Affichage des articles dont le libellé est vie quotidienne. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est vie quotidienne. Afficher tous les articles

dimanche 9 décembre 2018

La semaine en bref #48





Lundi:
Quand je lui dis au revoir sur le seuil de la salle de bain, Darklulu se serre contre moi et fond en larmes. Du coup, moi aussi (mais je n'ai pas dormi et je suis hyper mal dans ma tête; ça amenuise toujours mes défenses émotionnelles). Je promets de revenir très vite. 
 Mon premier train a 50 minutes de retard, et je loupe ma correspondance à Marseille. Comme il est déjà 14h, je vais au Monop' Daily me chercher un truc à manger. Hélas, le rayon frais est vide "en raison des gilets jaunes qui bloquent l'approvisionnement". Pour la première fois depuis dix ans, je finis donc chez McDo. Bon, une salade César et une petite Evian ne devraient pas trop entamer mon espérance de vie. 
 Quand j'arrive enfin à Monpatelin (après un temps de trajet plus long que lorsque je viens de Bruxelles pourtant située deux fois plus loin...), j'ai le plaisir de découvrir un avis de dératisation des parties communes daté du 19 novembre, une seule minuscule crotte de souris dans mes placards de cuisine et zéro fourmi morte sur mon oreiller - vive l'hibernation. 

lundi 3 décembre 2018

La semaine en bref #47





Lundi:
Maintenant, quand je tente de m'asseoir sur mes talons, le contact s'établit entre mes fesses et mes pieds. La question étant de savoir si les ligaments de mes genoux commencent enfin à s'assouplir avec tout ce yoga, ou si les chocolats chauds-tartines de ces dernières semaines ont juste fait pousser mes fesses vers le bas.

Mardi:
 Je sens qu'elle ne va pas me passionner, cette 4ème saison du "Bureau des Légendes". Tout ce que j'ai envie de faire, c'est baffer les deux nouveaux de la sécurité interne. Pour le reste, je bâille beaucoup.

dimanche 25 novembre 2018

La semaine en bref #46





Lundi:
"Aucun végétal ne pousse dans ce royaume infernal", explique l'autrice avant d'équiper les habitants de bois pour leurs feux et leur mobilier, puis de garnir leurs grilles en fer forgé de plantes grimpantes. J'espère qu'une explication arrive plus tard - genre, les démons menuisiers sont allés piller la dimension voisine et les plantes grimpantes sont l'oeuvre de yarnbombers.
J'ai abandonné "The Romanoffs" et "A discovery of witches" après un épisode seulement, et je trouve les saisons 3 de "This is us" et "The Good Place" bien en-dessous des précédentes; en revanche, la saison 2 d'"Atypical" est un pur bonheur.

dimanche 18 novembre 2018

La semaine en bref #45





Lundi:
 Je prépare un cake salé en utilisant cette recette (et en remplaçant les olives noires, dont je ne raffole pas, par les petits restes du poulet rôti de ce week-end). C'est HYPER bon.
 Pour la première fois de ma vie, j'achète un nom de domaine - en m'étonnant des différences de tarifs selon qu'on veut un .fr, un .net, un .com, un .online... La palme de la terminaison la plus ruineuse revient, évidemment, à .porn.
 Yoga progress report: je commence à faire un chaturanga passable; mes talons effleurent désormais le sol en chien tête en bas, et ma transition de l'arbre (ou de n'importe quel autre équilibre sur une jambe) au guerrier 3 est d'une fluidité merveilleuse. Par contre, mon aigle ressemble toujours à un vautour déplumé, et mon corbeau décolle à peine du sol.
 A deux heures du matin, Chouchou m'accuse d'émettre des ondes anti-croustillons. Je ne sais même pas ce que c'est, les croustillons. 

lundi 12 novembre 2018

Les conversations absurdes #50


Devant le pilote de "A discovery of witches". 
MOI, agacée: Rhââââ, mais y'en a marre des vampires élégants et taiseux, quel cliché, putain! Jamais on nous en fout un jovial et grassouillet, pour changer un peu? 
CHOUCHOU, toujours prêt à aider: Les loups-garous sont comme ça. 
MOI, interloquée: Les loups-garous sont joviaux et grassouillets? 
CHOUCHOU, catégorique: Absolument. Tu crois que ça sert à quoi, tout ce poil? C'est pour planquer leur bide et leur bonne humeur.

