Affichage des articles dont le libellé est cuisine. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est cuisine. Afficher tous les articles

samedi 6 août 2011

Lékué, mon nouvel amour (si si)


Après le triomphe des mini-cakes, j'ai essuyé coup sur coup deux cuisants échecs culinaires: un moelleux citron-pavot qui n'a pas gonflé et donc les graines sont restées au fond du moule, puis des sorbets melon/abricot/amande que je n'ai jamais réussi à démouler (j'ai fini par démolir la plaquette à coups de poing silencieux et rageurs avant de tout mettre à la poubelle).

Jeudi après-midi, à la faveur d'un pâle et néanmoins bienvenu rayon de soleil, je me suis donc rendue chez Mmmmh pour voir s'ils ne vendraient pas des moules un peu plus commodes d'utilisation. Non, ils ne vendaient pas. Par contre, ils avaient refait tout le fond de leur magasin, et un nouveau rayon a immédiatement attiré mon attention.

Il était consacré à la marque espagnole Lékué, qui fabrique de coffrets vapeur en silicone utilisables soit au micro-ondes, soit au four traditionnel pour une cuisson sans matières grasses qui préserve à la fois les vitamines et le goût des aliments. Or, Chouchou et moi cherchons sans cesse des moyens de nous nourrir plus sainement mais sans trop nous prendre la tête. J'ai donc embarqué le modèle 1 personne, pour tester (il ne restait pas de modèle 2 personnes, et à 48€, le modèle 3-4 personnes représentait un investissement que je n'étais pas sûre de vouloir faire en cette période de vaches maigres).

Sitôt rentrée chez moi, j'ai sollicité mes contacts FB pour des idées de papillotes vapeur. Anne Fakhouri, qui cuisine très bien en plus d'écrire de chouettes romans, m'a suggéré un "saumon-lait de coco-citron vert-coriandre fraîche" qui m'a mis l'eau à la bouche. Dès le lendemain soir, en sortant de notre séance de thérapie conjugale (où tout se passe très bien, pour le cas où ça vous intéresserait...), j'ai donc traîné Chouchou au Delhaize le plus proche pour acheter les ingrédients nécessaires, et j'ai testé le biniou ce midi.

Dans le coffret ouvert, j'ai mis une part de 225g de saumon frais, que j'ai recouverte de lait de coco en brique (attention de ne pas en mettre trop sinon ça fait des projections pendant la cuisson!). Puis j'ai posé deux rondelles de citron vert sur le dessus et parsemé de coriandre fraîche grossièrement hachée, et j'ai mis au micro-ondes pendant 6 minutes sur 900W. Servi avec un peu de riz basmati nature, le résultat était tout simplement délicieux: cuit juste à point, léger et plein de saveur. Je suis fan. Je vais donc de ce pas me procurer un second coffret individuel... mais sur Amazon, où il ne coûte que 15,90€ contre 21€ chez Mmmmh.

Une petite vidéo pour vous montrer la bête:



Si certain(e)s d'entre vous pratiquent la cuisson en papillote, vos recettes salées ou sucrées seront les bienvenues!

jeudi 28 juillet 2011

Ma première tentative de bento à l'européenne


Chouchou a fini par craquer pour une bento box sur ce site maudit. Mais je ne sais pas cuisiner japonais, et je ne vais pas passer toutes mes soirées à lui préparer son déjeuner du lendemain. Donc, j'ai cherché des moyens faciles et rapides de remplir sa petite boîte. Hier, j'ai donc testé...


Acheté ici lors de notre dernier passage à Toulouse. "C'est très simple à utiliser, m'a juré le vendeur. Vous découpez les légumes avec le tranchoir fourni, vous rangez les rondelles sur le présentoir en plastique et vous mettez au micro-ondes, mais surtout pas à plus de 800W. Le temps de cuisson est indiqué à l'intérieur en fonction du poids." Soit.
Mais ma première tentative avec une aubergine me permet de constater que si le légume, il est trop mou, le tranchoir, il fait rien que l'abîmer. Je décide donc de découper à la main, et fatalement, mes tranches sont plus épaisses. L'eau met un bon quart d'heure à s'évaporer dans mon micro-ondes, et à la fin, j'ai des tranches mi-molles mi-croustillantes, affalées et collées les unes aux autres. Fail.
Je recommence avec un navet. Là, j'obtiens très facilement des tranches nickel. Neuf minutes de cuisson au micro-ondes: damned, c'est brûlé au milieu et pas si croustillant qu'on pourrait l'espérer. Rien à voir avec les chips de légumes Tyrrells, hors de prix et néanmoins excellentes. Je suis un peu déçue. Je ferai quand même une troisième tentative avec une carotte, qui devrait produire des tranches plus régulières niveau diamètre, donc plus faciles à cuire uniformément.


