dimanche 24 mars 2019

La semaine en bref #63




Lundi:
Un barbu pas vilain grille un stop avec une voiture qui ne lui appartient pas et emboutit le bus à bord duquel je me trouve. Plus de peur que de mal, mais ça fleure mauvais pour son karma de la semaine. 
 Mon ophtalmo rentre juste d'un voyage organisé de 10 jours au Japon. Elle me chante les louanges des toilettes locales, massacre consciencieusement les quatre formules de politesse qu'elle a retenues et me conseille d'aller un jour admirer la gare d'Osaka. On papote si longtemps que la machine a le temps d'analyser mon OCT, qui est nickel. Voilà qui va m'épargner deux jours de vaines angoisses. 
 Quiche Cosmique a encore frappé: j'ai doublé le mauvais chiffre dans l'adresse de Kleo; du coup, mon Colissimo ne lui a pas été livré. J'espère qu'elle pourra le récupérer sans trop de soucis.

mercredi 20 mars 2019

La tristesse en embuscade




Ce matin, à l'issue de ma visite de contrôle annuelle, mon ophtalmo m'a annoncé qu'elle prendrait sa retraite en juin, et que c'était donc la dernière fois que nous nous voyions. Elle semblait partagée quant à sa décision. "Ma soeur est plus âgée que moi, et beaucoup de mes amis aussi; je voudrais profiter d'eux avant qu'ils deviennent invalides", m'a-t-elle expliqué de sa voix douce. Mais on sentait bien que ce serait dur pour elle d'abandonner son cabinet - pour lequel elle n'a pas encore trouvé de repreneur, les nouveaux médecins ayant tendance à fuir l'exercice libéral. Et aussi, que symboliquement, ça marquerait son entrée dans la vieillesse, qui n'est jamais une perspective très réjouissante. "De plus en plus de portes qui se ferment", a-t-elle commenté sur un ton un peu fataliste. J'ai dit les banalités qu'on dit dans ces cas-là, que je la regretterais mais qu'avec les horaires infernaux qu'elle faisait depuis toujours, elle avait bien mérité de se reposer. Que ça lui ferait du temps pour voyager après sa découverte récente du Japon dont elle était rentrée enchantée. J'aurais dû conclure en lui souhaitant une bonne continuation et partir sans me retourner. 

mardi 19 mars 2019

Les conversations absurdes #56


Hier, Sunalee est passée au Nong Cha et m'a annoncé que leur fournisseur cessait d'exporter mon You Zi Hua Cha bien-aimé vers l'Europe. Entendant mon cri d'agonie résonner jusqu'à Bruxelles, et redoutant probablement de me supporter au réveil à l'état sauvage, Chouchou s'est immédiatement proposé d'aller rafler le reste des stocks. Ce qui suit est notre échange sur Messenger pendant qu'il était à la boutique. 

lundi 18 mars 2019

Better now than 10 years ago




Du temps où j'étais encore sur HelloCoton, parfois, je voyais passer un billet d'une vingtenaire ou d'une tout juste trentenaire qui s'extasiait sur le thème: "Vieillir, c'est merveilleux". Je mourais toujours d'envie de répondre: "Non, bichette. Ce que tu trouves merveilleux, c'est d'être une adulte  avec la liberté de faire ce que tu veux et l'argent nécessaire, plus d'acné, un style vestimentaire enfin potable et la confiance en toi dont tu manquais ado. Mais vieillir, ce n'est pas ça. Vieillir, c'est enterrer les gens qu'on aime les uns après les autres, ne plus se reconnaître dans la glace, être de moins en moins mobile, avoir la mémoire qui flanche et des perspectives de plus en plus limitées. Je doute fort que tu tiennes le même discours dans quelques décennies." (Mais je me taisais parce que l'expérience n'est pas une maladie transmissible et que personne ne m'avait demandé mon avis.)

dimanche 17 mars 2019

La semaine en bref #62




Lundi:
Oh, le food truck Chang Noi, qui prépare un si bon pad thai, est installé à l'entrée de la station Trône! Voilà qui m'évitera de manger un vilain sandwich ou une triste salade dans le train.
 Le magazine féminin que j'ai acheté pour admirer une superbe série de photos de mode avec Marie-Agnès Gillot consacre sa rubrique Voyage du mois à Tallinn, en mentionnant notamment deux bars à cocktails qui ont l'air géniaux. Si ce n'est pas un signe...
 Quand j'arrive à Monpatelin, il fait nuit, et je me rends compte qu'il n'y a aucun lampadaire ni sur le parking de la gare, ni dans les ruelles qui mènent à ma résidence - alors que le quartier est en travaux depuis des mois. Je marche très vite en priant pour ne pas tomber dans une bouche d'égout restée ouverte ou autre trou de la chaussée que je n'aurais pas vu.

