Affichage des articles dont le libellé est salons de thé. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est salons de thé. Afficher tous les articles

mardi 6 octobre 2015

[BUDAPEST] Une longue balade côté Buda






J'ai mieux dormi cette nuit, malgré quelques difficultés pour digérer la friture d'hier soir. Départ vers 10h45. Aujourd'hui, nous passons de l'autre côté du Danube pour voir la vieille ville de Buda autour du château. En nous dirigeant vers le fleuve, nous croisons un humble mais très émouvant mémorial aux déportés de la Deuxième Guerre Mondiale, ainsi que plusieurs oeuvres de yarnbombing. 




Vers 11h15, nous faisons l'ouverture du restaurant asiatique Momotaro, où je prends une salade de nouilles froide (un peu moins bonne que celle du Samourai Ramen, mais encore très bien) et Chouchou un panier de brioches vapeur mi-porc mi-végétariennes, absolument fabuleuses! Ici, la plupart des restos servent toute la journée en continu, ce que je trouve vraiment pratique.









Nous traversons à pied par le pont Erzsébet Hid. Le ciel est légèrement couvert mais il fait bon, c'est un temps idéal pour marcher. Nous prenons le funiculaire pour monter jusqu'au château. Je voulais visiter le musée de la ville de Budapest (Budapesti Történeti Varmuzeum), mais l'entrée principale est introuvable, et à l'entrée secondaire, ils ne prennent pas les cartes de crédit. Ils ne parlent pas anglais non plus. Tant pis, j'ai déjà vu assez de moyennâgeuseries pour toute une vie. 






Dans Uri Utca, longue rue aux belles maisons bourgeoises dotées de façades colorées, se trouve une Poste toute mignonne où j'achète des timbres pour mes cartes postales. Plus loin, nous visitons le petit musée de la pharmacie Arany Sas Patika: trois salles seulement, mais qui me donnent l'impression d'être dans un laboratoire d'alchimie - je vous ai déjà dit que petite, je rêvais de devenir alchimiste ou Fantômette? 







Dans les rues paisibles en contrebas, nous cherchons et trouvons deux géocaches de difficulté 3 (ce qui me semble un peu exagéré, mais je ne vais pas me plaindre). Puis nous goûtons chez Angelika, où je mange un des fameux gâteaux à la crème locaux. On dirait un millfeuille sans les couches de pâte feuilletée du milieu, et avec une moitié de crème fouettée blanche à la place de la crème... je ne sais pas quoi, mais jaune clair. C'est beaucoup moins lourd que prévu. Par contre, mon chocolat chaud? Ma cuillère tient debout dedans tellement il est épais. Nous regagnons Pest par le pont Széchenyi Lanchid et, épuisés, faisons une halte à l'appartement. 





Un peu plus tard, nous sortons explorer Paulay Ude Utca où nous tombons sur une délirante boutique de sucreries appelée Sugar. Puis nous dînons de bonne heure au Pad Thai Wok To Go dans Gazsdu Udvar. Ce n'est pas subtil mais ça cale. Nous sommes rentrés avant 20h, fourbus, avec près de 25 000 pas au compteur. Boulot pour Chouchou et carnet de voyage puis lecture pour moi. 

mardi 4 août 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (11)




1. Les super filles du tram, Bruxelles 2. God save the cream, Bruxelles 3. La Mercerie, Bruxelles 
4. Exki (porte de Namur), Bruxelles 5. Green Kitchen at Belvue, Bruxelles 
6. L'ultime atome, Bruxelles 7. L'Amour Fou, Bruxelles 8. Samouraï ramen, Bruxelles 
9. Taihon, Bruxelles 10 et 14. Le bar de la place, Monpatelin 11. La fabbrica di Marco, Toulon 
12. L'Oasis, Toulon 13. L'aparté, Toulon 15. Yéti 2, Bruxelles

samedi 23 mai 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (9)




1. Comptoir Florian, Bruxelles 2. Walkin'Thai, Bruxelles 3. MangaKat Café, Bruxelles 4. Taihon, Bruxelles 5. AMI, Bruxelles 6. Yéti 2, Bruxelles 7. Samouraï Ramen, Bruxelles 8. Le Cercle des Voyageurs, Bruxelles 9. Chicag'Hostel, Toulon 10. Le Vog, Toulon 11. La Fabbrica di Marco, Toulon 12. Le Chantilly, Toulon 13. Gare du Nord, Paris 14. M&S Café, Bruxelles 15. Hôtel Le Berger, Bruxelles

mardi 19 mai 2015

Opération sabotage de régime en Helvétie (2/4)