Là, par contre, c'est vraiment un jeu d'enfant: faire cuire les oeufs 10 minutes dans de l'eau bouillante, les écaler immédiatement, les mettre dans les moules, fermer les moules et les plonger 10 minutes de plus dans de l'eau froide. J'ai juste un petit problème: comme les oeufs de calibre M avaient une DLC trop proche, exceptionnellement, j'ai pris du calibre L. Du coup, ils sont trop gros pour mes moules. Je pousse, je pince, j'arrive à fermer. Le résultat final est bien quand même; il me suffit d'enlever les "barbayolles" de blanc et j'obtiens une voiture et un poisson très présentables.



Parmi mes emplettes du jour chez Filigranes, il y avait cet ensemble de 8 mini-moules à cake en silicone plus un livret contenant 5 recettes. Elles ont toutes l'air délicieux; je choisis de tester la courgette-parmesan parce que c'est la seule dont j'ai tous les ingrédients dans mon frigo. Je ne rencontre aucun problème; la préparation prend à peine 10 minutes, la cuisson 30, et le lendemain, Chouchou me certifie que mes mini-cakes "tabassent tout". Bon, on tient au moins un élément gagnant, donc.

Le résultat final ici.

mardi 2 février 2010

Le drame du jour


Chouchou a préparé le meilleur tonkatsu du monde, avec sa soupe miso et son riz blanc à la japonaise... et il n'y avait pas une seule paire de baguettes dans tout l'appartement pour le manger.

vendredi 3 juillet 2009

Life goal #11: "apprendre à faire les madeleines" (suite et fin)


Yessssssssssssssss!
Mes présssssssieuses!
Ni trop sucrées, ni trop grasses, juste parfaites.
Je remercie chaleureusement Pierre Hermé et Cécile de Brest pour la recette,
que vous pourrez trouver dans les commentaires du post précédent.

PS: après une nuit passée au frigo, la pâte crue pourrait presque être mangée
telle quelle, comme une crème.

samedi 27 juin 2009

Life goal #11: "apprendre à faire les madeleines"


Dans ma récente liste des 50 choses que je voudrais faire dans cette vie, la n°11 était "apprendre à faire les madeleines". Comme il faut bien commencer quelque part, cette semaine je suis passée chez Mmmmh acheter un moule en silicone, et aujourd'hui je me suis attelée à la tâche en suivant la recette postée hier par Princesse Audrey.

N'ayant qu'un moule sous la main, je décide de réduire aux deux tiers les proportions données pour ne pas devoir faire vingt fournées (exceptionnellement, la température dépasse 20° à Bruxelles et l'appartement évoque un peu un sauna). Je mélange les oeufs (2 au lieu de 3), la farine, le sucre, le beurre fondu (150g de chaque au lieu de 220) et la levure dans un grand saladier. Je ne vois pas bien comment mesurer deux tiers d'un sachet de levure de 15g, alors je verse tout: une texture bien aérée, c'est toujours mieux.

Au moment de laisser reposer une heure, je consulte la recette et m'aperçois que j'aurais dû ajouter le beurre après et non avant. Flûte, trop tard. En même temps, ça ne doit pas changer grand-chose. Les proportions sont celles d'un quatre-quarts et des quatre-quarts, j'en ai cuisiné suffisamment dans ma vie: c'est inratable. D'ailleurs je ne vois même pas pourquoi il faut attendre une éternité pareille, mais je vais en profiter pour faire un peu de ménage.

(Interlude Mr. Propre)

Une heure plus tard, je rajoute une bonne rasade de fleur d'oranger et je verse la pâte dans le moule. Que j'ai bien passé au congélateur comme indiqué dans la recette, mais que je n'ai pas beurré comme réclamé par la notice pour la première utilisation. J'ai horreur de toucher du gras et vu la forme des alvéoles, je subodore une sévère prise de tête. Boâh, de toute façon, ça n'attache pas le silicone; c'est bien pour ça qu'on fait les moules avec.

Audrey dit qu'il ne faut remplir les moules qu'aux trois quarts, mais comment je mesure trois-quarts d'un machin avec une forme aussi tordue? Dans le doute, je préfère en mettre un poil trop que pas assez, comme d'hab. Mes madeleines seront plus jolies bien bombées que toutes raplapla. Et de toute façon la pâtisserie, c'est pas une science exacte mais une question d'instinct. Non?

Non.