mardi 12 mars 2019

[BRUXELLES] Escape Rush: The White House




L'an dernier, nous testions le Submarine Bunker, qui se révéla être une des salle les plus spectaculaires de notre carrière d'évadés internationaux. Du coup, quand l'équipe d'Escape Rush a proposé de nous enfermer dans la Maison Blanche, cadre de leur nouveau scénario, nous avons accepté avec empressement.

dimanche 10 mars 2019

La semaine en bref #61




Lundi:
Yoga progress report: j'arrive de nouveau à m'allonger en avant, ventre, poitrine et épaules au sol en écart facial. Ca ne m'était pas arrivé depuis 12 ans et je suis joie. La régularité, ça paye!
 Je découvre la série des "Witchcraft mysteries" de Juliet Blackwell, et je craque totalement. 9 tomes disponibles et un 10ème à paraître cet été, ça me promet moult délicieuses soirées cocooning.
 Nous réservons nos billets de train pour aller voir M&M à Munich fin mai. Les apparts Air BnB du coin sont assez consternants niveau déco; tant pis, on fera dans l'utilitaire pour cette fois.

jeudi 7 mars 2019

Les conversations absurdes #55


CHOUCHOU: Bon sang, c'est le dixième anniversaire du film "Watchmen", tu te rends compte? On l'a vu ensemble! Je me sens vieux...
MOI, philosophe: Ben, on est ensemble depuis 12 ans, et 12 est plus grand que 10, donc...
CHOUCHOU: Je sais, mais je n'ai pas l'impression qu'il s'est écoulé autant de temps. Pour moi, on n'a pas bougé, on est juste devenus un peu plus ronds et un peu plus raides. 
MOI, impitoyable: Parle pour toi. Je fais du yoga tous les jours. Je suis un élastique quinquagénaire. 

mercredi 6 mars 2019

[GAND] Hôtel 1898 The Post, charme discret et confort absolu




L'an dernier, nous étions venus à Gand pour voir une expo au Design Museum, et nous en avions profité pour tester un bar à cocktails recommandé par Gasparde: The Cobbler. Celui-ci se situe au premier étage de l'ancienne poste de la ville, un bâtiment superbe datant de la fin du XIXème siècle dont le rez-de-chaussée est désormais occupé par un petit centre commercial bobo à souhait, et les étages par un hôtel appartenant au réseau Zannier. La simple vision des couloirs à la moquette épaisse et aux murs sombres, décorés de vieux livres, avait suffi à me séduire et me donner envie de revenir passer une nuit dans cet établissement. Bien que j'aie des goûts plutôt minimalistes en matière de déco, associés à une sainte horreur du bling-bling et du kitsch, j'avoue que je ne crache pas du tout sur le luxe bourgeois feutré. Et tout ce que je voyais des chambres du 1898 The Post sur leur site internet me disait que je m'y plairait beaucoup...

mardi 5 mars 2019

L'exception Colère




La semaine dernière, je vous parlais de ma technique d'"arbre des développements possibles" pour juguler mes angoisses irrationnelles. On pourrait croire qu'elle fonctionnerait aussi très bien sur la colère - l'autre grande émotion négative qui domine ma vie. Or, ce n'est absolument pas le cas. 

dimanche 3 mars 2019

La semaine en bref #60




Lundi:
Avant de remettre la première moitié de ma trad, je m'attelle à l'adaptation des noms de personnages farfelus. Pas évident de préserver à la fois le sens et la sonorité, mais je trouve que je ne m'en sors pas trop mal. 
 L'éditeur à qui je demande si je vais bien recevoir mon paiement pour la fin du mois, comme convenu, me répond qu'il m'a envoyé un chèque la semaine dernière. Un chèque? En papier? Qu'il faut porter à la banque? Alors qu'il m'a toujours réglé par virement jusqu'ici - comme la totalité de mes clients depuis une bonne vingtaine d'années? Je. Hein.
★ Je découvre avec stupeur que les gif n'ont pas de son. Chouchou essaie de m'expliquer la différence avec une vidéo, et c'est un échange extrêmement frustrant pour nous deux. 
 Oscar de l'Indécence: Micron qui se fait photographier déguisé en mec cool, agenouillé près d'un SDF avec un air concerné, alors qu'il vient juste de sabrer 57 millions d'euros dans les aides à l'hébergement d'urgence. 

samedi 2 mars 2019

Envies de mars




le tome 4 des aventures de Veronica Speedwell
(héroïne de romance policière historique à la langue bien pendue)

le nouveau Sophie Calle
(dont le sujet me touche particulièrement)

ce livre de recettes véganes
(la chaîne Youtube de Bosh! me met sérieusement l'eau à la bouche)

un repas au restaurant inclusif 65 degrés
(quelle merveilleuse idée - par contre, ça va être chaud pour caler ça un midi en semaine)

un abonnement à Find What Feels Good Yoga
(parce que je suis tout à fait obsédée par Adriene et que son message autant que ses cours me fait un bien fou)

cette bougie de soja au pamplemousse et au gingembre
(deux de mes odeurs préférées)

ce masque de sommeil
(hideux mais sûrement très efficace)

ces chaussons Giesswein
(la Rolls autrichienne de la pantoufle, d'après une amie qui en a une paire)

