Affichage des articles dont le libellé est shopping. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est shopping. Afficher tous les articles

mercredi 21 août 2019

Où mes cuisses-qui-se-touchent testent les pantys Chub Rub




Ma copine Jeanne ayant (bien involontairement) lancé sur Facebook une discussion à propos des cuisses-qui-se-touchent et de la torture que ça peut être l'été, une de ses contacts a déclaré qu'elle avait testé les Chub Rub et qu'elle les trouvait géniaux. J'avais bien vu passer la pub, mais je n'achète jamais aucun "produit miracle" découvert par ce biais. Avec la caution d'une vraie personne, en revanche, j'étais disposée à me laisser tenter: la crème Nok, c'est très bien, mais j'oublie d'en mettre 9 fois sur 10 avant de sortir, et par grosse chaleur il faut la réappliquer toutes les 2h, ce qui n'est pas nécessairement très commode. Sans parler du fait qu'en cas de départ en voyage, j'essaie de limiter les liquides pour faciliter le passage de la sécurité avec mon bagage cabine.

samedi 20 octobre 2018

My best of Toulon 2018




Quand je dis "Best of", entendons-nous bien: je n'ai pas tout testé. Il ne s'agit pas d'un palmarès exhaustif, juste des adresses que j'aime, que je fréquente régulièrement et que je suis prête à recommander les yeux fermés. Toutes se situent dans le centre-ville et sont à distance de marche les unes des autres. J'actualise cette liste d'année en année. 

DEJEUNER
Cuisine italienne sublime; pâtes maison préparées le jour même avec des produits importés d'Italie,  et pizza napolitaine dont la recette figure au patrimoine de l'Unesco. Le restaurant s'est dédoublé depuis peu en récupérant un second local situé juste derrière le premier. Terrasse (couverte en hiver). Réservation fortement conseillée. 
Cuisine fraîcheur avec les produits du marché voisin. Déco fantaisiste et colorée. Plats légers et souvent inventifs. Mais le meilleur, ce sont les desserts de Gilles, qu'on peut également savourer l'après-midi avec un thé Mariage Frères ou un chocolat chaud maison. Terrasse presque toute l'année.
O garden, 6 rue Emile Zola (à côté de la cathédrale)
Mon coup de coeur le plus récent. Cuisine multi-culturelle et healthy, avec de grandes salades variées et délicieuses - ma préférée: la Pattaya, d'inspiration asiatique. Service un peu lent aux heures de pointe, mais ça vaut la peine d'attendre. Terrasse quand la météo le permet.

dimanche 24 juin 2018

Miscellanées écossaises





LES HEBERGEMENTS QU'ON A ADORES:

- A Glasgow, cet appartement lumineux dans une maison georgienne, avec une cuisine et une salle de bain super bien équipées et un lit très confortable, à la limite entre le centre-ville et le quartier étudiant où se trouvent un beau parc et l'un des principaux musées de la ville. 
- A Edimbourg, cette superbe et très grande chambre avec salle de bain en suite, dans l'appartement d'une artiste qui a tout décoré avec un goût impeccable. Elle se trouve dans la Ville Neuve, à un quart d'heure de marche de la gare de Waverley en ligne droite ou moins de dix minutes de la station de bus. 
- Sur l'île de Skye: cet éco-studio attenant à la maison des propriétaires, un couple de dames adorables. Frigo garni à mort, lit queen size et couette archi-moelleuse, chauffage par le sol dans la salle de bain, baie vitrée avec une vue sublime sur le loch en contrebas, calme à toute épreuve. La tannerie Skyeskyns, dont je recommande fortement la visite, est à moins de 300 mètres. 
- Près de Fort William: cet hostel plutôt destiné aux randonneurs, mais qui convient très bien aussi pour un séjour d'une nuit quand on est juste de passage et qu'on ne veut pas exploser son budget. Accueil d'une gentillesse incroyable (la dame parle français), immenses parties communes comprenant entre autre une buanderie toute équipée, chambres fonctionnelles mais très correctes. Un rapport qualité-prix imbattable dans la région.

dimanche 27 mai 2018

[PARIS] Le Renard Doré, la nouvelle librairie manga pour les amoureux de l'univers Ghibli



 Désolée pour les photos moches, mon appareil était mal réglé et l'éclairage intérieur pas commode!

