dimanche 22 avril 2018

Où aller admirer les jacinthes du bois de Halle manque nous coûter très, très cher





Tous les ans en cette saison, les jacinthes sauvages fleurissent au bois de Halle, formant au pied des arbres des tapis violets considérés comme une des principales attractions touristiques de Belgique. Or je ne les avais encore jamais vues, et Chouchou a désormais un blog photographie à alimenter. Nous avions donc décidé de nous rendre sur place hier, et l'endroit n'étant pas franchement desservi par les transports en commun, nous avions loué une Cambio. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Cambio est un système de voitures partagées que l'on prend à une station donnée et que l'on ramène à cette même station quand on a fini de l'utiliser. C'est très pratique quand on habite en ville et qu'on n'a pas l'usage quotidien d'un véhicule motorisé. 

Hier à 15h45, nous arrivons donc à la station Jourdan pour y prendre la Fiat 500 que nous avons réservée (la même, sans doute, que celle avec laquelle nous sommes allés faire le plein du frigo chez Delhaize ce matin). Sauf qu'entre-temps, elle a disparu. Il arrive que la personne qui a pris une voiture avant vous la ramène en retard, mais dans ce cas, elle est censée prévenir le central, qui à son tour vous prévient et vous propose une voiture de rechange si nécessaire. Bref, tout de suite, nous soupçonnons un problème, et Chouchou appelle le central. Celui-ci l'informe que la voiture que nous avons réservée est stationnée à... 3km de l'endroit où nous nous trouvons, et qu'ils vont tenter de contacter la personne qui l'avait avant nous. 

Un long moment s'écoule. Puis on nous informe que le loueur précédent ne répond pas au téléphone, et que comme c'est samedi et que toutes les voitures sont déjà réservées, le plus proche remplacement qu'on peut nous proposer se trouve à l'autre bout de la ville. Les jacinthes ne seront plus là le week-end prochain; donc, nous acceptons. Et en l'absence de transports en commun menant à la station Vivier de l'Oie, Chouchou a l'idée de prendre une Zip Car - autre système de voitures partagées auquel nous sommes également abonnés, et qui fonctionne un peu différemment de Cambio, puisque la voiture ne doit pas être ramenée là où elle a été prise. En revanche, elle doit être laissée à l'intérieur d'une zone délimitée qui... ne comprend pas le quartier Vivier de l'Oie, comme Chouchou s'en aperçoit en vérifiant sur son iPhone alors que nous sommes arrêtés à un feu rouge. Le plan devient donc: il me dépose à Vivier de l'Oie, retourne garer la Zip Car à la limite de la zone autorisée et me rejoint avec un Villo. Ca commence à devenir très compliqué cette affaire, mais soit. 

J'attends un long moment dans la voiture en me réjouissant d'avoir emporté un bouquin. Mon téléphone sonne: "C'est moi, ne t'inquiète pas, la station Villo de Vivier de l'Oie était fermée, j'ai dû laisser le vélo plus loin et je finis à pied, je suis là dans 3 minutes". 3 minutes plus tard, une Chouchou rouge et paniqué ouvre la portière conducteur à la volée: "J'ai laissé mon cartable dans le coffre de la Zip Car!". Son cartable qui contient son Macbook et son appareil photo, donc. Ses deux outils de travail, que l'assurance ne lui remboursera jamais s'il les perd ou se les fait voler dans ces conditions. Immédiatement, la tension moyenne à l'intérieur de l'habitacle monte à 47. Chouchou tente de démarrer la voiture: impossible. Pendant qu'il s'acharne sur le contact puis tente frénétiquement d'appeler le central, j'ai l'idée de repasser sa carte d'abonnement devant le lecteur installée au coin du pare-brise, ce qui débloque tout. 

Nous voilà partis en direction de la Zip car qu'il a laissée à plusieurs kilomètres de là, et de nouveau réservée par iPhone pour ne pas que quelqu'un d'autre parte avec avant qu'on l'atteigne. La réservation dure 15 mn; nous sommes coincés derrière un bus et nous prenons absolument tous les feux rouges sur le trajet. Chouchou est au bord de l'AVC, et je songe à lui proposer de prendre le volant même si je ne figure pas sur l'abonnement Cambio, mais j'ai mes lunettes de lecture sur le nez et je n'y vois pas grand-chose à plus de 5 mètres. Donc je me contente de dire d'une voix apaisante (alors que je ne suis pas beaucoup plus tranquille que lui) qu'il doit respirer parce qu'un accident de la route serait encore bien pire que la perte de son matériel. Mais très honnêtement, je n'en mène pas large non plus. 

Après ce qui nous semble une éternité, nous arrivons enfin au niveau de la Zip car, et Chouchou peut récupérer ses affaires restées dans le coffre. Plus de peur que de mal donc, mais quelle peur! Et au retour de Halle, il faudra retraverser tout Bruxelles en sens inverse après avoir laissé la Cambio à sa station attribuée. Ca fait dix ans que nous sommes utilisateurs de voitures partagées, et jamais nous n'avions connu une telle galère. Le pire qui nous était arrivé jusque là, c'était que le loueur précédent arrive un poil en retard (rare) ou qu'il nous laisse la voiture avec moins d'un quart de réservoir (alors que le client qui passe en-dessous de cette barre est censé refaire le plein à l'aide de la carte fournie avec le véhicule - et ça, par contre, c'est assez fréquent pour que je rouspète que les indélicats devraient recevoir une amende reversée sur le compte du loueur suivant). Là, je ne sais pas ce qui s'est passé. J'espère que le loueur précédent était juste un nouvel utilisateur qui n'avait pas bien compris le fonctionnement de Cambio. Parce que si tout le monde faisait comme lui, les voitures partagées deviendraient beaucoup moins intéressantes. 

1 commentaire:

Sylvie L. a dit…

Désolée mais j ai ri à un moment.
Et (si il y a prochaine fois) je ferai le lift entre gare et bois de hal (et retour ) avec plaisir si besoin! J ai bien trop de plaisir à te lire depuis des années pour ne pas au moins te proposer ça.