Affichage des articles dont le libellé est MOOC. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est MOOC. Afficher tous les articles

lundi 16 novembre 2015

"The Science of Happiness"




Début septembre, j'ai commencé mon premier cours en ligne, consacré à "La Science du Bonheur". Il s'agi d'étudier les facteurs qui permettent d'être heureux sous un angle à la fois biologique et social. Les cours se présentent sous la forme huit modules hebdomadaires, explorant chacun un sujet précis à base d'articles écrits et de vidéos enregistrées par les instructeurs du Greater Good Science Center, à l'université de Californie. Pour contrôler l'acquisition des connaissances, il y a un QCM chaque semaine et deux examens plus longs, un au milieu et un à la fin, qui portent la durée totale du cours à dix semaines. 

Contrairement à "The Science of Everyday Thinking" dont j'ai déjà parlé ici, "The Science of Happiness" est un MOOC qui ne reste pas disponible plusieurs mois d'affilée; les participants doivent le suivre au rythme de mise en ligne des modules. Par contre, c'est un cours récurrent, avec une nouvelle session chaque trimestre - donc, si vous êtes intéressé, vous pouvez toujours vous inscrire à celle qui démarre le 5 janvier! Comptez 4h d'étude par semaine pour faire le minimum prescrit, et un peu plus si vous voulez explorer davantage certains sujets. L'inscription est gratuite, mais si vous voulez obtenir un certificat de réussite officiel à la fin, il vous en coûtera US$50. Un niveau d'anglais correct est nécessaire, sachant que toutes les vidéos sont retranscrites par écrit si vous vous sentez plus à l'aise en lecture qu'en compréhension orale. 

Les sujets abordés au fil des semaines sont les suivants: le pouvoir des connexions sociales, la compassion et la gentillesse, la coopération et la réconciliation, la pleine conscience, les habitudes mentales, la gratitude, les nouvelles recherches et la manière de déterminer les pratiques les plus appropriées pour soi. En gros, la première moitié du cours est tournée vers l'extérieur et le rapport aux autres, tandis que la seconde se recentre sur l'univers intérieur de l'individu. Après avoir abondamment expliqué chaque facteur permettant de contribuer au bonheur, les instructeurs proposent aux élèves d'essayer divers exercices assez connus dans le domaine de la pensée positive, comme tenir un carnet de choses pour lesquelles ils sont reconnaissants. 

Souvent, je me suis aperçue que c'était les sujets qui m'intéressaient le moins à la base et les exercices qui me rebutaient le plus qui s'avéraient le plus utiles dans la pratique. Par exemple, le module sur la réconciliation m'a aidée à lâcher prise sur ma rancune par rapport à plusieurs incidents et personnes qui ont autrefois été importantes dans ma vie - et ça m'a fait un bien fou. Le module sur la compassion m'a enfin permis de comprendre comment je peux avoir aussi peu d'empathie et être quand même nettement plus altruiste que la moyenne. Le module sur les connexions sociales m'a appris que j'avais un style d'attachement dit "évitant", alors que les gens vraiment heureux sont ceux qui ont un style d'attachement dit "sécure", et ça m'a incitée à revoir mes rapports avec mon entourage. La plupart des sujets abordés figuraient déjà dans ce livre de Sonja Lyubomirsky dont j'avais chanté les louanges à l'époque où je l'avais lu (cette chercheuse est d'ailleurs l'une des intervenantes du MOOC), mais j'avoue qu'ils ont eu beaucoup plus d'impact sur moi cette fois, sans doute parce que j'avais pas mal avancé sur mes réflexions personnelles entre-temps. 

Dans l'ensemble, le matériel de "The Science of Happiness" est vraiment passionnant et tout à fait accessible au grand public. Je déplore toutefois deux choses: d'abord, les vidéos de Dacher Keltner et Emiliana Simon-Thomas sont chiantes à mourir. Bien que je ne doute pas une seconde de leurs compétences, ils parlent face caméra devant un fond neutre, et c'est aussi peu engageant que possible, surtout comparé aux énormes efforts de production de "The Science of Everyday Thinking" avec lequel je ne pouvais m'empêcher de faire une comparaison constante. Ensuite, les examens sont très mal fichus: souvent, les réponses étaient si évidentes que je répondais (tout juste) aux QCM avant d'avoir visionné le matériel correspondant. Les questions ne sollicitent pas du tout la faculté de raisonnement des élèves, juste leur mémoire et leur capacité à se souvenir de formules restituées telles que dans le cours. Pour résumer mon avis sur "The Science of Happiness", je dirais que le fond est absolument passionnant mais que la forme laisse franchement à désirer. Ce qui est fort dommage. 

mercredi 21 octobre 2015

"The Science of Everyday Thinking": l'art de penser au quotidien




Qu'est-ce qu'un MOOC, ou Massive Open Online Course? Un cours à base de vidéos et/ou de lectures que l'on peut suivre sur internet. Généralement, il est accompagné de tests permettant d'évaluer l'assimilation du matériel par l'élève. Beaucoup de MOOC sont totalement gratuits; par contre, il faut payer pour obtenir un certificat de réussite - le cas échéant et si on en a besoin pour joindre à son CV ou son profil LinkedIn. Les deux principaux fournisseurs de MOOC sont actuellement edX et Coursera. Les sujets disponibles sont très variés, de la biologie à l'astrophysique en passant par tout l'éventail des sciences sociales, l'histoire de l'art ou la littérature, et il y en a pour tous les niveaux, du parfait débutant qui souhaite s'initier à l'étudiant déjà chevronné qui désire approfondir une matière. Bref, c'est un moyen absolument idéal de s'instruire pour rien ou presque, chez soi et à son propre rythme!

