Affichage des articles dont le libellé est escape game. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est escape game. Afficher tous les articles

mardi 26 juin 2018

[BRUXELLES] Escape Prod: Le secret du Manneken Pis





On avait vraiment aimé les deux premières salles d'Escape Prod, l'Evasion des Dalton et Blacksad, détective privé. Du coup, quand les organisateurs m'ont contactée pour me proposer de tester leur nouveau jeu, j'ai dit oui tout de suite. Surtout que cette fois, il ne s'agissait pas d'un escape game stricto sensu, mais d'un jeu de piste en extérieur. J'ai réuni les suspects habituels et cherché une date où on était tous libres en priant pour qu'il fasse beau ce jour-là. Et pour une fois, les dieux de la météo m'ont exaucée: dimanche, on avait un ciel légèrement couvert mais sans menace de pluie, et 18° - le temps parfait pour s'agiter sans se retrouver immédiatement en nage.

mercredi 20 juin 2018

[EDIMBOURG] Department of mysteries: Prophecies quest





Ca faisait très longtemps que j'avais envie d'essayer un escape game Harry Potter, mais tous ceux qu'on aurait pu faire lors de nos déplacements nécessitaient une équipe de 3 voire 4 personnes minimum. Du coup, lorsque j'ai appris qu'il en ouvrait un à Edimbourg deux mois avant notre séjour là-bas, je me suis empressée de réserver une session. Qui a donc eu lieu lundi en fin d'après-midi. 

jeudi 26 avril 2018

[AMSTERDAM] Questomatica: Arcade Invasion





Il y a un an et demi, nous avions eu un gros coup de coeur pour "Wake up", une des meilleures salles d'escape parmi la cinquantaine que nous avons testées à travers toute l'Europe. Nous nous étions juré de revenir à Amsterdam pour jouer la seconde salle de Questomatica, dont le thème nous paraissait tout aussi original et prometteur. Hier, nous avons mis notre menace à exécution...

mardi 13 février 2018

[BRUXELLES] Escape Rush: Submarine bunker





Si vous avez un peu suivi nos aventures d'amateurs de l'évasion, vous avez dû vous rendre compte que les cadenas sont la plaie des joueurs chevronnés. Quand on a déjà une quarantaine de salles à son actif (et même bien avant ça), on devient nettement plus exigeant sur la qualité des scénarios et des énigmes. Alors, quand l'un des créateurs d'Escape Rush, qui a ouvert en janvier dans le quartier du cimetière d'Ixelles, m'a contactée pour me proposer de tester sa salle "high tech sans aucun cadenas", ma réponse a été aussi rapide qu'enthousiaste. Oui, oui, oui! Le temps de rameuter nos coéquipiers habituels, et quelques jours plus tard, nous débarquons dans des locaux impressionnants de par leur taille comme par le soin apporté à leur déco: ceux de l'agence Ravenswood...

mardi 10 octobre 2017

[DUBLIN] Escape Boats: S.O.S.




Pas facile de trouver à Dublin un escape game à la fois original dans son thème et accessible à une équipe de 2 personnes seulement. Je commençais à désespérer quand je suis tombée tout à fait par hasard sur le site d'Escape Boats, une toute jeune société entrée en activité au début de l'été et qui ne propose pour l'instant qu'une seule salle, mais... à bord d'un vrai bateau, le Zorg Ella. J'ai pensé qu'à défaut d'autre chose, nous aurions droit à un décor original et réaliste à la fois, et j'ai réservé pour la fin de notre dernier jour complet en Irlande - un dimanche qui s'est révélé gris et pluvieux, comme on peut le voir ci-dessus. 

vendredi 11 août 2017

[TOULOUSE] Toulousescape: Le mystère de la dame rouge




Pour cette seconde salle de la semaine, réputée très difficile selon les avis des joueurs passés avant nous, Chouchou et moi avions fait appel à notre copain Kettch que nous n'avions pas réussi à voir depuis longtemps et qui se trouvait justement en vacances à Toulouse en même temps que nous. Il n'avait encore jamais eu l'occasion de tester un escape game; c'était donc une bonne occasion!