dimanche 11 novembre 2018

La semaine en bref #44





Lundi:
Pour valider mon Museum Pass, je dois télécharger un portrait en ligne. Les deux premières fois, l'application me dit: "Nous ne reconnaissons pas de visage sur cette photo". Je suis quoi, un fantôme?
★ Le reste de ma journée de chômeuse technique: ajuster le rembourrage de mon oreiller orgasmique, ranger le linge sec, vider et remplir le lave-vaisselle, préparer un gâteau au yaourt qui refuse de lever une brique vaguement comestible, faire la séance de yoga la plus difficile depuis le début du programme de 30 jours, aller me promener au parc en quête de jolies couleurs d'automne, lire deux bédés chez Filigranes, racheter du lait, préparer ma soupe de gnocchi aux légumes pour le dîner, m'ennuyer ferme devant l'épisode 304 de "This is us".  Au secours.

samedi 10 novembre 2018

Les conversations absurdes #49


CHOUCHOU: Tiens, tu as mis du céleri dans la salade?
MOI: Il en restait au frigo, je ne voulais pas le gaspiller.
CHOUCHOU: Mais tu détestes ça!
MOI: Bah, à force d'en mettre dans mes fonds de soupe, j'ai fini par m'habituer plus ou moins. 
CHOUCHOU, une lueur d'espoir dans le regard: Du coup...
MOI, fermement: Pour le fenouil, c'est toujours non. 


lundi 5 novembre 2018

La semaine en bref #43





Lundi:
★ Je deviens dingue à tourner en rond chez moi sans bosser. Du coup, malgré la pluie battante, je prends le bus pour me rendre chez Maisons du Monde, où je teste les modèles de fauteuils qui iraient bien dans le coin de mon bureau, et chez Zôdio, où j'achète des cadres pour les dessins d'artistes acquis ces dernières années (j'ai hâte de récupérer le dernier en date, signé Lou Bonelli!).

dimanche 28 octobre 2018

La semaine en bref #42





Lundi:
Le proverbe "Jamais deux sans trois" se vérifie sur le coup des 16h30. Me voilà repartie dans les champs monpatelinois, que je commence à très bien connaître. Au moins, il fait encore jour cette fois. 
 En revenant, je croise une de mes voisines dans le village (l'ex-femme du Gros Con, qui a racheté sa part de leur appartement). On avait fini par sympathiser à l'avant-dernière assemblée générale. Et alors qu'on a siégé ensemble au conseil syndical pendant 10 ans, hors contexte, je suis infoutue de la reconnaître. Non, je ne suis pas physionomiste. Du tout. 
 De cet article lu ce matin, j'ai retenu deux astuces naturelles pour éloigner les souris: le laurier et l'huile essentielle d'eucalyptus. Mon primeur étant fermé cet après-midi, j'achète un flacon de la seconde à la pharmacie et rentre chez moi imbiber des chiffons que je fourre ensuite dans mes placards. Heureusement que ça fait partie des rares odeurs que j'aime bien.
 Dans la foulée, j'envoie un mail à la voisine qui gère la copropriété avec moi pour lui signaler le problème, et elle me répond immédiatement qu'il y a aussi des souris (enfin, au moins une) chez elle. Nous convenons de faire dératiser l'ensemble de la résidence. 

dimanche 21 octobre 2018

La semaine en bref #41





Lundi:
Premier train en retard de plus de 20 mn, correspondance ratée, deuxième train en retard de 10 mn: un voyage ordinaire vers Monpatelin, où je suis accueillie par une magnifique pluie d'automne. 
 Je défais mes bagages en prenant bien garde à isoler les textiles, qui passent aussitôt en machine avec séchage à 60° ou filent sur le balcon dans un sac poubelle. Oui, je suis toujours en train de flipper ma race au sujet des punaises de lit. En avoir rapporté à Bruxelles serait déjà moche, mais ici, ce serait carrément la cata. 
 Quand je me pose enfin avec le sentiment du devoir accompli, un des pans de mon long gilet d'intérieur kaki renverse le verre de jus d'abricot plein à ras bord posé à côté de mon MacBook. S'en suivent quelques minutes de séchage/nettoyage frénétiques, mais heureusement, la bête ne semble pas avoir souffert. 