Depuis le début du mois, il existe à Paris, tout près de la fac de Jussieu, une nouvelle librairie dédiée aux mangas et à la culture asiatique: Le Renard Doré. Financée partiellement grâce à Ulule, c'est une boutique ravissante à la décoration inspirée de l'univers des studios Ghibli: tapisseries à fleurs, luminaires style Tiffany, miroirs en forme de fenêtres, éléments végétaux qui prennent d'assaut les présentoirs... Au rez-de-chaussée, un très beau choix de mangas classés par thème, avec mise en avant des coups de coeur du maître des lieux, mais aussi plein de papeterie kawaii et les incontournables peluches Totoro. Au sous-sol, une sélection de littérature asiatique, de la vaisselle Rice en mélamine et des ateliers pour petits et grands. 

vendredi 2 février 2018

Deux mois sans Amazon




A une exception près - le bouquin de photos de Pete Souza que je n'arrivais pas à me procurer ailleurs -, je n'ai plus commandé de livres papier sur Amazon depuis le 3 décembre dernier. Ca n'a pas été si difficile que je le pensais de rompre avec cette habitude pourtant enracinée depuis 20 ans (glups), et j'en ai retiré beaucoup de bénéfices: 

lundi 24 juillet 2017

Où j'achète mes jolies robes




Mes Instagram du week-end dernier m'ont valu plein de compliments sur mes robes. C'est drôle, parce que dans mon groupe d'amies à Bruxelles, je ne suis de loin pas la mieux habillée: Sunalee et Gasparde, par exemple, savent coudre et se font des vêtements magnifiques avec des tissus aux imprimés sublimes qu'elles commandent parfois jusqu'à Hong-Kong. Et même si j'admire beaucoup le résultat, je sais que je ne vais jamais pouvoir en faire autant: d'abord je n'ai pas la place d'installer un atelier couture, ni à Bruxelles ni à Monpatelin; ensuite, je ne possède ni la patience ni la précision nécessaires pour me lancer dans ce genre d'entreprise. Du coup, je me rabats sur ce qui est disponible dans le commerce! 

jeudi 8 septembre 2016

[AMSTERDAM] Shopping original dans le quartier des Neuf Ruelles


Entre mon goût de plus en plus prononcé pour le minimalisme, l'uniformisation de l'offre et les restrictions budgétaires qui me poussent à mieux cibler mes dépenses, j 'ai tout à fait perdu l'habitude des grosses virées shopping. Quand je m'achète une plante en pot, un sachet de bon thé et un T-shirt en soldes, j'ai l'impression d'avoir fait sauter la banque (les bouquins ne comptent pas, n'ont jamais compté et ne compteront jamais). Aussi, je ne sais pas trop comment expliquer ce qui m'est arrivé samedi dernier pendant qu'on se baladait au bord des canaux côté Jordaan, à Amsterdam. Je plaide la folie temporaire - sans doute un truc dans l'atmosphère locale des Pays-Bas -, et le fait que les boutiques du quartier des Neuf Ruelles sont réputées pour leur originalité. Petite présentation de mes préférées...


♥︎ THE OTHERIST ♥︎













C'est mon énorme coup de coeur du week-end, une sorte de cabinet de curiosités où l'on peut trouver des plantes aériennes, des objets anatomiques, des papillons sous verre, des insectes mécaniques, des crânes en porcelaine, des bijoux inhabituels, des brols déco creepy juste ce qu'il faut... Le monsieur qui tient la boutique depuis dix ans est d'une gentillesse absolue. Et pour ceux qui n'auraient pas la chance de passer prochainement à Amsterdam, il vend certains de ses trésors en ligne. Rien n'est donné, mais tout est très, très beau et passablement unique. 