Lily Black a été assassinée dans des circonstances étranges - puis, l'un après l'autre, tous les membres de sa famille proche. Chaque fois, une mystérieuse dame habillée tout de rouge a été aperçue sur les lieux. Alors que nous enquêtons sur cette série de crimes, nous sommes enlevés, et c'est donc les yeux bandés, guidés par notre maître de jeu Sandrine, que nous pénétrons dans la salle de jeu...

jeudi 10 août 2017

[TOULOUSE] Adventure Rooms: Le tour du magicien




Si nous avions déjà fait les deux salles actuellement proposées par l'Adventure Rooms de Toulon, nous n'avions en revanche essayé aucun des scénarios (tous différents car développés au niveau local) proposés par l'antenne toulousaine de cette franchise. Sur les quatre disponibles, j'ai choisi "Le tour du magicien" pour son thème original - nous commençons à en avoir un peu marre des décors de bureaux et de laboratoires ainsi que des évasions ou cambriolages en tout genre. 

jeudi 20 juillet 2017

Trois ans d'escape games, un petit récapitulatif




Ce mois de juillet marque le troisième anniversaire de notre découverte des escape games. Comme nous avons depuis lors testé pas mal de salles dans plein d'endroits différents, j'ai pensé qu'un petit récapitulatif s'imposait pour mes archives personnelles, et aussi parce que ça pourrait intéresser certains d'entre vous en quête d'un bon scénario dans votre coin! (Cliquez sur les noms pour accéder à mes critiques détaillées.)

mercredi 12 juillet 2017

[BRUXELLES] Escape Prod: Blacksad, détective privé




Il y a quelques mois, nous nous étions beaucoup amusés dans la salle "L'évasion des Dalton". Alors, quand j'ai découvert qu'un second scénario était disponible chez Escape Prod depuis le 1er juillet, j'ai eu très envie d'essayer - et les organisateurs ont eu la gentillesse d'accepter de nous réinviter. 

"Blacksad, détective privé" reste dans l'univers de la bédé, mais cette fois, c'est celui du personnage de Guarino, qui mène des enquêtes dans le New York des années 50. Vêtu des indispensables imper mastic et Borsalino, les joueurs disposent d'une heure pour fouiller le bureau du mystérieux Horloger et y récupérer le carnet contenant les plans d'une odieuse machination à l'encontre de notre héros...

jeudi 6 juillet 2017

[OSLO] The escape games: Mystery of the pirate ship




J'avoue: c'est avec beaucoup d'hésitation que j'ai réservé un escape game à Oslo. Entre l'escape game assez nul que nous avions fait fin mars à Lausanne et le vraiment très mauvais testé à Lille début juin, je commençais à craindre qu'on soit trop blasés pour les salles "ordinaires" - et même plusieurs années après le début du phénomène, les salles vraiment originales restent difficiles à trouver en Europe hors Budapest. Or, investir une centaine d'euros à deux pour une heure à ne pas s'amuser, ça fait un poil chérot! Mais finalement, l'escape game local qui avait les meilleures appréciations sur Trip Advisor proposait une salle à thème pirates - un truc qu'on n'avait pas déjà fait, et qui est assez irrésistible pour moi comme en témoigne ma bannière. Alors, après avoir posé plein de questions par mail (pour savoir notamment s'il n'y avait pas trop de cadenas et si le niveau d'éclairage était correct à l'intérieur), je me suis lancée avec quelque appréhension. 

Appréhension qui n'a pas diminué quand, arrivée sur place lundi à 14h avec Chouchou, j'ai découvert que la Game Master, Kristina, allait surveiller deux parties en simultané. Comment, dans ce cas, accorder assez d'attention à chacune pour voir ce que les joueurs ont déjà fait et trouvé exactement? De plus, pas d'écran avec chrono à l'intérieur de la salle: nous aurions juste une smartwatch sur laquelle nous recevrions éventuellement des indices. Mon scepticisme était à son comble. Puis en fonçant tête baissée dans l'escalier qui permettait d'accéder à la salle, j'ai manqué m'assommer sur la trappe presque horizontale qui se trouvait en haut. Pas à dire: ça commençait bien!

Et puis mes réserves se sont rapidement envolées, parce que le jeu s'est révélé vraiment très fun. Pas de décor ultra coûteux et ou de mécanismes chiadés: du bricolage et de la récup' en brocante, mais super bien foutu et agencé, avec un grand nombre d'énigmes individuelles juste assez difficiles pour forcer les participants à se creuser les méninges sans non plus les condamner à bloquer trop longtemps sur aucune d'entre elles. Dans toute la partie, Kristina nous a envoyé deux indices. La première fois, nous ne nous en sommes aperçus qu'alors que nous étions déjà deux étapes plus loin; la seconde, nous peinions sur un puzzle et elle nous a donné la clé d'une partie que nous avions déjà réussie. Donc au final, nous avons tout fait sans aide. A deux, c'était beaucoup d'agitation et de fouille tous azimuts, mais dans le bon sens du terme. Il n'y avait pas de goulet d'étranglement dans le scénario; l'un de nous pouvait toujours chercher et avancer en parallèle quand l'autre peinait sur la résolution d'une énigme donnée. 

