Affichage des articles dont le libellé est thriller. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est thriller. Afficher tous les articles

dimanche 16 juin 2019

"Recursion" (Blake Crouch)


Bonjour, je m'appelle Armalite et je suis accro aux histoires qui me retournent les méninges.

Il y a 3 ans, j'étais scotchée par "Dark matter", uchronie personnelle renversante signée Blake Crouch.

Hier, j'ai probablement raccourci mon espérance de vie de 5 ans en lisant le dernier roman du même auteur.

Pourtant, ça n'avait pas si bien commencé. Dans "Recursion", on suit deux trajectoires en parallèle. Helena Smith est une neuroscientifique brillante qui a dédié son existence à combattre la maladie d'Alzheimer. Dans ce but, elle fabrique une chaise censée enregistrer les souvenirs des patients afin de les leur restituer ultérieurement. Onze ans plus tard, Barry Sutton, inspecteur dans la police de NewYork, est confronté au suicide d'une femme atteinte du Syndrome des Faux Souvenirs, une étrange maladie qui a fait son apparition récemment et dont nul n'est encore parvenu à identifier les causes ou le fonctionnement...

jeudi 24 janvier 2019

"This lie will kill you" (Chelsea Pitcher)


Il y a tout juste un an, un jeune homme est mort carbonisé dans une voiture au milieu des bois. Aujourd'hui, les cinq protagonistes du drame sont conviés à une murder party, officiellement dans le but de déterminer le gagnant d'une bourse d'études de $50 000. Mais dès l'apéritif qu'une voix sortant d'un haut-parleur les a invités à boire, l'un d'eux s'écroule, inconscient. Et très vite, les quatre autres se rendent compte que leur hôte connaît leur pire secret...

Impossible pour moi de résister à un tel pitch, surtout assorti de la mention: Pour les fans de "One of us is lying", autre thriller psychologique jeunesse que j'ai beaucoup aimé. Ici, les personnages sont moins attachants mais aussi plus originaux. L'histoire, qui semble assez prévisible au premier abord, réserve son lot de surprises et presque trop de circonvolutions dans le dernier tiers. Et je ne m'attendais pas à une fin aussi sombre. Bref, "This lie will kill you" est un roman tordu à souhait qui m'a fait passer une excellente soirée.

mercredi 23 janvier 2019

"Verity" (Colleen Hoover)


Ecrivaine peu connue, Lowen se retrouve en grande difficulté financière suite au décès de sa mère. Malgré ses réticences initiales, elle se voit contrainte d'accepter un travail de commande: écrire les trois derniers tomes d'une série de thrillers à succès dont l'autrice se trouve dans un état végétatif. C'est ainsi qu'elle débarque chez les Crawford, une famille qui semble poursuivie par le malheur. Mais dans le bureau de Verity, elle tombe sur une autobiographie cachée qui révèle les dessous abominables de la mort de ses jumelles de 8 ans... 

Colleen Hoover est une écrivaine à succès qui, d'habitude, sévit plutôt dans la romance. Aussi n'avais-je jamais rien lu d'elle avant de tomber sur des critiques dithyrambiques de "Verity", sa première incursion dans le domaine du... thriller psychologique sexy, disons. Je ne m'attendais pas à ce que ce livre contienne autant de scènes de fesses qui personnellement m'ennuient plus qu'autre chose. Moins sensible que certaines lectrices sur le sujet des enfants, je n'ai pas été gênée par les révélations monstrueuses de Verity. Mais je n'ai pas non plus été éblouie par le twist final: parce qu'à partir du moment où on sait qu'il y a en un, et que l'histoire se déroule en huis-clos entre un nombre très restreint de personnages, les possibilités ne sont pas légion. Bref, en ce qui me concerne, un pétard mouillé. Sachez néanmoins que "Verity" affiche sur GoodReads une note moyenne de 4,5 sur 5 basée sur plus de 17 000 avis: je suis donc définitivement dans une minorité de grincheux sur ce coup-là. 

dimanche 13 janvier 2019

"Two can keep a secret" (Karen McManus)


Parce que leur mère célibataire a été placée en cure de désintoxication, Ellery et Ezra Corcoran doivent partir habiter à Echo Ridge, chez leur grand-mère qu'ils ne connaissent quasiment pas. Il y a plus de 20 ans, leur tante Sarah a disparu sans laisser de traces. Il y a 5 ans, une autre adolescente a été assassinée à Murderland, le parc d'attractions flippant où travaillent la moitié des jeunes de la ville. Et à l'approche du bal d'automne, de nouvelles menaces anonymes mettent la  petite communauté en émoi...

