lundi 25 septembre 2017

Celle qui lisait trop




Je n'aurais jamais pensé dire ça un jour, mais voilà: je lis trop. 

J'ai pas mal de temps libre depuis une quinzaine d'années, et j'en ai toujours consacré une bonne partie à bouquiner. Mais depuis le début de l'été, on atteint des sommets. En l'absence de séries à regarder le soir, et parce que j'avais décidé de passer moins de temps devant un écran à cause de mes problèmes d'yeux, je me suis retrouvée au lit tous les soirs vers 20h30, à lire jusqu'à minuit voire un peu plus. En ajoutant les trajets en train où je lis sept heures d'affilée, les pauses-déjeuner où je consacre généralement une demi-heure/une heure à mon bouquin en cours, les après-midi libres où je file lire dans un salon de thé... J'en suis arrivée à descendre un roman de 400 pages par jour en moyenne. Attendez de voir ma liste de septembre, elle est impressionnante.

Et là? Je sature. J'ai l'impression de me fossiliser. Même: je m'ennuie. 

En plus, je sais de moins en moins comment écouler cette énorme quantité de bouquins qu'il n'est pas question que je conserve après les avoir terminés. Samedi dernier, une scène très pénible nous a opposés à un bouquiniste qui sous-entendait plus ou moins que tous ces romans récents et à l'air neuf devaient avoir été volés. Même pour récupérer quelques dizaines d'euros par mois, je n'ai plus aucune envie d'avoir à me justifier de cette façon. La revente sur Amazon Marketplace, que j'ai pratiquée un temps, réclame un suivi assez lourd et engendre de trop nombreux problèmes avec la Poste. Même en supposant que je sois prête à tout donner, je n'ai pas la place de stocker chez nous des centaines d'ouvrages en attendant de lancer une invitation du type "Ce dimanche, passez vous servir dans ma bibliothèque" deux ou trois fois par an. 

Vous me direz que la solution est simple: je n'ai qu'à m'inscrire dans une médiathèque. Sauf que vu la quantité d'ouvrages que je lis, le fait que ce sont pour moitié des romans anglais ou américains et mes aller-retour incessants entre Toulon et Bruxelles, ce serait tout sauf pratique pour moi. Alors, je n'ai qu'à acheter une liseuse et dématérialiser complètement ma bibliothèque - moins cher à l'achat, surtout pour les ouvrages étrangers; moins lourd à transporter en vacances; plus facile pour solliciter des services de presse au nom de l'Annexe. Mais si je fais ça, je me prive de la moitié de mon plaisir de lecture. Sur écran, je n'arrive pas à sentir quoi que ce soit. Mes yeux balaient les mots sans s'en imprégner réellement. La liseuse est un voile opaque qui s'interpose entre moi et mon bouquin; elle me vole son âme.

Ca fait plusieurs jours que je retourne ce problème dans tous les sens sans trouver de solution satisfaisante. Encore une semaine et j'envisage de m'inscrire dans une salle de sport.

(Non, je déconne.)

(Mais il est vraiment urgent pour moi de trouver une autre activité pour occuper mes soirées.)

17 commentaires:

Sunalee a dit…

En Belgique, dans un médiathèque, tu ne trouveras pas de livres. En France oui.
--- juste pour préciser ---


(par contre, tu y trouveras plein de films et de disques, y compris des choses difficilement trouvables par ailleurs - et tu pourras même y boire un thé ou un jus.)

Gasparde a dit…

Tu faisais du crochet et de la broderie à un moment non ? Tu peux peut-être intercaler d'autres activités au milieu de la lecture ? Je trouve que je lis trop aussi, et je vais refaire un peu de point de croix. Voire de tricot, j'ai retrouvé 3 pelotes dans mon placard...

ARMALITE a dit…

@Gasparde: le crochet et la broderie, outre le fait que je ne sais pas quoi faire des ouvrages finis, ça me nique gravement les yeux maintenant que je n'y vois plus rien de près...

Ladypops a dit…

Je ne sais pas comment c'est en Belgique, mais ici, je donne mes livres à la bibliothèque de l'école ou à celle de la commune.

Sinon tu te lances dans la vente de livres secondes mains dans un marché ou dans la création d'une boîte à livre dans ton quartier ;)

Il me semble que tu faisais de l'aquarelle un temps non ? Peut-être que sortir pour faire de l'aquarelle plutôt que quand tu es à l'extérieur ?

Lucy a dit…

Un cours en exterieur de cuisine, photographie, ou autre, en soiree peut être?

The Everyday French Girl a dit…

Donner tes livres à Emmaüs pour te débarrasser de ceux que tu ne veux pas garder ?
Et pour t'occuper le soir... écrire (je crois que tu avais un projet d'ouvrage à publier, mais je ne suis pas sûre) ?

Pascale a dit…

Je t'envie!! Je lis peu en ce moment pas par manque de temps, mais par manque de budget! C'est toujours le poste qui saute en premier chez moi... :-/

Anonyme a dit…

Perso, pour me reposer les yeux, j'aime bien écouter divers podcasts (France Inter, This American Life, Arte radio, et autres). Je peux le faire en faisant autre chose, par exemple en cuisinant ou alors je me pose et je ferme les yeux. Très reposant !
Nadège

Unknown a dit…

Hello,

J'espère que ton problème ne s'est pas passé chez Évasion (sinon je ferai un mauvais quart d'heure à Franco 😕).

Si non, va chez eux.Et recommande toi de notre part (Nath et Nico). Mais ils n'achètent qu'entre 10h00 et 13h00 (pas la même capacité que pèle mêle, où c'est un peu l'usine)

Si l'horaire ne t'arrange pas passe le vendredi après midi chez "Des livres et vous"'au coin de la galerie Bortier pour y déposer tes livres.Nico te les vendra au prix "journaliste" chez eux, c'est des copains. Il ne prendra pas de com' (sa came c'est plutôt les vieux livres, les vieux papiers, la photo...)

Belle journée

Nathalie B

ARMALITE a dit…

@Nathalie: Non, ce n'était pas chez eux, et du coup, le tuyau m'intéresse beaucoup, merci!

Lylou a dit…

Et moi qui suis malheureuse car je ne trouve pas de temps pour lire :'-(

Lady Oscar a dit…

Les livres en anglais, je t'en débarrasse gracieusement (et régulièrement) si tu veux. ;-)

Lylou a dit…

Armalite tu lis trop. Il ne te reste plus qu'à écrire ;-)

ARMALITE a dit…

@Lylou: Encore faudrait-il avoir quelque chose à dire! :-)

Lylou a dit…

J'aime beaucoup lire les conseils des écrivains. Un jour un écrivain a écrit. Quand vous avez un devoir à rendre, si vous n'avez rien à écrire, vous finissez toujours par trouver quelque chose à écrire parce qu'il le faut. A méditer... ;-)

ARMALITE a dit…

@Lylou: Mais justement, il ne le faut pas. Pourquoi devrais-je écrire un livre alors que je n'en ressens pas l'envie?

Lylou a dit…

Par contre si tu n'en ressens pas l'envie il ne faut pas te forcer. La vie est trop courte et parfois trop dure. Il ne faut faire que les choses qui nous font pousser des ailes et nous apporte de la joie dans la mesure du possible ;-)