Leliegracht 6
1015 DE Amsterdam


♥︎ NIKKI NIK 
SOCKS WE LOVE ♥︎






Comme je raffole de collants à motifs, j'étais obligée d'entrer dans ce double magasin en L, dont la première partie est dédiée aux vêtements de femme neufs ou d'occasion, dans un style un peu rétro, et la seconde à une incroyable variété de collants et de chaussettes H ou F. Le stock est riche et les articles pas mal entassés les uns sur les autres, il faut consacrer un peu de temps à fouiller! J'ai craqué pour un cardigan rouge et noir à motif de lunettes rétro, une jupe Noa Noa turquoise à pois (qui est trop large à la taille et que je ferai retoucher par ma couturière, mais c'était une occasion et une taille L), et deux paires de collants dont un très épais pour lequel je comptais prendre du L, mais Nicole, l'adorable propriétaire qui a l'oeil et connaît bien ses marques, m'a juré que le S me suffirait. J'ai essayé, et elle avait raison. En bonus, j'ai embarqué des chaussettes Hokusai pour Chouchou qui s'était montré d'une patience exemplaire! Chaussettes et collants peuvent être achetés en ligne ici




Gasthuismolensteeg 5
1016 AM Amsterdam


♥︎ISLAND REMEDY STORE 
by ARUBA ALOE♥︎

Une boutique entièrement dédiée à des cosmétiques à base d'aloe vera, cette plante (c'est même un cactus!) aux vertus médicinales multiples. Aimant beaucoup son odeur, je me suis laissée tenter par un gel hydratant à la vitamine E, super frais sur la peau et que je compte mettre le soir avant de me coucher ainsi que me l'a suggéré la vendeuse. Les produits solaires avaient l'air super également, mais comme on arrive à la fin de l'été malgré ce que les températures peuvent laisser croire, ce sera pour une autre fois! Tentée? La boutique en ligne est ici.



Runstraat 25
1016 GJ Amsterdam


♥︎ AMSTERDAM DUCK STORE ♥︎




Pour finir de façon ludique, une boutique spécialisée dans le canard en plastique déguisé en tout et n'importe quoi. Le choix fut rude, mais j'ai fini par me décider pour un Dracula tandis que Chouchou réclamait un Dark Batman à cors et à cris. Oui, nous sommes de grands enfants (mais nous ne sommes pas les seuls vu l'affluence). A noter qu'ici, on paye uniquement en carte de crédit: pas de cash, pas de braquage, clame une affichette à l'entrée! Après avoir fait un tour sur le site en ligne, je regrette presque de ne pas avoir pris plutôt une licorne...




Oude Leliestraat 16
1015 AW Amsterdam

samedi 13 février 2016

Boutique Lupicia, un paradis pour les amateurs de thé (et de jolies boîtes)




Ravie par ma première commande Lupicia, et gravement en manque de Neige Blanche depuis la fin de mes 50g d'origine quelques semaines plus tôt, j'avais prévu de passer mercredi dernier à la boutique parisienne - et, du même coup, d'y retrouver Shermane qui m'avait fait découvrir la marque. 

D'entrée, j'ai été agréablement surprise par l'espace immense et les thés qui s'alignaient presque à perte de vue. Je ne savais plus du tout où donner de la tête! Un vendeur très serviable m'a guidée vers les thés de Noël (en promo à -15% pour finir le stock, avant qu'ils disparaissent pour revenir à l'automne prochain). J'aurais pu me contenter de reprendre du Neige Blanche, mais il y avait beaucoup trop de jolies boîtes et de parfums tentants. Je pense que je n'ai jamais craqué pour autant de thés noirs de ma vie, moi qui n'en raffole pas d'habitude. Outre le Neige Blanche, j'ai pris de l'Earl Grey, mais aussi du Thé au chocolat, du Thé à l'abricot et même du Thé au kumquat - par curiosité, sans trop savoir s'il me plairait. Au final, mon seul thé vert est le mélange maison, le Bonaparte n°40 ainsi baptisé en référence à l'adresse de la boutique parisienne et que l'on trouve seulement là. Les autres points de vente de la marque ont leur propre mélange maison, mais pour y goûter il faudra aller en Asie, aux USA ou en Australie (on y travaille...). 












J'aime beaucoup la diversité des produits et le fait qu'on puisse choisir entre différents conditionnements: jolies boîtes métalliques plates, sachets de 50g  (ce qui permet de faire des tests à moindre coût - et si on prend plus d'un sachet à la fois, il y a 10% de réduction à partir du deuxième) ou infusettes individuelles parfois. Les matchas en poudre parfumés, à diluer directement dans de l'eau chaude, sont un concept très intéressant, et les coffrets doivent faire de merveilleux cadeaux. On peut humer toutes les variétés grâces aux boîtes d'exposition, et compléter ses emplettes avec théières, tasses, filtres, fouets à matcha et autres accessoires. Je n'ai qu'une seule question: à quand un salon de thé attenant? 