(en rupture sur le site, mais je crois avoir vu la même dans la vitrine d'un magasin au début de la rue Dansaert)

ces solaires pinup YSL
(comme je ne m'imagine pas plus mettre ce prix dans des lunettes de soleil, c'est juste pour le plaisir des yeux - si je puis dire)

jeudi 28 février 2019

Lectures de Février 2019





ROMANS:
- Louis & Louise (Julie Cohen) ♥︎♥︎
- Tell the wolves I'm home (Carol Rifka Brunt) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The Mussorgsky riddle (Darin Kennedy) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- La grande traversée (Shion Miura) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Number one chinese restaurant (Lillian Li)
- Good omens (Terry Pratchett/Neil Gaiman) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- The midnight hour (Benjamin Read/Laura Trinder) ♥︎♥︎♥︎
- Mist, metal and ash (Gwendolyn Clare) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Fair-play (Tove Jansson) - en cours
- The librarian (Salley Vickers) ♥︎♥︎♥︎
- The Stravinsky intrigue (Darin Kennedy) ♥︎♥︎♥︎

BEDE/MANGAS:
- La fille dans l'écran (Manon Desveaux/Lou Lubie) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Je suis née dans un village communautaire (Kaya Takada)
- Un peu de tarte aux épinards (Philippe Pelaez/Javier Sanchez Casado) ♥︎♥︎
- Les jours qui restent (Eric Dérian/Magalie Foutrier) ♥︎♥︎
- Strangers in paradise XXV #10 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Heartbroken chocolatier T5-9 (Setona Mizushiro) ♥︎♥︎♥︎
- Ce que font les gens normaux (Hartley Lin) ♥︎♥︎♥︎
- Adieu mon utérus (Yuki Okada) ♥︎♥︎♥︎
- Yasmina et les mangeurs de patates (Wauter Mannaert) ♥︎♥︎♥︎♥︎

DIVERS:
- Planting gardens in graves vol. 1 (r.h. Sin) ♥︎
- Draw your day (Samantha Dion Baker) - en cours


Mon cultivateur de bonnes habitudes

mercredi 27 février 2019

Gérer les angoisses: un exemple illustré





Ce matin, histoire de titiller autre chose que ma misanthropie rampante très excitée par les événements des derniers jours (que je vous laisse découvrir dans ma future récap hebdomadaire), l'univers a décidé de m'envoyer une épreuve de nature administrative. 
Mi-janvier, constatant que je n'étais pas prélevée de mes cotisations Agessa, j'ai envoyé un mail auquel on m'a répondu que le souci était de leur côté, et que l'échéance de janvier serait prélevée en même temps que celle de février. Pour une fois que les problèmes d'un de mes interlocuteurs se révélaient bénéfiques à ma trésorerie, j'ai trouvé ça plutôt cool. 
Mi-février, toujours rien. Ce matin, par curiosité, je me connecte à mon espace personnel: mon échéance de janvier est notée comme en retard et à régler auprès de l'Urssaf du Limousin, désormais chargée du recouvrement des contentieux (ne cherchez pas, ça fait partie de l'usine à gaz de la réforme de la Sécu des auteurs).

dimanche 24 février 2019

La semaine en bref #59





Lundi:
★ Remarquant le patch Harry Potter que m'a offert Gasparde, Chouchou s'étonne: "Pourquoi Ravenclaw? Tu es Slytherin, non?". Comme plan B de carrière, il peut tirer un trait sur Choixpeau. 
En revanche, 12 ans et 4 mois après notre rencontre, je suis toujours aussi séduite par son risotto à l'huile de truffe (même si les champignons de Paris ont remplacé les pleurottes depuis belle lurette pour des raisons de commodité!). 

vendredi 22 février 2019

En profiter tant que ça dure




D'ordinaire, le moins qu'on puisse dire de février, c'est que ce n'est pas mon mois préféré: le bel élan de janvier s'est tassé, l'hiver commencer à s'éterniser et le printemps semble encore loin. La seule chose qui le rachète un peu, c'est qu'il a le bon goût d'être court. Mais cette année, février est un mois de renaissance après plus d'un semestre passé la tête sous l'eau, à angoisser de ne plus trouver assez de boulot, à galérer pour me faire payer le peu de travail effectué, à me rendre compte à quel point mon identité et mon estime de moi sont liées à mon métier et à l'indépendance financière qu'il m'a procurée jusqu'ici, à entretenir des idées très noires et à bloquer mon entourage parce que je fonctionne comme ça: mes problèmes, j'ai besoin de les ruminer dans mon coin jusqu'à ce que je leur trouve une solution. Il paraît que vers 3-4 ans, tous les jeunes enfants traversent une phase où ils veulent tout faire tout seuls; moi, ça ne m'a jamais passé. 