Pas de trouvaille fracassante, mais plein de petits mécanismes très sympas et surtout hyper cohérents avec le thème. Si la salle est de niveau intermédiaire, ce n'est pas pour la difficulté des puzzles mais plutôt pour leur nombre. Mon seul bémol au final, c'est que la smartwatch ne faisait pas chrono: elle indiquait juste l'heure qu'il était, et comme nous ne l'avions pas consultée au moment d'entrer dans la salle, nous n'avions qu'une très vague idée du temps qui nous restait, ce qui était une forme de stress différente! Sortis à sept secondes de la fin d'après Kristina, nous nous sommes beaucoup, beaucoup amusés dans cette salle sans prétention mais très ludique, que je recommande donc sans réserve. 

Skippergata 18
0152 Oslo

mardi 25 avril 2017

[TOULON] Adventure Rooms Provence: Gangs of Alcatraz




La toute première salle d'Adventure Rooms Provence, "Réveil difficile", que Chouchou et moi avions jouée il y a deux ans, restait l'échec le plus cuisant de notre carrière d'évadés. Certes, ce n'était que notre 4ème escape game et le premier qu'on faisait à deux seulement, mais tout de même, on avait juré de revenir dès que possible pour faire leur seconde salle. Et cette fois, on s'est dit qu'on allait en profiter pour enrôler un couple d'amis novices mais très désireux de tester le concept...

Dans "Gangs of Alcatraz", il s'agit bel et bien de s'évader, puisque les joueurs ont été confondus avec des malfrats très dangereux et enfermés par erreur dans une prison de haute sécurité, à San Francisco. Un agent extérieur qui croit à leur innocence tente de les aider en neutralisant les caméras de sécurité et en leur fournissant des indices - mais attention, ils n'ont qu'une heure pour profiter de cette opportunité! Et la tâche s'annonce ardue, puisque la salle affiche un taux de réussite d'à peine 20%...
Pour notre part, très en avance sur la première moitié des énigmes, nous avons ensuite perdu beaucoup de temps avec deux manipulations bien précises, et il nous a manqué dans les vingt ou trente secondes pour terminer. Un peu rageant, mais nous nous sommes bien marrés et nous avons vu la totalité du jeu, ce qui est l'essentiel pour moi. 

Que dire de "Gangs of Alcatraz"? Pour les joueurs qui ont déjà fait "Réveil difficile", il présente de nombreux points communs avec cette première salle, ce qui à titre personnel m'a un peu déçue: j'aurais préféré quelque chose de complètement différent. Pour les autres, aucun souci: le scénario, bien que difficile, est calibré de façon à ce que tout le monde ait toujours quelque chose à faire et que personne n'ait le temps de s'ennuyer. Par rapport au scénario "moyen", "Gangs of Alcatraz" comporte peu de fouille mais beaucoup de gadgets à utiliser - les geeks apprécieront particulièrement. Il y avait trop de codes et de cadenas pour moi, mais là encore, c'est l'appréciation de quelqu'une qui commence à avoir fait vraiment beaucoup de salles et n'est plus intéressée que par les mécanismes de jeu très originaux. Les débutants ou les joueurs n'ayant qu'une poignée d'autres escape games à leur actif s'éclateront sûrement. Nos amis, en tout cas, se sont beaucoup amusés (et moi aussi, malgré les réserves suscitées). 

Petit détail ultra sympa: en fin de partie, tous les participants reçoivent, en plus de rafraîchissements offerts par la maison, une jolie "médaille" en métal frappée du logo de la salle. C'est un souvenir assez génial; j'aurais adoré qu'on m'en donne un similaire dans tous les escape games où je suis passée - ça ferait vraiment une chouette collection. Si vous êtes curieux ou déjà séduits, sachez qu'Adventure Rooms Provence devrait ouvrir, toujours dans le centre de Toulon, un troisième scénario d'ici la fin de l'été.

