dimanche 13 octobre 2019

La semaine en bref #92




Lundi:
 Après le climato-scepticisme, le mansplaining grammairien. Et hop, un vieux pote de moins dans mes contacts Facebook. Marre de répéter toujours les mêmes choses à des gens qui ne veulent pas comprendre. 
Généralement, il fait beau jusqu'à la Toussaint dans la région toulonnaise, mais c'est la première année où je dois mettre de la crème solaire avant de sortir au mois d'octobre.
 Arrivée à la fin de mon puzzle "Merveilles d'Europe", je m'aperçois qu'il manque deux pièces. J'ai beau retourner mon salon (petit et peu encombré), je ne les trouve nulle part. Dommage: ce puzzle est  joli et instructif, et je me suis beaucoup amusée à le faire. 

Mardi:
 Je me groupe avec Gasparde pour passer une commande chez Snag Tights (outre leurs pantys sauveurs de cuisses en été, ils vendent les collants les plus confortables du monde) et bénéficier ainsi de la réduction de 25%. Le Candy Skullz sera parfait pour une promenade pré-Halloween dans les rues de Vienne!
 Je pensais que Kiki m'avait survendu son petit-fils, mais pas du tout: cet enfant est réellement trop cool et trop mignon. Si on me l'avait montré il y a 15 ans en me jurant que tous les bébés étaient comme ça, je me serais peut-être laissé tenter. (Ou pas.)
 Mais comment ça, vous n'avez pas de licence IV et si je veux un cocktail, je dois commander un truc salé à manger avec? Il est 15h et j'ai déjà déjeuné. ...Bon, OK, on va dire que j'aurai dîné TRES tôt aujourd'hui. Mettez-moi une Ty Blaise et n'en parlons plus.
 Entre la bouilloire Smeg, le long gilet vert et la robe en lin peinte à la main que je n'ai pas achetés cet après-midi, j'ai quand même économisé plus de 500 balles. Du coup, je peux peut-être m'offrir le gilet avec une partie de cette somme, non? (Si.)
 En rangeant mon blouson en jean sous le siège passager de la Twingo de Kiki en début d'aprèm, j'ai pensé: "Ce soir, c'est sûr, tu l'oublies là". Si j'avais parié, je serais riche. Heureusement, j'ai un gilet vert tout neuf.

Mercredi:
 Une petite migraine de derrière les fagots rend mon après-midi fort pénible. Je voudrais juste me rouler en boule sous la couette, mais j'ai déjà pris une demi-journée hier et j'ai une trad à rendre pour le 15. Donc, je bosse quand même.
★ Bien que de très belle facture, la seconde couverture lestée que j'avais commandée pour Monpatelin ne me convient pas. Alors qu'il s'agit d'un article personnalisé (j'ai demandé du lin rouge foncé à la place du coton standard), la créatrice propose  que je la lui renvoie pour un remboursement intégral. Elle me fournit même une étiquette Colissimo pré-payée. J'apprécie beaucoup.

Jeudi:
★ Meilleure coquille de la semaine: "On n'a jamais vu le tronc d'un boulot porter des branches de baobab" (dans "Falalalala", d'Emilie Chazerand, auquel je n'accroche pas des masses malgré des critiques dithyrambiques et l'amour que je porte au précédent roman jeunesse de l'autrice).
★ Mon imprimante refuse d'imprimer. Alors que j'ai non pas un mais trois colis en attente de codes-barre. La cartouche noire, bien que presque pleine, semble ne plus cracher d'encre. Armée de cette vidéo, je tente d'abord la méthode n°5 pour la nettoyer. Y'a du mieux, mais c'est pas encore ça. La méthode n°3 me permet d'obtenir des caractères bien nets mais verts - en mode noir et blanc. Je me dis que c'est peut-être la température de la vapeur qui a altéré l'impression. J'attends encore une heure et... victoire! Tout fonctionne! Je me sens méga-badass, un vrai génie de la technologie. Elon Musk n'a qu'à bien se tenir. Nombre de coups de pied filés à l'imprimante en lâchant des bordées de jurons : zéro. Le Dalaï Lama peut également numéroter ses abattis.