Il y a deux ans, j'avais adoré le premier thriller YA de Karen McManus, "One of us is lying". Aussi nourrissais-je de grands espoirs pour son deuxième roman. J'adore les histoires de jumeaux et les narrations à deux voix, sans compter que le fait que Murderland me semblait une idée pleine de potentiel. Malheureusement, j'ai commencé à m'ennuyer assez vite. Je n'ai  pas réussi à m'attacher aux personnages plutôt falots et jamais vraiment ressenti de tension dramatique. La résolution, certes inattendue, m'a parue aussi décevante que bancale. Et la toute dernière phrase, censée laisser les lecteurs sur le fondement en bouclant la boucle d'une problématique familiale douloureuse, soulève des questions qui n'auront jamais de réponse. Bref, "Two can keep a secret" est une lecture que j'aurais pu m'épargner.

mardi 1 janvier 2019

"La fille d'avant" (J.P. Delaney)


Lorsqu'elle découvre le One Folgate Street, Jane est conquise par cette maison ultramoderne, minimaliste, parfaite pour tourner la page après le drame éprouvant qu’elle vient de vivre. Mais, pour la louer, il faut se plier aux règles draconiennes imposées par son architecte, Edward Monkford, aussi mystérieux que séduisant. Notamment répondre régulièrement à des questionnaires intrusifs. Jane apprend bientôt qu'Emma, la locataire qui l'a précédée, lui ressemble étrangement et a connu une fin tragique. Irrémédiablement, Jane s'engage sur la même voie, fait les mêmes choix, croise les mêmes personnes... et ressent la même terreur que la fille d'avant.

Moi pendant le premier quart du roman: Mmmmh, c'est intrigant. J'aime bien la narration dédoublée "Passé: Emma" et "Présent: Jane", et surtout, j'adore l'idée de la maison qui transforme ses occupants petit à petit.
Moi pendant le deuxième quart du roman: Ca devient quand même un peu ennuyeux à force de parallélisme dans les trajectoires des deux héroïnes. J'ai du mal à les distinguer l'une de l'autre. Et puis on voit très bien vers quoi on se dirige. J'en ai ras-le-bol des mâles alphas sociopathes qui exercent une attirance irrésistible sur leur proie. Si ça continue comme ça, j'arrête avant la fin.
Moi pendant le troisième quart du roman: Putain c'est super malsain. J'aime bien le principe du narrateur non fiable, mais ce personnage-là est vraiment grave tordu. Du coup, la fin n'est probablement pas celle que j'imaginais depuis le début.
Moi pendant le dernier quart du roman: Oh. Je ne m'attendais pas à ça. ...A ça non plus.

Psychologiquement, "La fille d'avant" n'est pas le roman le plus crédible du monde, mais j'avoue qu'il m'a tenue en haleine jusqu'à la fin.

Traduction de Jean Esch

dimanche 29 juillet 2018

"Birdcage castle" T1 & 2 (Minami Toutarou)


A la recherche d'une de leurs camarades mystérieusement disparue, six lycéens pénètrent dans un château en ruines au fond d'un parc d'attraction abandonné. Là, un personnage mystérieux, le Hibou Bleu, les enferme et les enchaîne par paires pour les forcer à participer à un jeu meurtrier. Deux règles seulement: les binômes ne peuvent jamais être brisés, et il leur est impossible de revenir en arrière. Mais s'ils font les bons choix et réussissent à le trouver, ils pourront sortir sains et saufs... 

Louchant fortement du côté des escape games (dont le concept fut développé au Japon bien avant d'arriver en Europe), "Birdcage Castle" est une série en 4 tomes, terminée dans son pays d'origine et en cours de parution en France. Si, comme moi, vous avez adoré le film "Cube" ou le manga "Dédale", vous devriez vous laisser happer très facilement par ce thriller psychologique. 

La résolution des énigmes et les impératifs de survie posent des dilemmes moraux intéressants, qui révèlent assez vite le vrai visage des personnages. Ceux-ci ne sont pas d'une immense originalité, mais étant donné leur nombre élevé et le format court de la série, il est assez logique que l'auteure ait misé sur des archétypes. Le graphisme est classique, ni sublime ni rebutant, avec des expressions faciales plutôt réussies et des décors sobres mais suffisants pour poser une atmosphère dérangeante. J'ai dévoré coup sur coup les deux tomes actuellement disponibles et attends maintenant avec impatience le troisième, prévu pour mi-septembre. 

mercredi 22 février 2017

Concours: "Archer & Bennett T1: Hadès" (Candice Fox)


Sydney, années 90: Hadès règne sur une décharge, un univers de sculptures étranges où des hommes viennent solliciter son aide pour faire disparaître des corps. Un soir, on lui amène deux jeunes enfants rescapés d'un cambriolage qui a mal tourné. Il s'apprête à les tuer, mais leur regard froid le pousse à les adopter. Au fil des ans, il va tout leur apprendre, dont son savoir-faire si particulier.
Sydney, de nos jours: Frank Bennett rejoint la brigade criminelle et fait la connaissance d'Eden, sa nouvelle coéquipière. Leur première enquête débute immédiatement: des corps démembrés auxquels il manque des organes ont été découverts dans une marina....

Aujourd'hui, je vous propose de gagner un exemplaire de ce thriller australien qui, bien qu'étant le premier tome d'une trilogie, peut parfaitement se lire tout seul car il offre en soi une conclusion satisfaisante. Pour cela, laissez-moi un commentaire dans lequel vous m'indiquerez la première chose qui vous vient à l'esprit quand on vous parle de l'Australie. Clôture du concours lundi 27 à minuit; tirage au sort et annonce des résultats le lendemain matin. Envoi en Europe seulement. Bonne chance à tous!

lundi 13 juin 2016

Concours: "Les racines du sacrifice" (C.J. Lyons)


Elle cherchait l'aventure: elle a trouvé la peur et la trahison. Entraînée au plus profond de la jungle du Guatemala, Maria Alvarado, jeune étudiante en archéologie, n'a aucune chance de survie. A moins que Caitlyn Tierney, agent du FBI, ne retrouve sa trace et ne la ramène à son père, un leader de la biotechnologie aux poches profondes prêt à tout pour retrouver sa fille chérie. Seule piste, fragile: un étranger aperçu aux abords de son bateau de croisière, et qui pourrait l'avoir convaincue de l'accompagner. Caitlyn suit son instinct et pénètre dans les ténèbres. Mais les crimes qui s'y dissimulent n'ont rien à envier aux sacrifices atroces commis au nom des dieux mayas...

J'ai récemment reçu mes exemplaires de traducteur de ce thriller qui m'a occupée pendant toutes mes dernières non-vacances de Noël. C'est le troisième tome des aventures de l'agent Caitlyn Tierney, mais avec une histoire indépendante, de sorte qu'on peut très bien l'apprécier sans avoir lu les deux précédents. Je vous propose d'en gagner un en répondant dans les commentaires à la question suivante: quel est le thriller le plus passionnant que vous ayez jamais lu, celui qui vous a le mieux tenu en haleine jusqu'au bout? Clôture du concours jeudi 16 à minuit, et publication des résultats le lendemain. Envoi du livre en Europe seulement. Bonne chance à tous!

samedi 5 décembre 2015

Concours: gagnez 3 exemplaires de "Touch" (Claire North)


Kepler est un fantôme, une entité désincarnée. D'un simple contact peau contre peau, il "saute" d'une personne à l'autre, utilisant le corps de ses hôtes aussi longtemps qu'il lui plaît avant de les laisser sans aucun souvenir de ce qu'ils ont fait durant la période où il les possédait. Jusqu'au jour où un assassin mandaté par une organisation mystérieuse commence à le traquer à travers ses hôtes successifs. S'engage alors une folle course-poursuite à travers toute l'Europe, durant laquelle Kepler convoque ses souvenirs pour tenter de comprendre qui peut bien chercher à l'éliminer...

Qui sommes-nous au-delà du corps que nous portons, de sa position sociale et de ses biens? Telle est la question que pose Claire North, la très talentueuse auteure de "Les Quinze Premieres Vies d'Harry August", à travers ce nouveau roman fantastique cette fois décidément mâtiné de thriller. Non seulement elle livre une histoire haletante, construite de façon très habile avec ses chapitres courts et ses multiples aller-retour passé-présent, mais elle se paye le luxe d'une vraie réflexion sur la notion d'identité. Son méchant est l'un des plus flippants que j'aie jamais rencontré dans un bouquin. Quant à son style, je le trouve toujours aussi percutant. Peu d'auteurs savent aussi bien qu'elle croquer une situation en quelques phrases lapidaires d'une justesse criante, ou manier l'ironie pour la faire claquer comme un coup de fouet. 

Accessoirement, c'est moi qui ai traduit ce roman - en transpirant à très, très grosses gouttes du fait qu'on ne sait jamais si Kepler est un homme ou une femme, ce qui passe très bien en anglais mais pas du tout en français où les adjectifs s'accordent avec le genre du nom auquel ils se rapportent. Et comme mon éditeur a été très généreux en m'envoyant mes exemplaires, je peux exceptionnellement vous en faire gagner non pas un, mais trois! Avant dimanche 13 décembre à midi, laissez-moi un commentaire en me disant de quelle personne vous aimeriez occuper le corps l'espace d'une journée, et pour faire quoi. Je procèderai ensuite à un tirage au sort. Ouvrages expédiés uniquement en Belgique (dans la foulée des résultats) ou en France (début janvier). Bonne chance!