42 bis rue Victor Clappier
83000 Toulon

Pour nous remercier de notre fidélité et de mes articles, j'ai reçu une réduction de 50% sur le prix normal de ce jeu. 

lundi 20 mars 2017

[LISBONNE] Escape Hunt: Le mystère de Fernando Pessoa




Il était hors de question de séjourner à Lisbonne sans faire au moins un escape game. Mes recherches en ligne m'ont amenée à choisir l'une des trois salles de la franchise Escape Hunt, d'une part pour son thème on ne peut plus local, d'autre part pour ses bonnes critiques et enfin pour son prix raisonnable (50€ à deux joueurs) et son emplacement central.

Je confesse n'avoir jamais rien lu de Fernando Pessoa, et jusque là, je ne savais pas grand-chose sur lui hormis le fait qu'il avait publié un seul recueil de poèmes de son vivant. Ce qui n'est pas tout à fait exact: en réalité, il a publié de nombreux ouvrages sous le nom de ses alter egos - car il souffrait d'un désordre de personnalités multiples très développé. C'était également un grand féru d'ésotérisme et d'astrologie, et tel est le thème qu'Escape Hunt a choisi d'exploiter pour son scénario. 

Si la salle consacrée à son "mystère" contient plusieurs éléments ultra-classiques des escape games, elle propose aussi des manipulations et des énigmes d'un type nouveau - rien de bien compliqué, mais le jeu reste toujours fluide et se révèle souvent surprenant. Par exemple, l'un des joueurs doit absolument se déguiser en Fernando Pessoa pour faire fonctionner certain mécanisme (je ne spoile rien, c'est annoncé dans la présentation du scénario). 

La communication avec le maître de jeu se fait par un vieux téléphone à cadran: les joueurs peuvent appeler pour réclamer un indice, auquel cas, une minute est décomptée de leur chrono; mais le maître de jeu peut également prendre l'initiative de les contacter pour leur fournir des informations s'il les voit patiner trop longtemps. Nous avons atteint la toute dernière énigme sans aucune intervention du nôtre et avec encore 6 minutes devant nous; j'étais fière comme Artaban. 

Et puis... la pénombre ambiante et notre vue défaillante de quadras nous ont fait perdre tellement de temps (allez composer un code sur un cadenas dont vous ne distinguez pas les chiffres; vous m'en direz des nouvelles) que nous sommes finalement sortis 22 secondes après la fin du chrono. Frustration était mon nom. Néanmoins, nous nous sommes bien amusés dans cette salle de niveau intermédiaire. Si vous avez au moins un non-presbyte dans votre équipe, n'hésitez pas à la tenter aussi!

Rua dos Douradores 13
1100-203 Lisbonne

jeudi 16 février 2017

[BRUXELLES] Escape Prod: L'évasion des Dalton




Depuis deux ans, les escape games se multiplient à Bruxelles pour le plus grand bonheur des passionnés comme moi. Après en voir testé une grande variété, j'avoue être désormais particulièrement intéressée par ceux qui proposent un thème local. Alors, quand Escape Prod m'a offert de tester sa salle "L'évasion des Dalton" (Morris, le dessinateur de Lucky Luke, était belge et même belge flamand), je me suis dépêchée d'appeler Solaena et son chéri, avec qui nous avions déjà fait équipe lors d'un jeu précédent, pour leur demander s'ils voulaient remettre ça. Et dimanche dernier, c'est à proximité d'une autre célébrité belge - le Manneken Pis - que nous nous sommes retrouvés pour enfiler nos pyjamas noirs et jaunes de prisonniers.

Car la première originalité de "L'évasion des Dalton", c'est que les participants doivent se costumer avant d'être enfermés. Chouette idée: ça permet de se mettre encore plus dans l'ambiance, et ça protège les vêtements civils en cas d'activités salissantes. De plus, les tenues sont bien larges, très confortables et ne grossissent pas trop sur la photo. (On a les priorités qu'on peut.) Une fois changés en frères Dalton, nous avons eu droit à un briefing fait par notre Game Master Guylaine. Après un énième braquage de banque, nous nous sommes faits cueillir par Lucky Luke, et nous attendons dans une cellule de la prison locale qu'un fourgon vienne nous emmener au pénitencier. Si nous voulons nous échapper, c'est maintenant ou jamais...




Comme d'habitude, je vais tâcher de ne pas trop en dire pour ne pas gâcher la surprise des futurs participants. J'ai trouvé "L'évasion des Dalton" très fun à jouer grâce à ses multiples énigmes toutes amusantes, mais dont aucune ne nécessitait une réflexion de folie: ça nous a permis de ne jamais rester bloqués longtemps sur quoi que ce soit et de maintenir un rythme de jeu soutenu. Tout le monde avait toujours quelque chose à faire, et nous n'avons jamais eu le temps de nous ennuyer. Il m'a semblé aussi que ce scénario serait parfait pour des parents avec enfants à partir de 8 ou 9 ans (d'ailleurs, les familles bénéficient d'une réduction spéciale de 10€). 




