au mercredi, et on récupère son panier dans un point-relais ou on se le fait livrer son panier à domicile. Dans le premier cas, c'est gratuit; dans le second, ça coûte 6€, et le jeudi, on est informé par mail de l'heure approximative à laquelle passera un jeune homme en vélo. 

Voici ce que contenait la commande que j'ai reçue hier après-midi:




Les produits sont livrées dans des cartons recyclables que vous pouvez rendre au livreur la fois suivante afin qu'ils soient réutilisés. Pour la ponctualité: la première fois, ma commande est arrivée avec une heure et demie de retard (et le jeune homme s'est répandu en excuses); hier, à l'heure à dix minutes près. Cela dit je m'en fous, vu que je bosse à la maison. Niveau qualité, les saucisses sont monstrueusement délicieuses avec un stoemp-carottes; le cramique est excellent, tout comme les fruits et les légumes. Par contre, certains de ces derniers sont livrés avec leur terre natale et nécessitent donc un peu de nettoyage. 

Quant aux prix, même en comptant la livraison et les 2,50€ de préparation de colis effectifs à partir de la semaine prochaine, je les trouve plutôt raisonnables:




Conclusion: pas d'abonnement, une offre assez variée et modulable dans les quantités, un rapport qualité-prix très satisfaisant, une possibilité de commande jusqu'à 48h avant, et surtout la livraison (écolo!) à la maison - bien pratique quand il fait un temps de chien ou qu'on a autre chose à faire que crapahuter jusqu'à un relais. eFarmz a tout bon.

lundi 31 décembre 2012

2012 dans le rétro


Illustration empruntée ici

- Voyages: pas de vacances à l'autre bout de la planète, mais un éblouissant séjour en Islande, la découverte de Barcelone, un sympathique mariage en Suisse, une belle semaine en Bretagne, un chouette week-end à Epinal, quelques sauts de puce à Paris et des journées à Gand ou Bruges. 
- Boulot: 8 romans traduits et un débat houleux sur les droits d'auteur des versions numériques. 
- Lecture: 91 romans (hors boulot)/recueils de nouvelles/récits biographiques/bouquins de développement personnel, et 101 bédés/mangas/beaux bouquins avec plus d'images que de texte. 
- Rencontres littéraires: Mary Janice Davidson et Mercedes Lackey aux Imaginales, Nancy Peña en dédicace chez Contrebandes. 
- Loisirs créatifs: pas mal d'ouvrages au crochet, dont un immense couvre-lit pas encore terminé, et un atelier de laine cardée sur lequel je n'ai pas embrayé. 
- Géocaching: petite année avec seulement 61 découvertes. Mais nous commençons à avoir fait le tour des caches disponibles à Bruxelles, et puis nous avons malheureusement eu d'autres préoccupations en fin d'année. 
- Séries télé: au rayon "chouettes découvertes", "Brothers & sisters", "Bunheads", les deux premières saisons de "Misfits", "Downton Abbey", "House of lies"; au rayon "énorme coup de coeur", le "Sherlock" de la BBC. 
- Jeux vidéo: après deux ans et demi d'addiction, j'ai enfin arrêté Farmville et reporté ma procrastination d'abord sur Bubble Witch, puis sur Candy Crush. 
- Santé: deux grosses frayeurs en fin d'année chez la gynéco et l'ophtalmo.
- Sous: j'ai pris l'habitude de mettre systématiquement de côté 10% de tout ce que je gagne, pour le fameux kazou, et je m'en félicite. Plus de tranquillité d'esprit, moins de fric claqué en conneries.
- Mode: j'ai gravement craqué pour les pantalons slims et les collants aux couleurs ou aux motifs délirants, ainsi que pour trois robes rétro et deux jolis pulls "chats à lunettes" de la marque britannique Louche. 13 nouvelles paires de chaussures sont venues rejoindre mon dressing. 
- Beaucoup de box surprise dans ma boîte aux lettres: 10 Little Box, 2 Jolie Box, 2 Deauty Box, 3 Thé Box. Le principe est sympa, mais je suis un peu trop difficile pour réellement profiter du contenu. 
- Différentes activités autour de la manifestation Brusselicious, dont une mémorable invitation à un apéritif dans le ciel au-dessus du parc Royal. 
- L'adhésion à une coopérative agricole et le début des courses spécifiques en épicerie bio pour une alimentation plus saine. 
- De nouvelles lunettes avec une monture Prada qui ne me satisfaisait pas au premier abord, mais que j'adore maintenant. 
- ...Et aussi de nouvelles fenêtres dans l'appartement de Monpatelin. 
- Un anniversaire de blog qui a donné naissance à un groupe de couture et plein de nouvelles amitiés. 
- Un troisième atelier avec Catherine Shainberg, sur le thème de la généalogie cette fois.
- Avec Chouchou, trois gros accrochages que nous avons réussi à ne pas faire dégénérer en dispute apocalyptique: vive nous. 
- Ratages splendides: mon anniversaire, ma tentative d'adoption d'un Kindle, l'impossibilité de voter par procuration pour les présidentielles. 
- Chagrins immenses: le 13 août, nous avons dû euthanasier Scarlett dont la santé déclinait à vue d'oeil, et le 17 octobre, mon père a cessé de respirer la main dans celle de ma mère.

Malgré quelques beaux moments, 2012 fut une année très difficile. J'ai hâte de tourner symboliquement la page ce soir. 

mardi 17 juillet 2012

Brusselicious: oeuvres à vendre (5)




Les oeuvres à vendre ont disparu des rues de Bruxelles... mais jusqu'au 23 septembre, on peut les admirer au Parc Royal dans les allées duquel elles ont toutes été regroupées. L'occasion, pour nous, de finir notre collection de photos lors d'une promenade digestive, après le brunch de dimanche et entre deux averses! J'étais d'autant plus contente qu'il nous manquait certaines des plus rigolotes ou des plus jolies...



2. Dites-le avec des frites


3. Melting pot


29. Empreinte


3. Cornet de pastels


5. Un grand cornet sauce Bruxelles, s'il vous plaît!


33. Premium chocolate comes from Brussels


6. Typography


12. La moule de Jules Verne


8. La moule à gaufre


35. Pixel

mercredi 2 mai 2012

"A table! Du champ à l'assiette"


Nous n'en finissons plus d'explorer le programme de Brusselicious. Nous nous serions bien offert un dîner dans les airs, par exemple au-dessus du parc du Cinquantenaire, mais le prix (250€ par personne) a manqué nous faire tourner de l'oeil bien plus que l'altitude de la plateforme. Les réservations de la Tram Expérience sont complètes juqu'à fin décembre, et le dîner à thème qui nous intéresse le plus - celui sur la BD - n'a pas lieu avant septembre. Qu'à cela ne tienne: nous nous sommes rabattus sur l'expo "A table! Du champ à l'assiette" qui se tient en ce moment à Tour & Taxis, et dont nous avions lu le plus grand bien.




Histoire de bien poser le contexte, l'expo s'ouvre sur une projection holographique qui montre en temps réel l'accroissement de la population mondiale. Le temps que nous fassions le tour, plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient venues s'ajouter à cette dernière... D'ici 2050, nous devrions être 9 milliards d'humains. Et il va falloir nourrir tout ce petit monde.

La suite de l'expo se divise en 5 grandes parties:

- Cultiver
Ici, j'ai appris que 4 aliments (le riz, le maïs, la pomme de terre et le blé) représentaient 50% de la nourriture consommée sur Terre, et j'ai découvert quels produits non-alimentaires ils servaient également à fabriquer - par exemple, du carburant ou des emballages biodégradables. J'ai contemplé de nombreuses photos de cultures vues du ciel: des cercles verts d'une perfection impressionnante au milieu de l'Arabie Saoudite, des rizières chinoises en terrasse, de petits champs multicolores formant un damier irrégulier autour d'un village rwandais, une énorme machine agricole traçant des sillons rectilignes à perte de vue quelque part en Bavière... J'ai tenté d'identifier sur un écran tactile les 5 étapes de la croissance de différentes plantes: les fraises, les pommes ou le colza (que j'ai confondu avec des lentilles!). J'ai regardé sur un écran immense une vidéo expliquant la différence entre l'agriculture dans les pays riches et dans les pays pauvres.

- Transformer


Ici, j'ai appris que dans nos sociétés dites agrotertiaires, seulement 10% de la richesse produite par l'agriculture revenait aux agriculteurs, tandis que 55% revenait à la distribution. J'ai surtout été catastrophée de découvrir le nombre de saloperies présentes dans un repas apparemment sain. Prenons par exemple ce plateau:

A première vue, c'est l'archétype du repas "sain", n'est-ce pas? Oui, mais en réalité, quand on analyse sa composition...



Les substances nocives contenues dans chacun des aliments étaient répertoriées sous formes d'assiette. Franchement, ça fait peur. Il y a de l'arsenic dans le saumon. Et tout un tas de substances désignées seulement par des chiffres, dont je ne peux qu'imaginer les ravages sur l'organisme humain. 

Quand on voit ça, on se dit que dépenser plus pour acheter bio, ça vaut quand même vachement le coup... à condition bien sûr d'en avoir les moyens, ce qui constitue un problème en soi pour pas mal de gens.

- Manger
J'avoue n'avoir pas été hyper attentive pendant mes cours de biologie quand j'étais au collège. Une vidéo très bien foutue m'a retracé le parcours des aliments à l'intérieur du corps humain (jusqu'à l'éjection finale d'un très bel étron!), et la façon dont différentes enzymes les décomposent au fur et à mesure pour s'en approprier les nutriments. J'ai également pu admirer la pyramide de nos besoins nutritionnels. En bas, et correspondant aux plus grandes quantités nécessaires, l'eau. Puis les fruits et les légumes. Puis les céréales et les féculents. Puis les protéines: viande, poisson, produits laitiers. Puis les matières grasses et tout en haut, le sucre. Juste à côté, un diagramme montrait la pyramide des publicités diffusées pour chaque groupe d'aliments dans le monde occidental: c'est très exactement l'inverse. Même si je m'en doutais, ça m'a fait un peu froid dans le dos.

- Imaginer
C'est la seule partie qui m'a déçue. Je pensais qu'elle proposerait des solutions concrètes à nos problèmes actuels de production et de consommation de la nourriture; or, ces solutions restent extrêmement vagues: "éviter de gaspiller", "consommer moins de viande"... Même la partie sur les OGM m'a semblé très superficielle: trois arguments pour (en blanc), trois arguments contre (en noir). Mais pour être tout à fait honnête, j'ai eu la flemme de regarder la vidéo du débat auquel participaient tout un tas de spécialistes internationaux; peut-être évoquaient-ils ces éventuelles solutions plus en détail.

- Gastronomie belge
Trois grands chefs ont créé une recette spécialement à l'occasion de l'expo. Je vous livre celle qui m'a fait le plus saliver, et que j'essaierai de reproduire dès que j'aurai découverts ce que sont les sprats (Chouchou n'a pas su me le dire, mais Google est mon ami!).



En conclusion, une expo bien fichue, intéressante et ludique (avec de nombreux écrans tactiles pour tester et améliorer les connaissances des visiteurs), qui m'a plus que jamais motivée pour faire attention à ce que j'achète et mange. Elle devrait être déclarée d'intérêt public!

A table! Du champ à l'assiette
jusqu'au 3 juin 2012
Tour & Taxis
86C avenue du Port
1000 Bruxelles
Tarif plein: 12€
Temps de visite: 1h30 environ

dimanche 29 avril 2012

Les brunchs du dimanche (15): be Manos




Parmi les nombreuses initiatives sympas de l'opération Brusselicious, il y a les petits déjeuners de grands hôtels. Le principe: pendant toute l'année 2012, les hôtels dont vous trouverez la liste ici proposent un petit déjeuner à base de produits belges. Les non-résidents peuvent bien entendu venir y goûter - moyennant, en général, un petit supplément par rapport aux clients qui ont passé la nuit là. Après avoir jeté un coup d'oeil à la liste des menus et aux prix, Chouchou et moi avons opté pour le be Manos, un hôtel design situé à 5 minutes à pied de la Gare du Midi. 





Nous arrivons vers 10h30. L'accueil est souriant et sympathique; la déco résolument moderne me rappelle très fort celle du Mama Shelter à Paris. Bien que l'hôtel soit complet ce week-end, la place ne manque pas dans la salle de restaurant. Et le buffet est atrocement appétissant, bien mieux garni que ne le laissait supposer la liste vue sur internet. Il y a du café et différentes sortes de thé, du jus d'orange ou de pomme bio, des viennoiseries maison encore tièdes, des gaufres et différentes choses sucrées à mettre dessus, des céréales et des fruits secs, plusieurs sortes de pains différents, pléthore de charcuterie et de fromages belges, du saumon fumé, des sauces dans d'adorables petits pots en verre, des oeufs brouillés ou à la coque, du bacon, des mini saucisses, des champignons persillés, de la roulade jambon-fromage, des yaourts bio à plusieurs parfums, des gâteaux, de la salade de fruits frais... Même si nous avons très faim et sommes tous les deux de bons mangeurs, le choix est cruel. 







Tout est absolument délicieux, et nous traînons à table un bon moment sans jamais que les serveurs manifestent d'impatience ou s'étonnent de me voir mitrailler le buffet avec mon appareil photo. Ils sont très discrets, même s'ils ne tardent jamais à faire disparaître les assiettes vides et restent disponibles pour les éventuelles questions. En allant aux toilettes, je passe devant une vitrine rempli d'adorables brols design que l'on peut acheter sur place, notamment les jolis verres à bulles que j'admirais à table ou des bougies oiseaux en quatre couleurs différentes. Il faudra que je repasse à un moment où je serai un peu plus en fonds! 

Pour ne pas qu'on m'accuse de manquer d'objectivité, je signalerai quand même que je ne suis pas fan de la techno au petit déjeuner (ni plus tard dans la journée, en fait) et qu'une musique plus calme eût été mieux indiquée. Oh, et ce serait chouette de mettre des petites étiquettes pour indiquer le nom des produits du buffet. Parce que là, j'ai craqué pour un fromage jaune clair servi en fines tranches rondes, et je serai infoutue de demander le même à mon fromager vu que je ne sais pas comment il s'appelle. Tant qu'à faire découvrir la gastronomie belge aux masses internationales ignorantes, autant les éduquer jusqu'au bout! 

Mais vraiment, je chipote. Nous avons passé un excellent moment au be Manos, et pour 25€ par personne (ou 20€ si clients de l'hôtel), nous recommandons chaudement leur brunch dominical. 

be Manos 
Square de l'Aviation, 23
1070 Bruxelles
Tel: 02.520.65.65
Brunch dominical servi jusqu'à 11h30

Brusselicious: oeuvres à vendre (3)


Nous avons poursuivi notre chasse aux oeuvres à vendre hier, par un temps triste à pleurer. L'atmosphère étouffante me donnait mal à la tête, et le ciel était tellement plombé que certaines de mes photos semblent avoir été prises en noir et blanc. Il est plutôt nul, ce printemps, jusqu'ici!



15. Bruxelles, c'est chou, sur le parvis de Saint-Gilles


31. Etes-vous chocolatomane, sur l'avenue des Arts



18. Bruxellus nombrilus, près du palais de Justice


22. La fierté des Belges, devant les abattoirs d'Anderlecht


24. L'impasse est dans la bière, place de la Vaillance


14. Réflexion, place de la Résistance

mardi 10 avril 2012

Brusselicious: oeuvres à vendre (2)


Hier après-midi malgré la pluie, nous avons poursuivi notre quête photo. Six nouvelles oeuvres sont venus s'ajouter aux deux que nous avions déjà immortalisées la veille. Notre balade en voiture nous a entraînés dans des quartiers résidentiels excentrés où je ne vais jamais, et où les demeures cossues respirent la bourgeoisie à plein nez. N'empêche, si j'héritais d'une maison avenue Jean Van Horenbeeck, je ne refuserais pas de m'y installer. J'ai eu un coup de coeur pour cette route sinueuse et étroite, au bord de laquelle les façades de brique quasiment pressées les unes contre les autres semblent dissimuler feu de cheminée qui crépite doucement, divan confortable près d'une bibliothèque et odeurs de tarte aux pommes s'échappant de la cuisine. 



25. Foodstorming, devant la gare du Midi


4. Fritichisme, sur la place Flagey
(quelles couleurs magnifiques, n'est-ce pas?)


7. Panorama, sur la place Jourdan


10. Golden moule, à La Chasse


11. Moules fr'hits, à Delta


16. Brassica Lampirydae, au bout de l'avenue de Tervuren
(en fait, il aurait fallu le photographier de nuit: il brille dans le noir!)


26. Miss Belgium 2012, avenue Roosevelt


20. Brassica Edulis Bruxellensis, place Danco