40 rue Bonaparte
75006 Paris
Ouvert du lundi au samedi

jeudi 4 février 2016

Books are the new clothes



A une époque pas si lointaine, j'achetais des fringues comme si toutes les usines textiles du monde risquaient de disparaître du jour au lendemain. Je dépensais des sommes folles pour des vêtements et des chaussures que, dans la moitié des cas au moins, je ne portais jamais parce qu'ils ne m'allaient pas si bien ou que ce n'était pas mon style en fin de compte. Parfois, je ressortais un pull ou une paire de sandales du fond de mon placard où ils gisaient oubliés depuis des années, et je les regardais comme on regarde le porte-serviettes en coquilles Saint-Jacques qu'on trouvait charmant sur le port de Mykonos: en me demandant par quel démon du mauvais goût j'avais été possédée au moment de passer en caisse. 

Depuis, j'ai heureusement développé un esprit plus critique et une méthode plus sélective pour éviter l'engorgement de mes armoires. Je n'achète plus une fringue que si:
- elle me va vraiment bien (elle ne me boudine nulle part, ne poche pas dans le dos, et je me sens jolie quand je me regarde avec dans la glace)
- elle peut facilement se coordonner avec le reste de ma garde-robe (quasi exclusivement composée de noir, de rouge, de gris, de kaki et de violet, dans un style pseudo-rétro ou vaguement motard)
- elle correspond à la vie que je mène (les talons de 12 cm et les robes de princesse, c'est pas que j'aime pas, mais je ne vois vraiment pas où et quand je les porterais)
- elle est confortable et facile à entretenir (pas de trucs qui se lavent uniquement à la main, ou qui doivent impérativement être repassés).

Moyennant quoi, ça fait quelques années qu'il ne m'arrive plus que très rarement de regretter un achat. Les derniers vêtements que j'ai donnés, c'est parce que je ne rentrais plus dedans. 

Hélas, le problème de boulimie consommatrice dont je croyais m'être débarrassée n'a fait que se déplacer sur les livres. Je suis tout le temps en train d'en acheter. Et c'est vrai que j'en lis beaucoup, mais j'estime qu'environ un quart de mes achats finiront par partir chez Pêle-Mêle sans avoir été ouverts, et un autre quart environ après avoir été lus partiellement et sans plaisir. Parce que leur sujet ne m'intéressait pas tant que ça en fin de compte. Parce qu'il correspondait à une envie du moment qui m'est passée très vite. Parce que j'ai prêté l'oreille à des critiques élogieuses dont les auteurs n'avaient visiblement pas les mêmes goûts que moi. Parce que le style de l'auteur m'a très vite insupportée. Parce qu'ils sont arrivés dans ma PAL à un moment de grand encombrement et que n'ayant pas été lus tout de suite, ils ont perdu leur attrait à mes yeux. 

J'essaie de limiter les dégâts en achetant surtout des poches, et en parcourant les premières pages de chaque roman en librairie. Mais la vraie cata, ce sont les bédés. 20 ou 25€ pour un roman graphique terminé en une demi-heure, ça va encore quand j'aime beaucoup, mais dans le cas contraire, je râle vraiment. Et l'excuse "Oui mais je soutiens le secteur de l'édition" s'envole assez vite quand je convertit mon budget lecture mensuel en billets d'avion. Surtout que je conserve de moins en moins d'ouvrages (vu que je les relis rarement et ne souhaite pas m'encombrer). 