Nous avons réussi à sortir en 56'30" sans rencontrer trop de difficultés ni avoir besoin de trop d'indices. Du coup, même des débutants auront toutes leurs chances de parvenir à s'évader. Je précise qu'il existe deux salles identiques permettant de faire jouer entre 6 et 10 personnes en simultané. Et pour les grands amateurs de bédé comme nous, Escape Prod est en train de créer un second scénario qui devrait être disponible d'ici le mois de mai, sur le thème de Blacksad cette fois. 

Rue de l'étuve, 69
1000 Bruxelles

mercredi 28 décembre 2016

[TOULOUSE] Enigma Escape: Le temple perdu




Toujours fidèles des scénarios d'Enigma Escape, nous ne pouvions manquer de nous précipiter dès l'ouverture de leur 5ème salle. Cette fois, il s'agit de finir le travail d'un célèbre grand-père explorateur en retrouvant le crâne de cristal dissimulé dans un vieux temple maya. Et quel temple! Dès l'entrée, on est ébloui par la qualité du décor, depuis le revêtement des murs jusqu'au moindre des accessoires en passant par les mécanismes sur mesure. On sent que tout a été conçu avec soin - et pas mal de moyens matériels. Comme d'habitude, la communication avec le maître de jeu passe par un écran sur lequel s'affichent parfois des indices (moins on en reçoit, mieux c'est, mais parfois c'est indispensable quand on est bloqué!). 

Ici, la fouille n'est pas prépondérante; disons qu'il y a juste de quoi se mettre dans l'ambiance au début. L'essentiel du scénario repose sur la résolution d'énigmes de style varié. Certaines nécessitent pas mal de réflexion, tandis que d'autres en appellent davantage au sens de l'observation ou à l'habileté manuelle. Bref, de quoi employer les meilleures qualités de chaque membre de l'équipe. Nous étions cinq et par moments, ça m'a semblé un peu trop: je crois que quatre serait la taille d'équipe idéale pour explorer ce temple perdu. Quant au niveau, des débutants complets risquent d'être un tantinet perdus - je situerais le niveau entre intermédiaire et avancé. Nous sommes sortis en 54'33" après avoir pas mal transpiré au propre comme au figuré. 

43, avenue de la Gloire
31500 TOULOUSE
Métro: Marengo SNCF (ligne A)

lundi 31 octobre 2016

[NANTES] La ligue des gentlemen: Mission C.O.E.U.R.




Une des premières choses que j'ai faites après avoir décidé d'aller à Nantes durant le week-end des Utopiales, ça a été de chercher un escape game local à tester. Un comparatif des avis publiés sur Trip Advisor m'a poussée à sélectionner La ligue des gentlemen. Quelques échanges de mails plus tard, j'étais munie d'une invitation en bonne et due forme pour Mission: C.O.E.U.R. J'ai proposé à mon amie O&L et son homme, qui ne connaissaient pas du tout les escape games, de se joindre à notre petite équipe: pour eux, une bonne occasion de s'initier, pour moi, l'opportunité de voir les différences de réaction entre joueurs chevronnés et débutants sur le même scénario. 

La première chose qui frappe quand on arrive chez La ligue des gentlemen, c'est le côté grandiose de leurs locaux: d'anciennes écuries de maître avec une porte immense, une hauteur sous plafond impressionnante et des murs de pierre brute gris clair. Bien sûr, la déco a été conçue en accord. Ca met tout de suite dans une ambiance particulière! Pour la Mission: C.O.E.U.R., les joueurs se glissent dans la peau d'agents chargés de tester la sécurité du musée où est conservé le coeur d'Anne de Bretagne (personnage important de l'histoire nantaise). Ils sont munis d'une mallette d'accessoires à leur entrée dans la salle, et exceptionnellement, leur but n'est pas de trouver un moyen de sortir de cette dernière, mais de réussir à désactiver le système de sécurité et s'emparer de la précieuse relique en moins de 60 minutes. L'action se passe en 1990, ce qui a son importance en termes de technologie et d'ambiance sonore! 