mercredi 20 février 2019

"A la Saint-Aimée, fais la liste de tes qualités"






Je viens de voir passer ce dessin sur le compte Instagram de l'illustratrice Margaux Motin, et je trouve que c'est une excellente idée. Il me semble d'ailleurs que j'avais déjà conseillé cet exercice dans un challenge de pensée positive il y a quelques années, mais si je ne m'en souviens plus exactement, c'est qu'il est temps de recommencer! Alors, je me lance. 

dimanche 17 février 2019

La semaine en bref #58





Lundi:
L'éditrice qui m'a proposé une trad vendredi dernier me prévient aujourd'hui qu'elle a également demandé un essai à un de mes collègues. La remise n'est absolument pas pressée, le texte ne comporte aucune difficulté particulière, le style est assez bateau: pourquoi employer ce procédé qui, même si nous faisons tous les deux du bon travail, signifie que l'un de nous aura bossé pour rien? 

vendredi 15 février 2019

[BRUXELLES] Les brunchs du dimanche (55): Train Bistro





J'adore les trains - mon petit côté Sheldon Cooper, sans doute. Alors, quand j'ai lu plusieurs critiques de blog élogieuses sur le brunch d'un nouveau restaurant appelé le Train Bistro et situé à deux pas de mon musée bruxellois préféré, le Train World, je me suis dépêchée de réserver une table pour le dimanche suivant. 

jeudi 14 février 2019

Les conversations absurdes #55


CHOUCHOU, après avoir vu une vidéo d'écureuil mignon: En fait, il faudrait s'abonner à The Dodo
MOI: Déjà fait depuis longtemps. Comment crois-tu que je survis en cas de grosse déprime? Les jours où le monde est trop horrible, The Dodo, c'est mon seul réconfort. 
CHOUCHOU: Moi j'écoute les émissions de Rachel Maddow. 
MOI: ...Je ne suis pas certaine que tu aies bien bien compris la notion de réconfort.


Mon cultivateur de bonnes habitudes

lundi 11 février 2019

La semaine en bref #57





Lundi:
★ Ma prochaine trad n'étant pas pressée du tout, je prends la journée pour m'occuper de diverses corvées. Par exemple, nettoyer la montagne de vaisselle sale accumulée ce week-end cause panne de lave-vaisselle. Ou aller chercher un colis à la poste, et en profiter pour faire les poubelles en quête d'un carton avec lequel envoyer ma prochaine vente Momox. 
★ Plus réjouissant: Chouchou crée une Google Map pour notre prochain séjour à Porto, et je commence à la remplir. Le challenge de ce voyage consistera à organiser une excursion d'une journée au parc naturel de la Serra de Estrela. 

dimanche 10 février 2019

Les conversations absurdes #54


MOI: J'aime avoir du vernis à ongles sur les orteils, ça me donne l'impression que mes pieds me sourient.
CHOUCHOU: Bah moi j'ai pas de vernis à ongles, et mes pieds me sourient toujours.
MOI: Mais tes pieds sont bizarres. Moi j'ai les pieds égyptiens, avec les orteils bien rangés par ordre décroissant de grandeur. Toi tu en as un grec, avec le deuxième orteil plus long que le gros, et un romain, avec le deuxième orteil de la même longueur que le gros.
CHOUCHOU, fièrement: Je suis citoyen du monde, j'ai les pieds fusion. 


Mon cultivateur de bonnes habitudes

mercredi 6 février 2019

Les conversations absurdes #53


CHOUCHOU, dans un grand élan d'amour: Tu ne peux pas imaginer à quel point on est bien tous les deux. 
MOI, un peu surprise: Euh, tu sais, je suis là aussi. J'assiste au bouzin. 


Mon cultivateur de bonnes habitudes

mardi 5 février 2019

[BRUXELLES] Dream Box au MIMA





En fin de semaine dernière, le MIMA a ouvert au public la nouvelle exposition qui occupera ses locaux de Molenbeek jusqu'à début septembre. Les Instagram d'influenceurs invités au vernissage faisaient très envie; aussi, nous nous sommes précipités sur place dès le premier week-end. "Il n'y a pas d'explication; c'est à votre imagination de faire le travail", nous prévient l'employé qui distribue les tickets à l'entrée. Nous comprenons très vite ce que ça signifie. Les installations sont délirantes du point de vue esthétique, géniales à photographier, mais on y chercherait en vain un message ou un sens. Elles sont jolies et ludiques, point. Ce qui n'est déjà pas si mal comparé à beaucoup d'oeuvres d'art contemporain.