Alors certes, la lecture est mon loisir numéro un et elle le restera quoi qu'il arrive. Et j'aime avoir un petit stock de livres d'avance pour pouvoir choisir en fonction de mon humeur au moment d'en entamer un nouveau. Mais dès que j'entre dans une librairie, je deviens une sorte de monstre bavant et écumant, aussi incontrôlable qu'une gamine dans un magasin de bonbons. Je veux celui-là, et celui-là, ooooooh, et celui-là aussi. Je prête à tous le pouvoir, sinon de changer ma vie, au moins de me faire passer quelques heures délicieuses ou instructives en leur compagnie. Trop souvent, je me trompe. Et contrairement à ce qui s'est passé avec les fringues, je ne parviens pas à établir de check-list efficace pour mettre un frein à ma voracité aveugle. 

mercredi 5 août 2015

Soldes printemps/été 2015: mes trouvailles


En juillet, j'avais décidé de faire un mois de no buy parce que nos finances n'étaient pas brillantes et que ma priorité était de réserver notre séjour de fin septembre à Budapest. Et puis le 1er du mois, j'ai reçu un versement inopiné de la Sofia sur lequel je ne comptais absolument pas. Du coup, je me suis quand même laissée tenter par quelques articles repérés de longue date et désormais soldés à des prix intéressants. 



T-shirt sirène Anatopik
J'ai un énorme faible pour les illustrations présentes sur les hauts et les robes de cette marque; en revanche, je trouve leurs prix scandaleusement élevés pour des vêtements en jersey pas spécialement épais ni résistant au lavage. Donc, je ne les achète qu'en soldes (ici, -40% sur eBay).



Robe oiseaux Emily & Fin
Emily & Fin est ma marque coup de coeur du printemps/été 2015. Après avoir acheté une première robe imprimée nuages sur fond turquoise à tarif plein chez Kusje, et trouvé la coupe comme la taille absolument parfaites pour moi, j'ai déniché la même avec un imprimé rétro sur fond noir à - 40% sur Asos courant mai, et là, de nouveau la même mais avec un imprimé oiseaux sur fond rouge, toujours à -40% sur Asos.



Babies rose pâle et blanc Wonders
J'ai déjà deux paires de babies de cette marque, et je les trouve aussi confortables que des pantoufles. Alors, quand celles-ci se sont retrouvées à -50% chez Kusje, j'ai su que je ferais une bonne affaire en les prenant. Maintenant que j'ai trouvé mon style, je m'aperçois que j'achète souvent la même chose en plusieurs exemplaires avec juste des variations de motifs ou de couleurs!



Sac Bossa rouge Nat & Nin
Ca doit faire 5 ou 6 ans que je n'achète plus que des sacs de cette marque tellement j'en suis fan. J'ai craqué pour ce modèle à mi-chemin entre le sac à main et le sac de voyage, super pratique pour mes trajets en train ou en avion. Il était à -30% chez Sarenza, et j'ai encore eu 10€ de réduction "nouvelle cliente" (étant donné que j'avais perdu les coordonnées de mon ancien compte, pas utilisées depuis trop longtemps, et que j'ai donc dû en créer un autre). A l'usage, il s'est révélé absolument parfait!



Pantalon de yoga NinaBroze
Je l'avais épinglé dans mes favoris Etsy depuis des mois, mais $70 plus les frais de port pour un bas de fitness, euh, non. Par contre, quand il est descendu à $37 parce que la couleur allait être arrêtée et remplacée par un rouge plus foncé, mes scrupules se sont envolés. Comme les délais de livraison depuis les USA sont méga aléatoires, je l'ai fait livrer chez ma mère où je le récupèrerai ce week-end. Au cas où vous auriez le moindre doute, ce n'est donc malheureusement pas mon auguste fondement qui figure sur la photo ci-dessus (Jillian n'a pas réussi à faire un tel miracle!). 




Boots panthère Coqueterra
Je ne suis pas DU TOUT fan d'imprimés animaux, pourtant j'ai eu le coup de coeur pour ces boots (qui existaient aussi dans des couleurs beaucoup plus neutres). Même à -40%, j'ai hésité un moment: je ne porte plus de pantalon; avec quoi allais-je les mettre? Puis j'ai décidé qu'elles rockeraient très bien une petite robe noire et des collants opaques. Par contre, Spartoo n'est pas hyper rapide sur les envois: commande jeudi dernier, livraison prévue en début de semaine prochaine... pendant que nous serons absents. Du coup, rien ne garantit qu'elles m'iront et que je les garderai.

Au final, je me suis pas mal lâchée... mais j'avais fait un gros gros vide dans ma penderie en début de mois, et tous ces articles ont déjà été portés ou le seront suffisamment pour justifier leur achat. Pas de regrets, donc!