J'ai aimé la petite "gymnastique" à laquelle nous avons été obligés de nous livrer en début de partie (rien d'affreux, mais nous avons dû être faire preuve d'une prudence très inhabituelle dans nos déplacements!). La salle utilise peu de cadenas, et le déroulement du scénario n'est pas trop linéaire. Il y a un bon équilibre entre la partie fouille et la partie énigmes, celles-ci nécessitant pas mal de réflexion sans être pour autant tirées par les cheveux. Pas d'ennui pour les joueurs expérimentés, mais les débutants peuvent tout de même s'en sortir avec une aide un peu plus appuyée du maître de jeu. Le taux de réussite est de 39% pour ce scénario comme pour la Mission: L.U. (l'autre salle de La ligue des gentlemen, avec une histoire différente mais un niveau de difficulté similaire). Une troisième salle un poil plus corsée devrait ouvrir au public d'ici un mois. A noter qu'aux beaux jours, La ligue des gentlemen propose aussi la Mission: B.A.R.B.E.B.L.E.U.E., une enquête qui se déroule dans les rues de la ville de Nantes!

13, rue de l'Héronnière
44000 Nantes

mardi 18 octobre 2016

[BRUXELLES] Escape hunt: Mystère au bar du canal




Il y a quelques mois, nous avions testé la salle "Kidnapping à l'opéra" d'Escape Hunt Bruxelles, et nous n'avions pas été emballés. Non que nous la trouvions mauvaise, mais elle nous paraissait un peu simple pour une énigme étiquetée "de niveau avancé". Beau joueur, le concepteur qui nous avait servi de maître de jeu ce jour-là nous avait proposé de revenir faire gratuitement leur prochaine salle une fois qu'elle serait prête. "Mystère au bar du canal" est disponible depuis début septembre, et nous avons eu le plaisir de la tester cet après-midi même.

Comme le nom de la salle l'indique, le décor est donc celui d'un bar où l'on joue au poker ou aux fléchettes et où l'on boit de la bière, beaucoup de bière! La mission des détectives est triple: trouver en quoi consiste le trafic auquel se livrent sur place trois individus peu scrupuleux, identifier les individus en question et, comme d'habitude, sortir de là en moins de soixante minutes. Le temps restant est indiqué sur un chrono, et si les joueurs piétinent, le maître de jeu leur téléphone pour leur fournir des indices oralement. 

Nous avons énormément apprécié la quasi-absence de cadenas à code (après deux douzaines d'escape games, c'est vraiment LE truc qu'on ne peut plus saquer, le degré zéro de l'originalité en matière d'énigmes). Très peu de fouille aussi: l'essentiel du scénario repose sur des mécanismes entièrement automatisés et souvent aussi inattendus qu'astucieux, jusqu'à celui qui commande la sortie de la pièce. Le niveau est plutôt élevé, d'ailleurs à deux, nous avons débordé de 3'39" sur le chrono - merci au sympathique maître de jeu qui nous a laissé terminer quand même pour le fun. 

En résumé, je conseille cette salle surtout aux gens qui, ayant déjà fait un ou deux escape games, sont à la recherche d'une expérience différente et/ou un peu plus ardue. A mon avis, une équipe de trois ou quatre personnes serait optimale. On appréciera aussi l'accueil toujours irréprochablement souriant, la magnifique et confortable salle de briefing/debriefing, les déguisements fournis pour la photo (même si nous n'en avons pas profité cette fois) et la petite boisson offerte à la fin. Escape Hunt Bruxelles dispose de trois scénarios de niveaux et de thèmes différents, jouables sur plusieurs salles chacun en simultané: parfait pour les team building ou les enterrements de vie de célibataire!




Rue de Livourne 13
1060 Bruxelles

mardi 4 octobre 2016

[PARIS] Mystery escape: La prophétie maya




Quand un escape game parisien m'invite à tester un de ses deux scénarios, qu'est-ce que je fais? Je me dépêche de monter une équipe avec les suspects habituels, je réserve des billets de Thalys et surtout, surtout, je ne regarde pas le trailer pour ne pas me spoiler: le nom, "La prophétie maya", me semble déjà assez parlant. Le jour convenu (et l'estomac préalablement lesté d'un brunch copieux), nous nous rendons chez Mystery Escape qui nous confie une mission très simple: sauver le monde en une heure. C'est toujours agréable de savoir qu'on ne s'est pas arraché à son lit pour des prunes un dimanche! Nous voici donc enfermés dans un temple avec une lettre du célèbre Pr. Harrison qui nous a précédés en ces lieux et qui, avant de disparaître, a eu la bonté de nous laisser un alphabet français-maya... 