lundi 15 octobre 2018

La semaine en bref #40





Lundi:
Couchée hier avant 21h, debout ce matin avant 6h. Hé ben, à cette heure-là, il fait nuit, il fait froid et y'a rien à glander si on essaie de ne pas réveiller le conjoint qui dort encore dans la pièce voisine.
 Au cours des dernières 24h, j'ai eu des interactions avec Sebastien de Castell sur Goodreads, Pénélope Bagieu et Peng Shepherd sur Twitter. Les réseaux sociaux, ça a quand même des aspects formidables.
 Il se peut que j'aie légèrement pété un plomb chez Filigranes avec toutes les nouveautés parues ces dernières semaines. Mais bon, n'ayant lu que deux pauvres bouquins pendant les vacances, je dois mettre les bouchées doubles pour rattraper mon retard et atteindre mon objectif Goodreads 2018.
 Le sweat d'intérieur tout mou-tout doux que j'avais repéré à Hong Kong n'est pas vendu à l'Uniqlo de la Monnaie. Le Nong Cha où je comptais me ravitailler en You Zi Hua Cha est exceptionnellement fermé, et le Peck 47 a retiré mon sandwich préféré (le Wild Belgian) de sa carte. Tant pis, c'est une belle journée d'octobre et je vais profiter de ce dernier répit avant de me remettre au travail.

samedi 13 octobre 2018

Les conversations absurdes #48


Nous cherchons que faire cet après-midi. 
MOI: Y'a bien un marché aux plantes vertes aux Halles St-Géry, mais on a assez de plantes pour le moment... 
CHOUCHOU: Et puis toi dans un marché aux plantes vertes, c'est un peu Barbe-Bleue lâché dans une école primaire: "Venez chez moi que je vous tue..."

mercredi 10 octobre 2018

Les conversations absurdes #47


MOI: Tu as l'air contrarié, mon coeur. Que t'arrive-t-il?
CHOUCHOU, les sourcils froncés et le ton théâtral: Je suis emporté par un tourbillon de sentiments contradictoires. 
MOI, sans me troubler: Houlà, à ce point? Au sujet de quoi? 
CHOUCHOU, le visage fermé: De manière générale. 
MOI: Mais encore? 
CHOUCHOU, marmonnant dans sa barbe: En fait, je crois que j'ai chopé la crève. 

dimanche 23 septembre 2018

La semaine en bref #38





Lundi:
Bonne nouvelle pour commencer la semaine: le contrat du thriller australien que je suis en train de traduire est déjà prêt, ce qui me permet de l'imprimer et de le renvoyer à l'éditeur avec la facture correspondante avant mon départ en vacances.
 A midi pile, nous sommes sur le point de sortir déjeuner au SemSom quand Chouchou reçoit un coup de fil de boulot: "J'en ai pour une demi-heure, voire une heure", me dit-il, navré. "Tant pis, je ne meurs pas de faim, je t'attends." Quand son correspondant finit par raccrocher, il est plus de 14h, et je pourrais dépecer un houmoussier avec les dents.
 Sur le chemin du retour, je passe à la Fnac acheter le premier tome de "Goodnight my love", mais la médiocrité des dessins me fait changer d'avis. A la place, ce sera un roman traduit du danois, que j'entame à la terrasse du Stam avec sans doute le dernier thé glacé de l'année.
 Bientôt des vols directs Bruxelles-Tallinn 3 fois par semaine avec Air Baltic, youhou! J'avais renoncé à découvrir la capitale estonienne en raison du coût et de la durée des vols avec correspondance; du coup, elle revient en tête de liste de nos prochaines destinations de city trips.

mardi 18 septembre 2018

Les conversations absurdes #46


CHOUCHOU, contemplant son nouveau bonnet d'un air satisfait: Petit à petit, mon look se construit. 
MOI, hagarde après 10h de veille informatique sur Mangkhut et ses ravages: ...Sérieusement? Là tout de suite, ton apparence, c'est ton souci principal? 
CHOUCHOU, très fier de lui: Mon apparence est TOUJOURS mon souci principal. 
MOI: Misère, je vis avec une blogueuse mode et beauté.

dimanche 16 septembre 2018

La semaine en bref #37





Lundi:
 J'ai la mauvaise idée de regarder la vidéo publiée hier sur mon IGTV, ce que je n'avais pas fait jusqu'ici parce que je ne supportais pas ma voix. Ma voix, ha! C'est un peu le dernier de mes soucis par rapport à ma tête. Ni shampouinée ni coiffée et filmée sous l'angle le moins flatteur du monde, je me fais peur toute seule. Plus jamais ça. 
Pas de machines d'affranchissement automatique, et 56 (I kid you not) personnes devant moi au bureau de poste de la porte de Namur, alors que je veux juste acheter UN pauvre timbre. C'est vraiment parce que la carte d'anniversaire de Darklulu doit partir aujourd'hui. 
 Pour me récompenser de ma patience angélique, je m'emmène ensuite boire un chocolat chaud et lire le dernier Flow français à l'Ultime Atome. 

mardi 11 septembre 2018

La petite raclette du lundi soir





C'est une amie suisse qui nous a fait découvrir ce truc merveilleux: la raclette à la bougie. Parce que quand on est seul ou en couple, on ne va pas allumer un gros appareil électrique. Mais ces petits machins individuels, c'est juste parfait. Pendant des mois, j'ai guetté le retour set de 2 en rupture temporaire. Il a fini par arriver chez nous juste à l'orée de l'été, et on l'a quand même étrenné vite fait avant que la température ne grimpe trop. Puis on l'a remisé au fond d'un placard pour quelques mois. Samedi dernier, en préparant la liste des courses: j'ai dit: "Tiens, et si on prenait de quoi faire une petite raclette?". Et hier soir, on a officiellement ouvert la saison d'automne à grands renforts de fromage coulant et de charcuterie.

dimanche 9 septembre 2018

La semaine en bref #36





Lundi:
Au saut du lit, envoyer un texto à Attila pour lui souhaiter une bonne rentrée en terminale. Je croise les doigts pour qu'il soit bien accepté en prépa véto.
 Comme chaque fois que je suis professionnellement désoeuvrée, le matin, je fais des tonnes de trucs utiles pour compenser, et l'après-midi, je me tape des courses pas excitantes: aller à la Poste payer un rein pour l'acheminement d'une carte carrée, donner l'autre rein à la caissière du Brico contre quatre piles boutons, m'infliger H&M pour la seconde fois en quelques jours histoire d'échanger des T-shirts trop petits, chercher vainement des baskets de ville pas trop moches.

samedi 8 septembre 2018

Les conversations absurdes #45


MOI: Je suis triste. J'aime pas être triste.
CHOUCHOU: Regarde encore le discours de Barack Obama.
MOI: ...
MOI: ...
CHOUCHOU: Imagine que Barack Obama est un petit lapin.

(OK, là j'ai ri.)

vendredi 7 septembre 2018

Les conversations absurdes #44


Je viens de servir un risotto aux asperges. Chouchou s'empare de la boîte de fleur de sel. 
MOI: Goûte avant de saler. Il ne devrait pas y en avoir besoin. 
Chouchou s'exécute. 
CHOUCHOU: Ah, c'est vrai que c'est déjà très goûtu; tu as mis quoi dedans?
MOI: Beaucoup de poivre. En général, ça élimine le besoin de sel. 
Chouchou saisit le paquet de parmesan râpé et en renverse la quasi-totalité dans son assiette. 
MOI: Par contre, je n'ai toujours pas trouvé ce qui pourrait éliminer le besoin de fromage. 
CHOUCHOU, catégorique: Un autre fromage.