Commencer la journée par un brunch maison: fromages suisses, charcuterie, pain aux céréales, tresse, assortiment de confitures et de pâtes à tartiner, miam! Après le quasi coup de soleil d'hier, ça fait un peu bizarre d'enfiler des collants en laine et de sortir le parapluie, mais soit. Le chic suisse: Marika nous donne rendez-vous devant les poubelles de sa rue. "Prends à droite. De toute façon, on est en Suisse: c'est TOUJOURS à droite." L'escape game I-docens est bien planqué au bout d'un chemin boueux qu'on ne peut remonter qu'à pied. Une heure et demie à courir d'une pièce à l'autre de cet ancien abri militaire, mais au final, nous parvenons à récupérer la clé USB sur laquelle sont écrits tous les noms des participants, hourra! Et les novices de notre équipe ont adoré, ce qui est l'essentiel. (article à venir) Par contre, sous ce déluge, pas question de faire la géocache de la cascade qui semblait pourtant sympa.





De retour à Vevey, nous errons dans les rues aux pavés luisants de pluie à la recherche d'un endroit sympa où boire un truc chaud, et après plusieurs déconvenues, nous finissons au café littéraire près de l'Alimentarium. Le chocolat chaud n'est pas bon du tout, mais l'endroit se révèle fort agréable, et nous y passons près de deux heures à bavarder.





Même à demi planquées par le brouillard, les montagnes sont magnifiques. Marika championne de photobombing (elle a tout appris à Benedict Cumberbatch). Elle me prête son bracelet connecté pour que je puisse tester, en m'ordonnant de marcher au moins vingt minutes le soir pour ne pas pourrir sa moyenne. Résultat, une fois rentrée chez Lady Pops, je fais les cent pas dans le salon. Histoire de faire semblant d'avoir une alimentation équilibrée, la maîtresse de maison nous prépare une soupe fabuleuse: une chaudrée au poulet, chorizo, épinards et crème de maïs, recette de la blogueuse Trois fois par jour. Chouchou en engloutit 3 assiettes, tandis que je me restreins à 2 - malgré quoi je n'ai plus beaucoup de place pour la tarte aux pommes préparée avec amour par Miss A. Compteur calorique de la journée: moins pire qu'hier, mais clairement, la malnutrition ne nous guette pas. 

lundi 13 avril 2015

Un goûter-lecture au MangaKat Café




Je n'ai jamais trop su quoi penser des cat cafés, qui ont vu le jour au Japon et commencé à s'exporter en Europe il y a deux ou trois ans. En théorie, l'idée de boire un verre entourée de chats me plaisait bien; en pratique, je me demandais si ce n'était pas trop stressant pour les animaux et peu hygiénique pour les humains. Certaines critiques lues sur le premier cat café parisien m'avaient confortée dans ma méfiance. Pourtant, quand j'ai entendu parler du MangaKat Café qui a ouvert mi-février au-dessus de l'Ultieme Hallucinatie, dans un bâtiment Art Nouveau réputé de Saint-Josse, la curiosité l'a emporté. 







Nous sommes arrivés à l'ouverture, samedi peu après 18h. Nous étions les premiers clients, ce qui nous a permis de visiter tranquillement les lieux: deux magnifiques et vastes salles attenantes, dans lesquelles se prélassent les six pensionnaires félins. J'avais peur qu'ils manquent de place ou qu'une odeur de litière flotte dans l'air, mais ce n'est absolument pas le cas. De plus, ils ont pour faire de l'exercice les deux plus immenses arbres à chats que j'ai jamais vus. Sophie, Domingo, Luz, Yuki, Yomi et Lord viennent tous de refuges; ils ont été choisis par la maîtresse des lieux pour leur capacité à vivre en intérieur et à bien s'entendre entre eux. (Par contre, contrairement à ce qu'on peut voir dans d'autres cat cafés, ils ne sont pas adoptables). Yuki nous a paru le plus curieux, et aussi le plus joueur. Sophie est jolie, toute douce et très câline, Yomi assez craintif. Nous n'avons qu'aperçu les trois autres de loin. 








Outre la présence de chats et comme son nom l'indique, le MangaKat Café propose une bibliothèque de mangas que l'on peut lire sur place. Pour l'instant, essentiellement des grands classiques que j'avais déjà lus pour la plupart, mais la propriétaire m'a confié qu'elle venait juste de réceptionner une cinquantaine de nouveautés qui seraient bientôt sur les étagères. Côté consommations, on peut boire des thés de la Septième Tasse ou du chocolat chaud, des jus de fruits et des sodas, et grignoter sucré ou salé grâce aux cupcakes Lilicup et aux Tartes de Françoise. A signaler également la présence sur la carte de mochis (sucreries japonaises en forme de boule, fourrées à la pâte de haricot rouge) et de glace au thé vert. Les prix sont très corrects: pour deux boissons, une tarte et une glace, l'addition se montait à 15,50€, et on peut passer autant de temps qu'on veut à bouquiner, à câliner les matous ou, comme nous, à faire plein de photos. Bref, un endroit très agréable que je recommande chaudement aux amateurs d'Art Nouveau, de chats, de mangas et de pauses gourmandes! 

Rue Royale 316
1210 Bruxelles
Ouvert les vendredi et samedi de 18h à 23h

EDIT: Cet établissement a fermé en avril 2016. 

dimanche 29 mars 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (8)




1. Hôtel Le Berger, Bruxelles 2. La Belladone, Bruxelles 3. Kokuban, Bruxelles 
4. Drug Opera, Bruxelles 5. Taihon, Bruxelles 6. Le Chantilly, Toulon 
7. La fabbrica di Marco, Toulon 8. La taverne de Cluny, Paris 9. La Mercerie, Bruxelles 
10. Exki (porte de Namur), Bruxelles 11. La Théière, Toulon 12. Les Têtes d'Ail, Toulon 
13. Chicag'Hostel, Toulon 14. Café Pinson, Paris 15. Le thé des écrivains, Paris

jeudi 15 janvier 2015

Reading in tearooms, restaurants and a few other places (7)




1. L'Oasis, Toulon 2. Used Books Café, Paris 3. Sucré Salé, Bruxelles 4. Exki Luxembourg, Bruxelles 5 et 10. Hôtel Le Berger, Bruxelles 6 et 15. La Théière, Toulon 7 et 13. La fabbrica di Marco, Toulon 8. Doraku, Paris 9. Maison Prestige, Bruges 11. Kosmos, Bruxelles 12. Praia da Luz, Porto 14. Le Chantilly, Toulon

mercredi 7 janvier 2015

[PORTO] Rota do Chà, salon de thé merveilleux et secret




Je craignais un peu que nous ne nous ennuyions le 1er janvier, alors que tous les commerces et les musées seraient fermés. J'ai donc décidé d'exploiter les maigres ressources de geocaching de Porto en nous concoctant une balade pour rafler toutes les vertes à notre portée que nous n'avions pas encore faites. La première, située à deux pas de l'esplanade où avait eu lieu le monstrueux concert/feu d'artifice de la veille, avait vraisemblablement disparu. Le deuxième, face à la ravissante église évangélique méthodiste de Mirante, a été vite découverte.

Puis nous nous sommes engagés dans la rua de Miguel Bombarda, repaire des jeunes créateurs locaux, afin de gagner le site de la suivante. Et là, surprise: dans la partie que nous n'avions pas encore explorée les jours précédents, nous sommes tombés sur un salon de thé ouvert. Nous avons pensé qu'une petite pause rafraîchissement ne nous ferait pas de mal, et franchi la porte sans nous douter de ce qui nous attendait à l'intérieur.







Un peu hésitants, nous avons longé un couloir jaune puis traversé une salle rouge sombre et déserte, décorée dans un style asiatique. Au fond, trois petites tables flanquées de banquettes s'alignaient dans une véranda lumineuse, et j'ai songé que ce serait très agréable de s'installer là. Puis l'un des clients en train de boire son thé m'a souri en désignant de l'index une seconde porte.

Nous sommes ressortis dans une cour fermée, envahie par les plantes et baignée de soleil. Un oranger trônait au bord d'une terrasse couverte; des poufs entouraient des tables basses dont l'une était occupée par un couple et ses trois petits garçons; quelques chardonnerets sautillaient partout sous le regard impassible de deux statues de Bouddha; des haut-parleurs diffusaient une musique lounge surprenante. Un véritable enchantement.








La carte comportait plus de 300 thés, parmi lesquels j'ai reconnu des mélanges Theodor et Tekoe ainsi que certains crus du Palais des Thés. Les 8 trésors de Shaolin, que j'avais choisis initialement, étaient en rupture de stock; j'ai donc opté pour un Lu Shan (thé vert chinois réputé, que je n'avais encore jamais goûté) tandis que sur mon conseil, Chouchou commandait un Tamaryokucha Impérial (thé vert japonais un peu herbacé, très fin).

Après ça, comme nous avions à peine grignoté aux environs de midi et que nous avions vraiment envie de nous attarder, nous nous sommes laissé tenter par un menu lunch à 6€ composé d'une délicieuse soupe de légumes parfumée aux épices, ainsi que de calmars en sauce ou de poulet grillé. Si j'avais eu de quoi lire dans mon sac, je pense que j'aurais renoncé à la suite de la balade de geocaching et que nous serions restés là jusqu'à l'heure de la fermeture. Deux moments parfaits en deux jours - je peux vous dire qu'on s'est sentis drôlement gâtés...




Rua de Miguel Bombarda 457
4050 PORTO