Toute ressemblance avec les pâtisseries dénommées "madeleines"
serait purement fortuite
et ne saurait être reprochée à l'auteur de ces ravissants blobs concaves,
comptant plus de trous qu'un morceau de gruyère,
et parfaitement impossibles à démouler.


lundi 9 mars 2009

Opération cupcakes: la séance de rattrapage

Hier soir, j'ai testé la recette gentiment fournie par Mary la semaine dernière suite à mon appel au secours. J'avais décidé de faire simple: j'ai juste rajouté un peu d'extrait de framboise pour parfumer la pâte, et j'ai sauté l'étape glaçage (vraiment trop calorique pour Chouchou et moi qui terminons l'hiver considérablement plus boudinés dans nos vêtements que nous ne l'avions commencé). Et à part une brûlure au 18ème degré auto-infligée sur la base du petit doigt gauche en essayant de sortir mon moule du four, tout s'est déroulé sans anicroches. Nous sommes ce matin les heureux propriétaires de 8 7 cupcakes joufflus à la texture hyper aérée, qui manquent peut-être un rien de goût. La prochaine fois, il faudra leur ajouter des fruits. Ou du chocolat. Ou de la crème anglaise. Les possibilités ne manquent pas :)

lundi 2 mars 2009

Opération cupcakes: la débâcle

Ca fait des mois que je prévois de me lancer dans la confection de cupcakes. Je ne suis pas très branchée sucré, mais je craque pour le côté über-cute de ces pâtisseries individuelles qui se prêtent à tous les délires de customisation. De plus, comme c'est la mode en ce moment, les bouquins de recettes fleurissent dans les rayons des librairies, et tous les magazines girlies y vont de leurs petites fiches illustrées. Après avoir passé des tonnes d'options en revue, j'ai choisi une recette au citron toute simple parue dans l'avant-dernier Biba. On m'avait assuré que les cupcakes, c'était facile comme tout, et je me voyais déjà en faire ma "pâtisserie signature" - le truc que je préparerais systématiquement quand j'aurais de la visite ou quand je voudrais apporter un truc maison chez des amis.

Samedi en rentrant de Filigranes, donc, je me suis attaquée à la confection de ma première fournée, un oeil sur la recette et l'autre sur l'immense saladier dans lequel je comptais mélanger mes ingrédients.

Alors d'abord, il faut savoir que mélanger du beurre mou et du sucre avec un fouet manuel, c'est juste impossible. Le beurre va se loger en masse compacte au milieu du fouet et refuse d'en ressortir. J'ai solutionné le problème en malaxant tout ça avec mes mains. J'ai rajouté les autres ingrédients: oeufs, farine, levure, lait et jus de citron. So far, so good. Puis j'ai versé ça dans le moule à muffins acheté pour la circonstance, en ne remplissant mes caissettes qu'aux trois quarts comme préconisé. Sauf que le silicone, ça plie, et qu'en transportant mon moule dans le four, la moitié de la pâte s'est barrée des trous pour couler vers le milieu. J'ai juré très fort et manqué me cramer les deux mains sur les côtés du four en tentant un rétablissement foireux.

Vingt minutes plus tard (temps de cuisson indiqué sur la recette), mes cupcakes étaient toujours crus au centre. Il a fallu attendre presque une demi-heure de plus pour qu'un couteau plongé dedans en ressorte sec, et entre-temps, le dessus avait desséché et quasi-cramé. J'étais un peu dépitée, mais je me suis dit que la seconde fournée serait meilleure.

Pendant que les premiers gâteaux refroidissaient et que les seconds cuisaient, je me suis attaquée à la confection du glaçage. Autrement dit, j'ai mélangé l'autre moitié de ma plaquette de beurre mou avec les deux tiers d'un paquet de sucre glace (dit "sucre impalpable" en Gelbique, c'est toujours bon à savoir) et le jus d'un deuxième citron. "Fouettez vivement à la main pendant cinq minutes", qu'elle disait la recette. Ouais, ben que ce soit Chouchou ou moi, on n'a pas réussi. Obligés de sortir le robot ménager de la mort, celui dont on se sert trente secondes et qu'on met ensuite trente plombes à nettoyer. La consistance obtenue semblait correcte. Ne restait plus qu'à attendre que les cupcakes refroidissent pour les garnir avec la poche à douille contenue dans le kit "spécial cupcakes" acheté chez Mmmmh le dimanche d'avant.


Au final, j'ai fait 16 gâteaux en trois fournées - alors qu'il était indiqué "pour 8 à 10 cupcakes"; pourtant les dimensions des moules sont standard... A se demander si l'auteur a seulement testé sa recette avant de la publier! L'opération glaçage a été l'occasion de découvrir que 1/ la poche à douille était taillée dans un matériau tissé non étanche, et que la moitié de son contenu se barrait par les trous façon cheveux de figurines Play-Doh, 2/ la quantité de glaçage était insuffisante pour recouvrir tous les gâteaux. Les quatre derniers (les plus réussis, comme de bien entendu) sont donc restés chauves.

Mais le plus décevant, ça a quand même été le goût. Rien à voir avec les cupcakes mangés aux USA ou même dans les boutiques spécialisées d'Europe. On aurait dit des quatre-quarts individuels plutôt que des espèces de grosses madeleines. A mon avis, beaucoup trop de beurre et de sucre par rapport à la quantité d'oeufs et de farine. Bref, un ratage intersidéral. L'une d'entre vous aurait-elle, par hasard, une recette testée et approuvée (et pas trop difficile!) à me conseiller? Mary? Quelqu'un?