Une fois à l'intérieur, nous constatons que le thème maya est bien respecté d'un bout à l'autre du jeu, avec une décoration assez recherchée et de nombreux clins d'oeil à des films d'aventure hyper connus. Chouchou et moi avons un peu de mal avec l'éclairage tamisé: sans nos lunettes pour voir de près, impossible de manipuler correctement les quelques cadenas ou de déchiffrer les inscriptions les plus petites. Heureusement que nous avons deux coéquipières encore dans la trentaine et sans problèmes de vue! Du coup, je me concentre sur les "gros" éléments. Petite originalité: ici, les indices sont annoncés par un grondement de tonnerre et communiqués par la voix grave d'un soi-disant dieu. Les énigmes sont assez complexes pour nous donner du fil à retordre malgré notre expérience, et j'ai l'impression que nous perdons beaucoup de temps sur certaines - mais en fait, pas tant que ça, puisque nous réussissons à sortir à 3'56" de la fin. Je dirais que contrairement à certains scénarios que nous avons pu tester ces derniers mois, même des escapers chevronnés prendront plaisir à jouer ce scénario doté d'une fin grandiose à souhait. 

Mystery Escape possède cinq salles "La prophétie maya", de sorte qu'il est possible de faire jouer jusqu'à 25 personnes en simultané (super pratique pour le team building, les enterrements de vie de garçon/jeune fille, etc). A la fin, les participants reçoivent un tirage de leur photo d'équipe, une attention toute bête mais très sympa à laquelle nous n'avions encore jamais eu droit ailleurs. Un autre scénario, "Le mystère du manoir", existe en quatre exemplaires dans des locaux séparés. 

La prophétie maya:
2 rue Léon Jost
75017 Paris
Métro Courcelles
Le mystère du manoir:
50 rue de Monceau 
75008 Paris
Métro Monceau

dimanche 11 septembre 2016

[BRUXELLES] Let me out: des escapes games accessibles à tous




On ne va pas se mentir: les escape games, c'est formidable, mais avec un budget généralement compris entre 25 et 30€ par personne (tarifs moyens constatés en France et en Belgique), ça reste un loisir assez peu démocratique. C'est pourquoi Let me out, ouvert à Bruxelles depuis maintenant un an, pratique délibérément une politique de prix accessibles. 60€ de l'heure pour une réservation sur leur site, soit 15€ par personne pour une équipe de quatre, voire 44,99€ seulement en passant par Groupon

Voilà qui devrait permettre même aux petits budgets de tenter une des trois aventures proposées:
- La prison, un classique pour les purs débutants
- Le vaisseau spatial, pour les "faux" débutants ayant déjà un ou deux escape games à leur actif
- Alice au pays des merveilles, de niveau débutant à intermédiaire (avec un début de partie particulièrement original, mais chut!)

Pour l'instant, donc, pas de salle pour les joueurs très expérimentés, car cela ne correspondrait pas à la clientèle de Let me out. Mais celle-ci étant amenée à évoluer au fur et à mesure que de plus en plus de gens auront testé les escape games, Bruno, Grazyna et Stéphane réfléchissent déjà aux scénarios de leurs prochaines énigmes. 

Chacune des salles est conçue pour des équipes de 2 à 4 personnes, et ça aussi, c'est assez peu courant en France et en Belgique où on navigue plutôt entre 3 et 5. Donc, si vous avez envie de jouer juste avec votre chéri(e), pas de souci! Pour les team buildings, paraît-il nombreux, il est possible de faire jouer 3 équipes simultanément en réservant toutes les salles. L'accueil est bien assez vaste et confortable pour douze personnes plus les game masters, et il y a même moyen d'acheter des rafraîchissements pour les joueurs desséchés par toutes ces émotions. 

Dernier détail que je trouve personnellement très sympa: si une équipe n'a pas réussi à sortir dans le temps imparti de 60 minutes et si elle désire quand même aller jusqu'au bout du scénario, le game master lui permet de terminer le jeu au lieu d'ouvrir la porte immédiatement. 

Alors, plus de raisons de ne pas tenter enfin l'aventure escape game!




Place de la Liberté 3
1000 Bruxelles

mardi 6 septembre 2016

[AMSTERDAM] Questomatica: Wake up!