lundi 4 février 2019

La semaine en bref #56





Lundi:
 Ca ne m'arrive presque jamais, mais pour soigner ma grogne intense face à un compte en banque toujours désespérément vide, je me décide à relire un de mes bouquins doudous
★ Pourquoi est-il devenu si difficile de trouver des madeleines longues qui ne soient pas emballées deux par deux? Tout ce plastique inutile, ça me rend dingue. 
 Une journaliste d'Europe 1 me contacte pour participer à une émission de radio sur le thème de l'amitié. Elle me dit qu'elle m'a trouvée par le biais d'un billet de blog où j'expliquais pourquoi je n'avais pas d'amis proches, et que l'interview se fera au téléphone. Je raconte ça à Chouchou, en lui disant que je n'ai aucune intention d'accepter. Il me répond: "Tu devrais; ça te ferait de l'exposition pour le blog et pour la boutique". Sauf que je ne suis pas sûre que le fait de meugler "Je ne supporte pas les gens" à la radio soit un excellent moyen de me rendre sympathique!

dimanche 3 février 2019

Les conversations absurdes #52


CHOUCHOU: Dans les chiens sympas, tu as les labradors.
MOI: Je vois pas trop à quoi ça ressemble; je pense que je confonds avec les Golden Retriever. Je suis assez nulle en clebs. 
CHOUCHOU: Le labrador, c'est le chien dans "Belle et Sébastien".
MOI, explosant de rire: Tu te fiches de moi? Le chien dans "Belle et Sébastien", c'est un berger des Pyrénées. Même moi, je sais ça. 
CHOUCHOU, sentencieux: Ca dépend dans quelle version. Y'a eu beaucoup d'adaptations de "Belle et Sébastien", tu sais. 
MOI: Oui, et je te garantis que Belle n'est un labrador dans aucune d'entre elles. 


Mon cultivateur de bonnes habitudes

samedi 2 février 2019

Envies de février





un brunch au Train Bistro
(on n'a pas testé de nouveau brunch à Bruxelles de toute l'année 2018, vous vous rendez compte?)

(autant amortir nos Museum Pass...)

(vite avant qu'elle ne se termine!)

la série Netflix "The umbrella academy"
(le comics m'avait vite soûlée, mais la bande-annonce est très prometteuse, et ça sort le 15)

(je pourrais dire qu'il a l'air savoureux, mais ce serait peut-être un peu facile)

(de manière très inhabituelle, la VF est disponible depuis mi-janvier, mais je voulais le lire en VO comme le premier tome)

(j'aime tellement le travail de l'instructrice, Jennifer Orkin Lewis alias August Wren!)

ce très long gilet bordeaux pour traîner à la maison
(quelqu'un a déjà commandé sur ce site?)

(on est de nouveau dans une de ces phases où on mange toujours pareil; je veux tester d'autres recettes)

(je me vois bien passer le week-end enfermée là-dedans avec Chouchou et des bouquins...)


Mon cultivateur de bonnes habitudes

jeudi 31 janvier 2019

Lectures de Janvier 2019





ROMANS/RECITS:
- The girl before (J.P. Delaney) ♥︎♥︎♥︎
- Connect (Julian Gough)
- Une famille explosive (Yan Ge) 
- The start of me and you (Emery Lord) ♥︎♥︎♥︎
- Everything all at once (Katrina Leno) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Harley Merlin and the secret coven (Bella Forrest)
- The rules of magic (Alice Hoffman) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- The light in the dark (Horatio Clare) ♥︎♥︎♥︎
- Two can keep a secret (Karen McManus) ♥︎♥︎
- Aucun dieu en vue (Altaf Tyrewala) ♥︎♥︎
- Dear Mrs Bird (A.J. Pearce) ♥︎♥︎♥︎
- The dreamers (Karen Thompson Walker) ♥︎♥︎
- Winterhouse (Ben Guterson) ♥︎♥︎
- Escape from Mr. Lemoncello's library (Chris Grabenstein) ♥︎♥︎♥︎
- Verity (Colleen Hoover) ♥︎♥︎♥︎
- The vanishing stair (Maureen Johnson) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- This lie will kill you (Chelsea Pitcher) ♥︎♥︎♥︎
- When all is said (Anne Griffin)
- The remarkable journey of Coyote Sunrise (Dan Gemeinhart) ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- Mr. Lemoncello's library olympics (Chris Grabenstein) ♥︎♥︎
- Miss Charity (Marie-Aude Murail)* ♥︎♥︎♥︎♥︎♥︎
- La promesse du bonheur (Justin Cartwright)

BEDE/MANGA:
- Strangers in paradise XXV #9 (Terry Moore) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Un été sans maman (Gregory Panaccione) ♥︎♥︎
- L'invasion des imbéciles (Tiphaine Rivière) ♥︎♥︎♥︎
- Chroniques new-yorkaises T2 (Akino Kondoh) ♥︎♥︎♥︎
- Kamakura diary T8 (Akimi Yoshida) ♥︎♥︎♥︎♥︎
- Les contes de la ruelle (Nie Jun) ♥︎♥︎♥︎


Mon cultivateur de bonnes habitudes

lundi 28 janvier 2019

L'authenticité plutôt que la perfection





J'ai passé la semaine dernière à bosser et faire du yoga sans mettre le nez hors de chez moi. Du coup, je n'avais rien de sympa à poster sur Instagram, et même si ce n'est pas du tout une obligation, ça me manquait. N'ayant personne sous la main pour me prendre en photo, je me suis dit que j'allais apprendre à me servir de la fonction retardateur de mon Lumix et immortaliser les poses un peu difficiles de mes séances quotidiennes de yoga. La planche latérale, par exemple. Ou le danseur. J'ai fait plusieurs essais pour obtenir des clichés satisfaisants et... j'ai eu honte à l'idée de les poster. Je n'ai pas une silhouette athlétique ni plaisante à regarder, et ces postures, je suis capable de les faire, mais je ne les réussis pas spectaculairement bien non plus. Alors que sur Instagram, c'est plein de vingtenaires élastiques comme du chewing-gum, avec des cuisses fuselées et un ventre concave. D'ailleurs, me suis-je dit tristement en pianotant sur mon iPad, il suffit d'aller voir le hashtag du challenge en cours d'Adriene.

dimanche 27 janvier 2019

La semaine en bref #55





Lundi:
Je ne suis pas très Côtes de Provence, mais mon caviste m'a vendu cette bouteille de Château Saint-Pierre blanc en me jurant que j'allais adorer. Verdict: cet homme ne me connaît pas du tout
 A minuit une, recevoir sur ma Kindle le tome 2 de "Truly devious" qui sort demain (enfin, aujourd'hui) et que j'attends avec impatience depuis des mois. Oui mais je suis censée me coucher tôt. Oui mais j'ai vraiment très envie de l'entamer. Oui mais je suis censée me coucher tôt. Oui mais j'ai vraiment très envie de l'entamer. Oh allez, juste les deux premiers chapitres. 

mercredi 23 janvier 2019

Se détacher de la colère, survoler les problèmes





Début juillet, ça fera 25 ans que j'exerce le métier de traductrice littéraire avec un statut de travailleuse indépendante. Des retards de paiement, j'en ai toujours connu. Mais là où autrefois, ils étaient l'exception (hormis en août et dans la seconde quinzaine de décembre), ils sont devenus la norme au cours de la dernière décennie. Désormais, j'ai de la chance quand j'arrive à me faire régler une facture moins de deux mois après son émission. En plus de me compliquer sérieusement la vie, ça me met dans une rage folle. Je suis toujours à l'heure pour rendre mon travail, même quand les délais sont hyper serrés, même quand j'ai été malade, même quand j'ai eu à résoudre des problèmes techniques ou personnels. Pourtant, presque systématiquement, je me retrouve à mendier mon dû pendant des semaines voire des mois après le délai de traitement acceptable. Ca m'use les nerfs, et je ne sais même pas si ça sert à quoi que ce soit. 

lundi 21 janvier 2019

La semaine en bref #54





Lundi:
En pleine séance de yoga, une éditrice avec qui je marche sur des oeufs mais pour qui je voudrais vraiment bosser de nouveau m'appelle pour me demander si je peux relire en urgence les épreuves de la trad faite pour elle au printemps dernier: l'autrice sera à Paris le mois prochain, et elle voudrait lui montrer le bouquin fini. Bien entendu, j'accepte avec empressement. 
 Saisie d'angoisses multiples au moment de me coucher, je ne parviens pas à trouver le sommeil, d'autant que j'ai trop chaud avec la couette et que Chouchou ronfle comme un sonneur. Je finis par déménager sur le canapé vers 2h30, et par m'assoupir vers 4h30 pour deux pauvres heures. Quelle nuit pourrie. 

dimanche 20 janvier 2019

3 idées fausses sur le yoga



Source: Lululemon


Le yoga, c'est pour les gens souples
Quand toutes les publicités pour des écoles, des sites internet ou des magazines de yoga montrent des pratiquantes contorsionnées comme des pretzels dans des postures qui défient simultanément les lois de la gravité et la configuration du corps humain, c'est facile de se décourager avant même d'avoir commencé. En réalité, le yoga, c'est 90% de mouvements accessibles à n'importe qui, à condition de ne pas vouloir les exécuter parfaitement ou à fond dès le début. Des vieillards de plus de 90 ans font du yoga. Des personnes en chaise roulante font du yoga. Le principe de base, c'est de bouger en accordant son souffle à ses mouvements. Vos poumons fonctionnent? Vous pouvez faire du yoga. Vos poumons ne fonctionnent pas? Vous n'êtes pas en train de lire cet article, donc peu importe. Et si vous êtes raide comme un bout de bois, vous allez constater une amélioration encore plus rapide et plus spectaculaire que que les pratiquants croisés avec un chewing-gum. Vous avez peur de vous sentir ridicule? S'il y a une communauté où les gens sont bienveillants et ne jugent pas les autres, c'est bien celle du yoga. Au pire, commencez chez vous avec des vidéos faciles. En plus, le yoga boostant l'estime de soi et l'auto-compassion, il vous aidera à accepter vos limites et à ne plus craindre le ridicule dans quelque domaine que ce soit. 

samedi 19 janvier 2019

Ces autres choses j'ai apprises et qui ont drôlement amélioré ma vie





- Ne me sentir en compétition avec personne d'autre que moi-même (ma soeur, mes collègues, mes amies ont leurs propres qualités, leurs propres défauts et leurs propres luttes; il y aura toujours des gens meilleurs et des gens plus mauvais que moi dans un domaine donné, et on s'en fout parce que la vie n'est pas une épreuve olympique)
- Viser le progrès plutôt que la perfection 
- Avoir confiance en moi 
- Me blinder contre le jugement d'autrui
- Etre consciente de ma chance, et reconnaissante pour tout ce que j'ai plutôt qu'envieuse de ce que je n'ai pas
- Vivre en-deçà de mes moyens (mais pas trop, parce qu'il faut quand même profiter)
- Réclamer l'argent que mes clients me doivent; dire quand j'estime en mériter plus
- Solliciter du boulot sans me sentir humiliée (et ça, c'est très récent...)
- Préférer avoir la paix dans mon couple plutôt que le dernier mot dans les discussions
- Ravaler un trait d'esprit que personnellement je trouve irrésistible s'il risque de blesser quelqu'un
- Ne JAMAIS balancer d'horreurs même sous le coup de la colère (la dispute passera; les mots et la blessure qu'ils ont provoquée resteront)
- Cesser de tenir mes parents responsables pour tout ce qui a foiré dans ma jeunesse
- Savourer les petits bonheurs du quotidien
- Ne pas engager de long débat avec des inconnus sur les réseaux sociaux (en revanche, il m'arrive encore de céder à la curiosité malsaine de lire les commentaires sur des articles polémiques, et le monde me paraît toujours un peu plus moche après)
- Ignorer les injonctions des médias, particulièrement en matière de féminité
- Déconstruire les messages sociaux racistes/sexistes/homophobes
- Remettre mes préjugés en question si on me fournit des arguments valables
- En cas de doute sur le bien-fondé d'une pratique médicale, me référer à la Cochrane Library 
- N'écouter ma mère que d'une oreille distraite et me contenter de "Mmmmh" qui n'engagent à rien quand ce qu'elle dit me fait bondir à l'intérieur
- Utiliser le strict minimum de produits cosmétiques (ma peau me remercie tellement, et mon porte-monnaie aussi)
- Accepter qu'à moins de m'affamer, je ne serai jamais mince - et faire ma paix avec ça; apprécier mon corps tel qu'il est pour tous les services qu'il me rend chaque jour
- Acheter ma taille de vêtements, même si je n'aime pas le chiffre sur l'étiquette (je mérite d'être à l'aise au quotidien plutôt que constamment boudinée dans mes fringues)
- Savoir ce qui me va et éviter le reste (du coup, je porte toujours le même genre de robes, de tops et de chaussures, mais j'ai choisi de considérer ça comme Mon Style)
- Me détacher de la plupart de mes possessions matérielles (la numérisation de la culture aidant vachement)
- Lire sur Kindle (je fais des économies de malade, et je ne vous raconte pas la place que je gagne dans mes bagages)
- Voyager léger (vous avez vu mon sac de Mary Poppins?)
- M'arrêter de boire quand je suis gaie mais pas encore bourrée
- Brancher une prise USB dans le bon sens du premier coup (c'est quand même pas compliqué: faut tourner la jointure vers le bas)


Mon cultivateur de bonnes habitudes

jeudi 17 janvier 2019

Et petit à petit, apprendre à aimer l'hiver





J'ai longtemps détesté l'hiver. Sans aller jusqu'à souffrir de dépression saisonnière, j'avais beaucoup de mal à garder le moral pendant ces quelques mois où je souffrais du froid et du manque de lumière, où je peinais à me lever le matin et avais envie de me coucher avec le soleil en milieu d'après-midi. Je  me plaignais en boucle et vivais les yeux rivés au calendrier, attendant le retour du printemps. Puis vers la quarantaine, comme je sentais le cours du temps accélérer et ma biologie interne ralentir, j'ai eu une sorte de déclic. J'ai commencé à percevoir la beauté de toutes les saisons, à éprouver la nécessité de leur succession, à accompagner ce cycle au lieu de me rebeller vainement contre lui. J'ai collectionné les petits plaisirs spécifiques de l'hiver et développé des stratégies pour pallier ses difficultés. 

mardi 15 janvier 2019

[LIEGE] Génération 80 Expérience





Chouchou et moi sommes nés au début des années 70. Les années 80 sont donc celles de notre adolescence: une période riche en souvenirs et en références culturelles de tout poil. Aussi ne pouvions-nous pas manquer d'aller voir l'exposition qui leur est actuellement consacrée à la gare de Liège Guillemins. Et comme, jusqu'à fin janvier, on peut avoir deux places pour le prix d'une en les achetant sur internet, nous avons voulu en profiter le week-end dernier avant mon retour en France pour les semaines à venir. 

lundi 14 janvier 2019

La semaine en bref #53





Lundi:
★ Je profite des promos de Nouvel An pour m'inscrire à un cours de character design sur Udemy. Je suis super motivée pour dessiner cette année, autant battre le fer pendant qu'il est chaud! 

Mardi:
★ J'ai rêvé que je ratais un avion parce que, bien qu'arrivée hyper en avance à l'aéroport, je ne m'étais pas rendu compte qu'il y avait une correspondance dans mon vol et que la destination à guetter sur les tableaux d'affichage n'était pas celle que je croyais. Je me réveille aussi contrariée que si c'était arrivé pour de vrai. 
★ Au saut du lit, nous filmons une nouvelle vidéo pour ma chaîne IGTV. Je vais finir par m'habituer à ma voix criarde et à mes douze mentons. 
★ Qui a acheté tous les poulets rôtis du Delhaize? Et toutes les pâtes brisées et feuilletées des quatre supermarchés les plus proches de chez nous? On voudrait nous affamer qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Chouchou finit par en dénicher une, mais sans gluten et sans lactose. Faute de grives...

dimanche 13 janvier 2019

[LIEGE] Les brunchs du dimanche (54): Tea Late, chez Alice au Pays des Merveilles





S'il est un univers avec lequel il est facile de m'appâter, c'est bien celui d'Alice au Pays des Merveilles. Je suis allée au maid's café de Tokyo (pas mal); j'ai fait l'escape game de Leavin Room à Paris (génial); j'ai testé le restaurant à Hong Kong (bof). Alors, quand j'ai vu qu'un salon de thé sur ce thème avait ouvert à Liège en octobre dernier et qu'il récoltait de très bons avis, j'ai immédiatement réservé pour le brunch du samedi. 

mardi 8 janvier 2019

Objectifs personnels: se concentrer sur le processus plutôt que sur le résultat





Ayant eu une discussion sur ce sujet hier, je voudrais revenir sur la définition d'objectifs personnels en début d'année. J'ai déjà expliqué dans ce billet pourquoi j'étais adepte d'une routine quotidienne peu contraignante. Aujourd'hui, je vais replacer cette méthode dans un contexte plus large que je pourrais résumer ainsi: il est plus sûr de se focaliser sur un processus qui dépend de vous que sur un résultat hors de votre contrôle. 

lundi 7 janvier 2019

La semaine en bref #52





Lundi:
Mieux qu'hier mais encore patraque, j'annule notre participation à la soirée Rien de Sophie-Grosquick. Puis je m'attelle à  tout ce qui est passé à l'as pendant que j'agonisais sous la couette: nettoyer la cuisine et la salle de bain, refaire mes racines...
★ Le miracle n'a pas eu lieu: nous sommes le 31 décembre, et M ne m'a pas payée. Donc, sur la somme importante que j'attendais, je ne profiterai pas du double avantage de l'année blanche pour les impôts sur le revenu et la cotisation vieillesse. Une différence à quatre chiffres avant la virgule, quand même. Pour une fois que le fisc nous faisait une fleur! 
★ Du coup, Chouchou et moi discutons d'un projet qui s'il marchait bien nous assurerait une certaine indépendance financière. Franchement, je suis super tentée. J'en ai marre d'être toujours la cinquième roue de la charrette aux yeux des maisons d'édition, qui me payent quand ça leur chante alors que je mets toujours un point d'honneur à respecter mes propres délais. 25 ans que ça dure. Je suis usée. 
★ On regarde "The A.B.C. murders", mini-série en 3 épisodes de 55mn chacun, inspirée du roman d'Agatha Christie mais avec une ambiance glauquissime et un Hercule Poirot qui n'a qu'un très lointain rapport avec le détective belge fat et vaguement ridicule dont j'ai dévoré les aventures autrefois. On peut ne pas apprécier la réécriture du passé du héros ou l'introduction d'une composante xénophobe faisant lourdement allusion à l'actualité; pour ma part, j'ai trouvé ça très bien. 
★ Sans rapport aucun: le dip de poivron fumé de Delhaize poutre du pangolin. 
★ J'ai vu passer deux phrases du discours de Macron et j'ai la tension à 75; du coup, je vais éviter de m'infliger la totalité du bouzin. 
★ Comme je refuse de clôturer l'année dans un état d'esprit pourri, à 23h15, je suis sur mon tapis de yoga et je lance une vidéo d'Adriene.