mardi 12 mars 2019

[BRUXELLES] Escape Rush: The White House




L'an dernier, nous testions le Submarine Bunker, qui se révéla être une des salle les plus spectaculaires de notre carrière d'évadés internationaux. Du coup, quand l'équipe d'Escape Rush a proposé de nous enfermer dans la Maison Blanche, cadre de leur nouveau scénario, nous avons accepté avec empressement.

Arrivés en avance le jour J, nous patientons dans la très belle salle de réception, où on nous apporte du thé que nous sirotons confortablement dans un canapé Chesterfield en admirant la déco. Ayant un énorme faible pour les vieilles machines à écrire, je passe un moment à baver m'extasier sur une merveilleuse calculatrice à 100 touches. Puis vient le moment de passer aux choses sérieuses. Comme la fois précédente, l'agence Ravenswood nous envoie en mission avec sa machine à remonter le temps dont la portée est limitée à une heure. Nous devrons nous introduire en douce dans la Maison Blanche pour y trouver la sélénite cachée dans une pièce secrète dont John Crawford, l'ennemi juré de notre commanditaire, a besoin pour fabriquer une machine concurrente. Nous enfilons nos gilets pare-balles et remontons le couloir bordé de lumières clignotantes accompagnés par une musique à suspens. J'ai beau savoir qu'il s'agit d'un jeu, je sens une bonne petite poussée d'adrénaline, et je suis à deux doigts de rouler des mécaniques que je n'ai pas.

La bonne surprise, c'est que malgré une introduction identique, ce deuxième scénario d'Escape Rush ne se contente pas de renouveler le cadre de mission: il propose des énigmes très différentes de celles du Submarine bunker... et dans lesquelles nous ne brillons pas précisément, il faut bien l'avouer. Nous séchons si lamentablement devant l'une d'elles que nous avons encore du mal à nous en sortir après que le game master nous a fourni la solution par l'intermédiaire du "petit bijou de technologie" - alias la mallette que nous trimballons depuis le début et qui affiche le décompte du temps. Nous perdons ainsi dix bonnes minutes qui nous seront fatales: à la fin, il nous en manquera environ la moitié pour trouver la sélénite. Ce qui n'est pas trop grave, parce que nous nous amusons beaucoup quand même.

Les décors sont spectaculaires, soignés jusque dans les moindres détails, avec des accessoires d'une qualité, d'une finesse et d'un réalisme exquis. Le bureau ovale, par exemple, est bien une reproduction du vrai - franchement, on s'y croirait, à un point qui distrait presque l'attention de la tâche en cours. Les pièces sont spacieuses; même une équipe de 6 joueurs (le maximum autorisé) ne doit pas se marcher dessus. L'ambiance sonore évoque très franchement les gros films d'action. Il n'y a pratiquement pas de fouille; les énigmes donnent du fil à retordre sans être épouvantablement difficiles pour les gens qui n'ont pas oublié leur cerveau à la maison (environ 60% des équipes réussissent à trouver la sélénite dans les temps), et les mécanismes bien pensés fonctionnent sans accroc.

A l'heure où, les escape games se multipliant depuis quelques années, les habitués comme nous deviennent très exigeants sur la qualité des salles, il me semble difficile de trouver quoi que ce soit à redire à cette Maison Blanche. Même les joueurs les plus blasés devraient en prendre plein les yeux et les oreilles. Et la bonne nouvelle, c'est que les locaux d'Escape Rush sont assez grands pour accueillir deux scénarios supplémentaires. On me souffle à l'oreillette que le prochain pourrait bien se dérouler dans un asile d'aliénés et avoir une ambiance assez éprouvante pour les nerfs... Stay tuned!

THE WHITE HOUSE
Accueil: 
Décors: 
Enigmes: 
Ambiance: 
Difficulté: 
Fun: 

Rue de l'automne 30
1050 Bruxelles

Aucun commentaire: