dimanche 21 avril 2019

La semaine en bref #67




Lundi:
Je me lève sans penser à rien; je me fais un thé sans penser à rien; je m'assois devant mon ordi sans penser à rien; mon regard  tombe sur la fenêtre Facebook restée ouverte hier soir et BAM: un spoiler sur "Game of Thrones". Je suis une cruche de ne pas avoir masqué Entertainment Weekly pour les 6 semaines à venir.
 A 15h40, j'ai bouclé mon quota de pages et je bombarde Chouchou d'ondes mentales suggérant que c'est une heure parfaitement raisonnable pour dîner devant la télé. De toute évidence, je n'ai aucun avenir dans la manipulation mentale.
 "Il est 18h." "Oui, et alors?" "Tu n'as pas encore fini de bosser?" "Non." "Tu travailles trop. C'est mauvais pour la santé."
 A 19h45, je suis enfin de nouveau inspoilable jusqu'à lundi prochain 4h du matin. Par contre, le septuaire de Baelor Notre Dame brûle. 

Mardi:
 J'étais tellement enchantée par ma nouvelle robe Cora Kemperman violette que dimanche, j'ai commandé la même en jaune. Elle arrive aujourd'hui, et elle tire beaucoup davantage sur le moutarde que je ne l'imaginais ou ne l'espérais. D'un autre côté, ça la rendra plus versatile.
 Première fois depuis novembre 2017 que je m'attache les cheveux. J'avais presque oublié la tête que ça me fait.


Mercredi:
★ Malgré les problèmes respectifs des deux convives, un lunch où j'ai réussi à conseiller, en vrac, "Russian doll", les romans YA de Katrina Leno et les chroniques de Marina Rollman est forcément un lunch réussi.
★ Après avoir demandé conseil à mes lectrices concernant l'achat de ma toute première crème pour les mains, puis épluché maints sites internet et décidé que j'étais tentée par l'édition limitée de Kiehl's à la lavande, au pamplemousse, ou à la coriandre, je passe à la boutique de la marque, teste les trois, et opte finalement pour la formule classique à l'eucalyptus.
★ La citation du jour est, comme souvent, signée Chouchou: "Tout nu, c'est un état d'esprit. C'est une mentalité de plagiste. C'est vivre le travail comme une contrainte". Ma mère dirait: "La compagnie est longue".
 Très impressionnée par cette conférence TED sur la manière dont les réseaux sociaux en général (et Facebook en particulier) faussent la démocratie, à travers l'exemple du vote sur le Brexit.


Jeudi:
 Je demande à ma soeur, qui avait aussi beaucoup aimé la saison 1 de "Trapped", ce qu'elle pense de la 2, car arrivée au 3ème épisode je m'ennuie toujours autant. Réponse: "On s'est endormis devant le premier et on n'a pas poursuivi". Donc, ce n'est pas juste moi.
 Travaux sur la ligne ferroviaire Bruxelles-Mons ce week-end. Et ensuite, je rentre à Monpatelin jusqu'à mi-mai. Heureusement que "L'art habite la ville" dure jusqu'en juin!
 Après le nouveau Timothé Le Boucher, "Miracle Creek", roman de tribunal qui cartonne en ce moment aux USA, est ma deuxième grosse déception du mois: je le trouve bien écrit, mais incroyablement poussif et soporifique.


Vendredi:
 J'ai fini mon quota de pages vers 12h15, et au lieu de profiter du temps magnifique pour aller faire un tour, j'enchaîne sur un après-midi de relecture pour prendre de l'avance - et ce, alors que mon planning de boulot est vide à partir de lundi en huit. Non, moi non plus, je ne comprends pas toujours ce qui se passe dans mon cerveau.
 Je le savais! J'ai converti Sophie-Grosquick à Marina Rollman, et elle aussi veut désormais la faire découvrir à tout le monde. Plutôt que de m'envoyer la voir à Lille depuis le fond d'une valise, nous fomentons un plan pour l'attirer à Bruxelles en organisant un spectacle dans une fromagerie. Oui, le cerveau de Sophie-Grosquick fonctionne encore plus bizarrement que le mien.
 "Il y a une expo genrée au musée Autrique", m'annonce Chouchou. J'ai quelques secondes de perplexité en me demandant le rapport avec l'Art Nouveau, puis je réalise qu'il doit s'agir d'une expo sur Jean Ray.


Samedi:
 Ostende-Le Coq, la goutte d'eau qui fait déborder le vase proverbial. Mieux vaut tirer un voile pudique sur la suite: je n'y apparais pas sous mon meilleur jour. 

Dimanche:
★ Le coup de fil hebdomadaire à ma mère, ce moment redouté où je dois immanquablement répondre à la question: "Et le boulot, ça va?", et où je raccroche en ayant envie de me pendre.
★ Après la double explosion d'hier et d'aujourd'hui, je me sens horriblement concernée et vaguement humiliée par le conseil d'un prêtre catholique à Maggie Stiefvater.
★ Pour finir ce week-end pourri sur une excellente note, on récupère l'épisode 2 de GoT qui a été leaké. Et sans spoiler quoi que ce soit, c'est peut-être mon préféré depuis le début de la série. Toutes ces années d'investissement émotionnel dans les personnages banquent un max. Maintenant, regardez-moi battre tous les records de Jacques Mayol en retenant mon souffle jusqu'à dimanche prochain.

Aucun commentaire: