dimanche 20 mai 2018

Harry & Meghan: just married!





La monarchie et le mariage sont deux institutions qui ne m'inspirent aucune sympathie. Et en règle générale, je snobe les événements qui mobilisent les foules devant leur écran - genre Eurovision ou élection de Miss France. A la base, je n'avais donc aucune intention de regarder le prince Harry et Meghan Markle s'épouser hier en milieu de journée. Mais j'en étais au 3ème jour d'une déprime sévère qui me voyait gober du Xanax comme des pastilles anti-toux et envisager de partir élever des chèvres dans le Larzac (où j'aurais peut-être retrouvé mon menton). Du coup, histoire de me changer les idées, je me suis quand même connectée au streaming de France 2 vers 12h30. 

Bien sûr, j'ai commencé par ricaner des chapeaux improbables portés par les invitées, puis par rouspéter contre l'archaïsme d'une règle qui veut que les femmes aient la tête couverte pour un mariage de jour alors que les hommes, eux, peuvent se balader poils de tête au vent. (J'adore les chapeaux et je rate rarement une occasion d'en porter un; la question n'est pas là du tout.) Bien sûr, j'ai levé les yeux au ciel en écoutant l'incontournable Stéphane Bern énumérer les membres de la famille royale au fur et à mesure de leur arrivée - avec une superbe remarque grossophobe sur Fergie et ses filles. 

Mais petit à petit, je me suis laissée prendre au jeu. J'ai un fois de plus été impressionnée par la beauté et la classe d'Amal Clooney - qui à part elle peut porter du jaune aussi bien? Je suis toujours convaincu que c'est George qui a fait une affaire en l'épousant et pas l'inverse. (D'ailleurs, The Guardian ne s'y est pas trompé.) J'ai kiffé de voir que la mère de la mariée avait gardé ses dreads et son piercing de nez. Je me suis émerveillée en voyant débrquer la reine (92 ans) et le prince Philipp (96 ans, récemment opéré); on a vraiment l'impression qu'ils ne vont *jamais* lâcher la rampe. 

Harry est arrivé avec son frère. J'ai repensé au petit garçon de 12 ans très en colère de devoir suivre le cercueil de sa mère devant les caméras du monde entier, au jeune homme un peu turbulent dont les frasques avaient fait la une des journaux (souvenez-vous du coup de l'uniforme nazi), au pilote d'hélicoptère qui avait courageusement servi dans une zone de guerre, au trentenaire engagé dans l'humanitaire et ami des Obama, au prince issu d'une des plus vieilles familles régnantes d'Europe qui avait osé tomber amoureux d'une Américaine divorcée et à moitié noire, et je n'ai pas pu m'empêcher de le trouver quand même très sympathique. En plus, il perd ses cheveux comme les trois quarts des hommes de son âge, ai-je remarqué avec amusement quand la caméra l'a filmé de dos. L'argent et le statut ne protègent pas contre tout!

Meghan est arrivée à son tour, très jolie dans une robe Givenchy épurée mais avec un ravissant décolleté bateau. Depuis l'annonce de ses épousailles, je me suis souvent demandé pourquoi une femme riche et célèbre par ses propres moyens avait choisi de renoncer à sa liberté pour mener une existence soumise à tant de règles et d'obligations. "Par amour", m'ont répondu les romantiques sur Facebook (le romantisme, c'est un peu comme l'instinct maternel: j'étais en train de lire aux toilettes le jour où on a procédé à la distribution; du coup, ça me passe largement au-dessus de la tête). Autres théories évoquées: "Pour combiner leur potentiel humanitaire", "Pour moderniser l'image de la famille royale et booster sa carrière à mort une fois qu'elle divorcera dans quelques années". Même moi, je ne suis pas assez cynique pour penser un truc pareil; la première hypothèse devait donc être la bonne. 

Ce qui est devenu assez évident durant la cérémonie, placée sous le signe d'un amour joyeux qui, tout en respectant les conventions, a assez bien bousculé les habitudes. L'exubérant sermon de l'évêque américain noir était un moment de pur bonheur; je m'attendais presque à ce que les choeurs se lancent dans un gospel à la fin. Mais une version remixée de "Stand by me", c'était pas mal du tout non plus. Et mine de rien, même si elle ne va pas révolutionner le monde à elle toute seule, même si je ne crois pas qu'elle aurait été envisageable au mariage de William, l'inclusivité de cette cérémonie m'a fait chaud au coeur. Pendant qu'aux Etats-Unis, pays de l'immigration et du métissage par excellence, le président fait la chasse aux Rêveurs et la police abat des Noirs qui n'ont pas commis le moindre délit, la reine Elizabeth, incarnation suprême de toutes les monarchies blanches, accueille une métisse dans sa famille et la laisse organiser une cérémonie à son image. 

Alors, oui, ça valait bien la peine d'être un peu émue à la fois par ce symbole et par les larmes discrètes d'Harry, sa façon adorable de se mordre la lèvre après avoir soulevé le voile de Meghan et dit "You look amazing". Oui, ces gens sont ultra-privilégiés et n'ont rien à voir avec moi, mais au moins, ce sont des gens qui utilisent leurs privilèges pour faire avancer les choses dans le bon sens. Je leur souhaite beaucoup de bonheur. 

5 commentaires:

Estelle a dit…

Je n'ai pas regardé le live (ni le replay), mais j'ai vu les photos et ça avait l'air superbe; et comme tu dis, c'est fou de voir les changements d'époque et d'étiquette !

Anonyme a dit…

J'ai adoré !
Ton texte aussi <3
Cette bulle de fraîcheur dans ce monde de brute m'a fait du bien, j'en demande pas plus ;)
Bisous Nad:)

Anneso a dit…

Je partage ton avis de A à Z. Moi aussi,malgré ma méfiance envers la monarchie, même constitutionnelle, et les robes blanches + traînes + enfants de choeur + église,j'ai été touchée et impressionnée. Les Windsor m'ont eue (les salopards!).

Anonyme a dit…

Pour ma part, je ne crois pas vraiment que ce genre d'union va faire long feu. Elle va vite s'ennuyer à mourir et si elle ne se met pas rapidement en quête d'une maternité bien chronophage, notre belle princesse aura vite fait de prendre ses jambes à son cou. Pour l'avoir un peu côtoyé, il n'y a pas une once de spontanéité ou de place à l'épanouissement dans ce beau monde. Un peu contradictoire pour une bonne citoyenne américaine "from the block" pur beurre.

Melle Mars a dit…

Je ne pense pas que ce soit l'amour la principale raison de ce mariage. C'est une actrice, et la plupart du temps, elles recherchent richesse, célébrité et représentation. Tout cela, elle l'obtient avec Harry, mais ne peut pas le garder si elle ne se marie pas :)