Pourquoi "The Science of Everyday Thinking"? Le premier MOOC auquel je me suis inscrite, dans l'optique d'une reconversion professionnelle, débutait en septembre. J'ai tellement aimé me remettre à étudier que, très vite, il ne m'a plus suffi. J'ai alors cherché un autre MOOC pour m'occuper, quelque chose de pas nécessairement en rapport avec mon activité future, pas trop lourd niveau travail à fournir mais tout de même amusant ou intéressant. Très vite, mon choix s'est arrêté sur "The Science of Everyday Thinking", "L'Art de Penser au Quotidien", dont le descriptif m'intriguait particulièrement. A l'inverse de mon premier MOOC, dont les différents épisodes étaient publiés au rythme d'un par semaine, l'ensemble du cursus de TSOET était déjà disponible, la session ayant commencé en août et s'achevant à la fin du mois de mars prochain. Résultat: ça m'a tellement passionnée que je l'ai descendu en un mois à peine. Et encore, j'aurais été plus vite si l'épisode 5 ne mettait pas justement en garde contre le fait d'apprendre trop de choses en très peu de temps - c'est efficace sur le coup, mais à long terme, on n'en conserve que peu de traces.

Comment se présente le cours? TSOET se compose de 12 épisodes nécessitant chacun une heure de travail si on se contente du minimum nécessaire pour passer les évaluations, et plus si on a envie d'explorer le matériel optionnel. Le matériel obligatoire est uniquement constitué de vidéos: des dialogues entre les deux instructeurs, Jason Tangen et Matthew Thompson, servant à présenter les concepts abordés, et des interviews de sommités mondiales telles que Daniel Kahneman, Prix Nobel d'économie et auteur d'un célèbre ouvrage de psychologie appelé "Système 1/Système 2: les deux vitesses de la pensée". Le cadre de tournage change à chaque fois (et laissez-moi vous dire que l'Université de Queensland, en Australie, a l'air d'un endroit assez fabuleux!); les échanges entre les deux instructeurs sont extrêmement vivants et faciles à suivre; les personnes interrogées ont toujours des trucs passionnants à raconter; bref, c'est un vrai plaisir - contrairement à mon premier MOOC où les instructeurs débitent leur texte seuls face à la caméra devant un fond de couleur neutre, ce qui est barbant au possible. Ici, Jason Tangen et Matthew Thompson ont eu la bonne idée de s'adjoindre les services d'une vraie productrice en la personne d'Emma Mackenzie, et cela fait toute la différence. 

Qui peut s'inscrire? N'importe qui, sans connaissances préalables particulières. Seule condition: maîtriser suffisamment l'anglais parlé ou écrit. Les deux instructeurs s'expriment d'une manière très claire (les personnes interviewées, parfois un peu moins), et toutes les vidéos sont assorties d'une retranscription. 

Qu'est-ce qu'on apprend? Une foule de trucs passionnants. On découvre que la mémoire est traître et qu'on ne peut absolument pas s'y fier, que nos perceptions nous trompent constamment en raison de toute une série de biais extrêmement communs, que les raccourcis mentaux (ou "heuristiques") que nous utilisons pour nous faciliter la vie dans une majorité de cas nous induisent aussi parfois gravement en erreur. On apprend comment réaliser dans la vie de tous les jours une expérience scientifiquement fiable pour mettre une affirmation ou une croyance à l'épreuve et réussir à distinguer le vrai du faux. On étudie des cas pratiques touchant au paranormal ou aux médecines alternatives. On s'entraîne à déjouer les pièges tendus par notre propre cerveau, mais aussi à ne pas se laisser berner par les médias, par des pseudo-sciences ou des mythes urbains. Bref, on améliore sa façon de penser et sa capacité à prendre de bonnes décisions au quotidien. S'il y a beaucoup de phénomènes que je soupçonnais de façon intuitive, TSOET m'a permis de mettre un nom dessus et de comprendre leur fonctionnement; il m'a également fourni le meilleur moyen de les contourner, chez moi comme chez les autres. Ce cours devrait être obligatoire pour tous les adultes du monde: vous connaissez beaucoup d'autres moyens d'augmenter significativement votre intelligence en 12h à peine? Moi pas. 

Comment est-on évalué? A la fin de chaque épisode, il faut répondre à un QCM de dix questions et participer à une discussion sur un forum. A la fin des douze épisodes, il y a un examen de 25 questions et un petit travail pratique à effectuer. Cela dit, si vous suivez le cours juste pour votre plaisir comme moi, les évaluations ne sont là qu'à titre indicatif, pour vous indiquer si vous avez bien compris et retenu la leçon. Pas de stress, donc!

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce MOOC, et si j'ai un conseil d'amie à vous donner, c'est de vous précipiter dessus. 12h de libres à trouver d'ici fin mars, ce n'est pas grand-chose. Je vous garantis que, quels que soient votre métier et votre situation individuelle, vous aurez rarement aussi bien employé votre temps ou acquis de meilleurs outils pour naviguer dans les eaux complexes de la vie moderne.