J'avoue, j'ai attendu le tout dernier moment pour réserver un escape game à Amsterdam: comme ils facturent tous à l'heure et non par joueur, ça revenait super cher à deux seulement. Mais j'avais repéré la salle "Wake up!" de Questomatica qui me tentait beaucoup, et qui est assez réputée parmi les pros et les amateurs expérimentés - et l'avant-veille du départ, comme il restait encore un créneau le dimanche matin, mon envie l'a emporté. Dans les minutes qui ont suivi mon paiement, je me suis rendu compte que les locaux de Questomatica se trouvaient à environ 5 minutes à pied de notre appartement Air B'n'B, et je me suis dit que c'était un signe! Restait à voir si la salle serait à la hauteur de mes espérances et si on parviendrait à s'en dépatouiller à deux... 

Dans "Wake up!", les joueurs pénètrent dans le sommeil de Matilda, une petite fille de sept ans à l'imagination particulièrement vivace. Mais voilà: ses rêves se sont mis à dérailler, et tant que son univers onirique ne sera pas revenu à la normale, Matilda ne pourra pas se réveiller. En revanche, elle est en mesure d'aider les joueurs en leur envoyant des indices à l'aide de son miroir magique... Intrigant comme thème, non? Et je peux vous assurer que le jeu est à la hauteur de ces prémisses. 

Une des choses que j'ai préférées, c'est l'excellente utilisation du son, avec une musique enfantine tantôt gaie tantôt inquiétante, entrecoupée ça et là par les chuchotements de Matilda, mais aussi celle de la lumière qui s'allume, s'éteint ou varie au fil des découvertes des joueurs. Deux moyens simples mais très efficaces d'installer une atmosphère et de mettre subtilement la pression alors que le décor de chambre d'enfant est, lui, tout gentillet à première vue. 

Au-delà de son ambiance particulière, "Wake up!" offre un excellent gameplay avec zéro cadenas et codes, très peu de clés, une tripotée de puzzles aussi originaux que ludiques, des mécanismes complètement automatisés et un principe directeur vraiment amusant une fois qu'on l'a compris. A deux, nous avons réussi à en sortir en 55'55" avec peu d'indices, et nous n'avons jamais eu l'impression qu'il nous manquait des bras ou des cerveaux (cela dit, la salle est conçue pour des équipes de 2 à 4 joueurs seulement, alors qu'en France, la taille standard est plutôt 3-5 voire 3-6). 




Nous avons adoré cet escape game et nous mijotons déjà de revenir à Amsterdam pour tester l'autre salle de Claustrophobia sur un thème "jeux d'arcade des années 80-90", quitte à faire l'aller-retour dans la journée depuis Bruxelles!

Foelistraat 16
Amsterdam

mercredi 31 août 2016

[LILLE] Omega agency: La planque d'Ali




Lille compte pas moins de 6 salles d'escape game proposant une grosse douzaine d'énigmes différentes. Il y a donc de quoi faire. L'an dernier, nous n'avions pas du tout été séduits par La panic room de Get Out! Ne voulant pas rester sur cette mauvaise impression, nous avons redonné une chance à la capitale du Nord dimanche via la dernière-née Omega Agency, gérée par l'enthousiaste Florian et ouverte seulement depuis le mois de mai. Et cette fois, le fun fut bien au rendez-vous!

La planque d'Ali, choisie pour son thème égyptien, est sans doute de toutes les salles que nous avons testées une de celles qui a été montée avec le moins de moyens financiers. Ceci est largement compensé par une grande ingéniosité au niveau des énigmes et des mécanismes de jeu. On retrouve les classiques cadenas/codes, mais en petit nombre, avec à côté de ça beaucoup de fouille (toujours sympa, surtout pour les débutants) et d'excellents casse-tête que nous avons dû nous répartir en binômes pour résoudre. 

Le plus grand atout de La planque d'Ali, à mon sens, c'est sa grande fluidité qui fait que jamais aucun joueur ne se retrouve les bras croisés: à tout moment de l'heure, même si une partie de l'équipe bloque sur quelque chose, il y a toujours moyen d'avancer. Le déroulement est très peu linéaire - même si bien entendu toutes les énigmes convergent vers un même point. Nous sommes sortis à 40 secondes de la fin du chrono, tous très contents de notre expérience. Je ne veux pas parler pour mes camarades, mais personnellement je n'hésiterai pas à tester Opération Polonium, l'autre salle d'Omega Agency, lors d'une prochaine venue à Lille. 

La planque d'Ali convient à des équipes de 3 à 6 personnes et affiche un taux de réussite de 50%.

129 rue Nationale
59000 Lille