Vendredi:
★ Les mecs choqués par la nouvelle pub Nana qui montre des représentations de vulves: vous vous foutriez pas un tout petit peu de la gueule du monde? "Si les femmes veulent nous écoeurer, elles ont réussi". C'est drôle, j'avais pourtant l'impression que dans la vraie vie, vous déployiez des efforts considérables - et parfois d'une moralité douteuse - pour accéder à l'organe en question. "Qu'est-ce que je vais dire à mes enfants?" Vous leur expliquerez que c'est une partie de l'anatomie de 51% de l'humanité. Que 51% de vos enfants possèderont, d'ailleurs. Personnellement, je préfèrerais de loin que les gosses que je n'ai pas me demandent: "C'est quoi le drôle de gâteau qui chante?" que "Dis Maman, pourquoi on laisse tous ces gens se noyer en Méditerranée ou crever de froid sur nos trottoirs?". Mais peut-être que c'est juste moi.
★ L'éditrice à qui j'avais demandé de me donner davantage de temps pour réviser mes épreuves m'en envoie un paquet deux fois plus gros que le précédent en me laissant deux jours de moins pour le relire. Je me sens super écoutée.

Samedi:
★ Guy Joao - alias Not Xavier Dupont de Ligonnès - va avoir une fabuleuse anecdote à raconter à tous les dîners auxquels il sera invité jusqu'à la fin des temps.
★ Ah, Le BistroK que je voulais tester depuis des mois est fermé le samedi midi. Tant pis, ça me donne l'occasion de manger un délicieux tajine et une fabuleuse crème brûlée à la fleur d'oranger au resto marocain L'Arganier, dans les anciens locaux de La Théière. (Ce qui me fait penser qu'il faut que je mette à jour mes bonnes adresses toulonnaises pour leur publication annuelle.)
★ Non, ce n'est pas raisonnable d'acheter une deuxième fringue dans la semaine. Mais ce pull Cotélac d'un rouge sublime a une grosse maille très douce, juste comme j'aime, ET il ne me transforme pas instantanément en Bibendum. Me voici parée pour les grands froids qui appartiennent peut-être désormais au passé.

Dimanche:
★ Ma décision est prise: j'arrête l'alcool. Non que j'en boive des quantités énormes (je viens de compter: en septembre, 6 cocktails et 2 verres de vin), mais mon métabolisme ralentit et je suis déjà en surpoids. Je préfère sacrifier les calories vides plutôt qu'une assiette de pâtes de temps en temps.

4 commentaires:

ElanorLaBelle a dit…

Je ne comprends pas les réactions sur cette pub. J'ai envie de me taper la tête contre un mur à la réaction des hommes ET des femmes qui trouvent cette pub "écoeurante, honteuse, qui va choquer les enfants, bla bla bla..."

Elmaya a dit…

Même réaction au sujet de la pub. Depuis le temps qu’on nous inonde de représentations de l’organe sexuel masculin - de la fameuse plaque destinée aux Extra-terrestres aux murs de toutes les villes du monde.... Ceci dit, c’est sûrement une fausse polémique, comme d’habitude : les médias montent en épingle les réactions orientées de quelques personnes dûment sélectionnées, histoire de pouvoir sortir le mot «  polémique « ...

Ness a dit…

Les mecs qui s’offusquent au nom de la pub nana au nom des enfants sont les purs exemples du patriarcat: ils n’ont aucune idée de ce que représente un quotidien avec des enfants en bas âge. Parce qu’ils ne s’en occupent pas. Moi ça fait un petit temps que mon intimité aux toilettes est toute relative, avec un enfant de 3 ans et demi. Le net est rempli de mêmes drôles et désespérés sur cet aspect de la maternité. Peu importe le soin que tu mets à apprendre à tes enfants le respect de l’intimité (la sienne et celle des autres). Ne fut ce que parce que quand tu es seule et que je dois faire pipi (ou autre: changer de serviette, de tampon, etc), tu dois garder l’enfant à portée de vue ou d’oreille. Et que quand tu vas dans les toilettes publiques, tu laisses pas ton petit seul derrière la porte. Donc bon, ça m'étonnerait pas que beaucoup d’enfants aient déjà vu un sexe de femme (d’autant qu’ils sortent pour beaucoup par cet endroit) voire même les règles.
Je peux envisager que la pub mette mal à l’aise certaines femmes, chacune son niveau de pudeur. Mais les mecs, taisez-vous. Vous vous enfoncez.

Anonyme a dit…

Ben ca me choque de voir un gars faire pipi dehors moi ... et pourtant ils continuent d innonder les ruelles de pisse ... alors on peut bien montrer une vague representation du sexe feminin a la tele avec tous les tags dd sexe masculin qu on retrouve partout sur les murs et les bancs