mardi 8 août 2017

Une semaine à Toulouse #5




Lundi

"Hé ben, avec vous, y'a jamais de restes!". Seigneur, empêchez-moi de répondre: "Oui, mais je ne petit-déjeune pas et je ne m'enfile pas deux plaques de chocolat plus un paquet de biscuits dans l'après-midi; du coup, une cuisse de poulet et une portion de salade de tomates, ça ne me paraît pas délirant comme lunch". 

Il a l'air de faire moins chaud aujourd'hui; je vais mettre ma robe noire en dentelle anglaise bien épaisse entièrement doublée. 

Il fait 74° dans le centre de Toulouse; à peine sortie du parking Jean Jaurès, je commence à ruisseler dans ma robe noire en dentelle anglaise bien épaisse entièrement doublée. Et dire que je dois me trimballer ce gros colis à renvoyer à Spartoo jusqu'à la Poste de la place du Capitole...

...Rectification: jusqu'à la Poste de la place Esquirol, car l'autre est fermée pour travaux pendant les vacances. Vis ma vie de touriste qui aurait plutôt dû partir en vacances à Aurillac.

2 guides de Dublin plus le Lonely Planet Irlande: je pense qu'on est équipés pour préparer le prochain voyage.

Pendant que je fouille avec délice dans la toujours très belle sélection des libraires de chez Ombres Blanches, une voix familière m'interpelle. C'est Kettch, que je n'avais pas dû voir depuis les Imaginales 2015. Parfois, le hasard fait bien les choses (et aussi, le fait que je lui avais personnellement recommandé cet endroit il y a quelques jours). 

Toi aussi, sirote un thé glacé en faisant semblant de comprendre la conversation des deux informaticiens assis en face de toi. Le secret: des hochements de tête à intervalles réguliers et un sourire entendu. 

Nous prenons la rue des geeks et 300 mètres plus loin, nous retrouvons Nekonezumi fraîchement rentrée d'Islande au salon de thé Perlette. J'hésite: le fraise-basilic, ou la Pavlova? Soyons audacieuse - ce sera le fraise-basilic. Qui se révèle un très bon choix, original et peu sucré. 

Le triste club des amis qui ont tous perdu leur père.

Entre la chaleur insensée, le manque d'air et la fatigue, je vais faire un malaise si on ne sort pas très rapidement de ce parking souterrain.

La quiche lorraine de ma mère me brûle le palais au 17ème degré. Ca y est, la malédiction végétario-végane est en marche.

Et en parlant de trucs brûlés au 17ème degré, je ne pense pas que *BIP* soit mort. #GoT

6 commentaires:

Anneso a dit…

Non,j'espère que son Bip va envoyer quelqu'un pour le sauver car il a l'air de l'aimer bien quand même.

Anneso a dit…

Quand à Bip,je ne pense pas non plus , il va être soigné,à moins que les scénaristes n'aient aucune pitié pour nous! (c'est déjà arrivé)

sandradeHannut a dit…

Ils nous ont déjà fait le coup avec le loup.
mais la logique(la vie réelle quoi) voudrait que dans l'eau qui a l'air profonde et avec une armure bien lourde ... bon je sais c'est du cinéma.... donc BIp va survivre ...

avec HOm en attendait le "bisou" entre les deux autres là... la blondasse et le loup ? Non? Oui?

nekonezumi a dit…

Moi non plus ;-)

(et tant que le triste club gazouille plutôt gaiement et profite de la vie, je trouve qu'il s'en sort plutôt bien, allez... pis méfie-toi ou je te hugge au premier prétexte #menace)

shermane a dit…

La robe de la personne en face de toi est, elle aussi, magnifique.

ARMALITE a dit…

Shermane: La personne ne face de moi est la personne au-dessus de toi dans les commentaires :-D Et oui, c'est une très jolie robe!