dimanche 12 mai 2019

La semaine en bref #70




Lundi:
C'est la matinée des relances! 1, La Redoute qui ne m'a toujours pas remboursé le fauteuil dont j'ai annulé la commande il y a maintenant un mois; 2, l'éditeur qui ne m'a pas communiqué le nombre de feuillets à facturer pour ma dernière trad; 3, l'électricien qui n'a pas répondu à ma demande de rendez-vous. (...Vu comment c'est difficile d'appâter un artisan du BTP, je me dis que le bon plan, ce n'était pas la grande école de commerce que mes parents m'ont poussée à faire ni les études de langue auxquelles j'aspirais: aujourd'hui, je gagnerais sûrement mieux ma vie avec un CAP plomberie.)
 Le loueur de l'appart Air Bnb que nous avions réservé à Munich annule deux semaines avant notre départ pour cause d'embrouille avec son proprio. Branle-bas de combat pour retrouver quelque chose de satisfaisant dans le même budget. C'est pas gagné - surtout que la loi allemande n'autorise les particuliers à sous-louer que 6 semaines par an, et que certains hôtes ont déjà dépassé ce quota.
 Quand les acteurs et les showrunners de "Game of thrones" ont prévenu que beaucoup de spectateurs risquaient de ne pas apprécier la conclusion de la série, j'ai pensé qu'ils parlaient des amateurs de happy end. Comme je kiffe les fins tragiques, je jubilais d'avance. Et puis en fait, je déteste les trois quarts de ce qu'ils sont en train de faire.
 Atteint par la folie des grandeurs, le premier moustique de l'année tente de me piquer à travers la manche de mon sweat tel un carreau d'arbalète capable d'ignorer la présence d'une montagne sur sa trajectoire. Il périt tristement écrabouillé.

Mardi:
 Non seulement le syndic m'a laissé organiser moi-même le traitement anti-fourmis des parties communes, mais c'est moi qui avais raison: le technicien avait absolument besoin d'accéder au jardin clôturé du rez-de-chaussée, vu que le produit doit être répandu au pied des murs - et non dans les combles comme le syndic me l'a affirmé - "Les fourmis ne se parachutant pas dans l'immeuble", a fort justement ironisé le technicien. Bien entendu, le locataire de l'appartement concerné n'était pas prévenu, donc il n'était pas là. Et le problème n'est TOUJOURS PAS résolu.
 Mon électricien (un type honnête en qui j'ai toute confiance) pense après avoir vu les photos que je lui ai envoyées qu'il ne s'agit pas d'un problème de faux contact mais d'ampoules, et il préconise de changer tous les spots de ma cuisine. Coût prévisionnel: 370€ pas du tout prévus dans le budget d'une période de chômage technique où décidément, aucun de mes contacts pros n'a de boulot pour moi. Je vais me pendre et je reviens.
 Ah, ma mutuelle ne me rembourse que les deux tiers de mon forfait optique parce que les verres que je viens de faire changer sont "simples" (par opposition, je présume, aux progressifs qui doivent être "complexes"). Au point où j'en suis, je ne vais pas m'énerver pour 50€.
 La coquille poétique du jour vous est offerte par ma soeur, qui bosse à Blagnac et qui me répond sur Messenger qu'"elle ne fait pas partie des orages".

Mercredi:
 Le changement d'escalier de ma mezzanine et l'inclinaison différente du nouveau avaient laissé sur le mur de mon salon une bande grise à moitié masquée par mes meubles, mais située juste en face de mon canapé, et qui me chiffonnait chaque fois que mon regard se posait dessus. Je n'avais pas conservé la référence de la laque utilisée pour repeindre cette partie de mon appart' avant d'emménager il y a 16 ans, mais hier, j'ai réussi à trouver chez Carrefour une peinture satinée "Meringue" qui me semblait assez proche. Et de fait, après deux couches posées à 4h d'intervalle, la différence de teinte est quasi négligeable. Je suis démesurément ravie qu'au moins une chose se passe bien durant cette semaine merdique.

Jeudi:
 Rendez-vous avec un nouveau syndic qui a son cabinet au bout de ma rue. Très sympa, l'air beaucoup plus énergique que l'actuel, il propose en outre des tarifs moins élevés et la mise à disposition d'une salle dans ses locaux pour les réunions de copropriété. Nous envoyons ensemble une lettre recommandée au syndic actuel afin que le changement soit mis au vote lors de la prochaine assemblée générale. Fallait pas m'énerver.
 Je bazarde toutes mes intégrales de séries (Buffy, Sex and the City, The L Word, Gilmore Girls,  Veronica Mars, Pushing daisies...): je n'ai plus de lecteur de DVD, et la plupart de ceux-ci sont des zones 1 sans sous-titrage en français. Puis je profite de la place dégagée pour réorganiser le contenu des meubles de mon salon/cuisine - en jetant encore quelques brols au passage. Ca me fait toujours un bien fou de désencombrer et de ranger.

Vendredi:
 Oui, bon, j'avoue: je suis en train de binge-rewatcher "The Big Bang theory" depuis le début. Je blâme entièrement Amazon Prime et mon inactivité forcée.
 Après avoir dîné au resto monpatelinois que j'aime bien, je décide de rentrer par le chemin le plus long sous prétexte de promenade digestive. Juste avant d'arriver chez moi, je croise la voisine avec qui j'ai bu l'apéro dimanche dernier. Elle m'informe que pour sa part, elle préfère l'autre restaurant du centre du village - où je n'ai jamais mis les pieds. Bon, ben je vais être obligée de tester le mois prochain.

Samedi:
 Au moment de bazarder les deux oreillers plats rectangulaires que j'ai remplacés l'an dernier par des carrés plus épais, l'inspiration me saisit. J'adore mon canapé bleu, mais il a déjà 20 ans et son assise est devenue nettement moins confortable. Or, mes vieux oreillers sont de la même forme que ses coussins, et d'une taille juste un peu inférieure. Je les glisse soigneusement à l'intérieur des housses, en plus du rembourrage qui s'est tassé: et voilà, j'ai de nouveau un canapé bien moelleux!
 Une adorable lectrice qui rend bientôt visite à des amis américains me propose de faire livrer chez eux le fameux puzzle "A day in Paris" introuvable en Europe afin qu'elle me le rapporte dans ses bagages.  Sa gentillesse illumine mon week-end (même si je me rends compte qu'Amazon.com livre désormais cet article en France, ce qui supprime le besoin d'intermédiaire).

Dimanche:
 Bilan de cette semaine: je me suis beaucoup agitée pour maintenir ma déprime à un niveau raisonnable. L'avantage, c'est que j'ai résolu ou suis en voie de résoudre tout un tas de petits problèmes liés à mon intérieur qui traînaient depuis des lustres. Je croise quand même les doigts pour que ça ne dure pas trop longtemps.

1 commentaire:

Ness a dit…

Des fourmis en parachute 😃