mardi 29 août 2017

"Game of Thrones": impressions sur la saison 7 (avec des tonnes de SPOILERS dedans)



La septième et avant-dernière saison de "Game of Thrones" vient juste de s'achever, et elle a été plus qu'un peu particulière. D'abord parce qu'on a largement dépassé ce qui est écrit dans les livres, et que l'histoire est désormais une découverte pour tout le monde. Ensuite parce qu'après de longues années à parler de l'arrivée de l'hiver et à voir se profiler la guerre contre les zombies des glaces, on aborde enfin l'affrontement final. Les personnages éparpillés sur deux continents depuis le début convergent les uns vers les autres pour des rencontres très attendues. 

Le spectateur fidèle voit poindre sa récompense à l'horizon et fournit ses prédictions en se demandant lesquelles se réaliseront. Pour l'instant, 50% des miennes sont dans le caniveau, notamment celle qui voulait que l'assaut final serait livré par Daenerys, Jon et Tyrion - celui-ci étant également un Targaryen caché, fruit des amours illicites de sa môman morte en couches - montés chacun sur un dragon. J'attends toujours de voir si Jaime finira par tuer Cersei (dont je pensais qu'elle ne survivrait pas à cette saison) et si Bran wargera dans un dragon, au hasard Viserion pour le soustraire à l'emprise du Night King à un moment crucial. 

Mais revenons aux faits avérés. Cette saison 7 était plus courte que les autres: seulement 7 épisodes, avec toutefois un finale comportant vingt minutes de rabe par rapport à l'habituelle durée d'une heure. J'imagine que c'était un impératif de production. Le problème, c'est que du coup, il a fallu faire tenir beaucoup d'actions décisives en moins de temps que d'habitude, et on a assisté à un phénomème qui a fait ricaner dans les chaumières: la découverte de la téléportation à Westeros. Jusqu'ici, les personnages mettaient une saison entière pour traverser le continent; là, ça leur prend quelques minutes à l'écran et guère plus en temps fictif. 

Non seulement ça viole la suspension d'incrédulité, mais ça entérine la tendance générale de la série à la blockbustérisation sur cette saison 7. Oui, on a eu droit à des scènes d'action plus haletantes que jamais dans "Beyond the wall" (même si de ce point de vue, "Hardhome" reste mon épisode préféré), mais avec un tel mépris apparent pour la logique - Jon Snow qui ne monte pas sur le dragon quand il peut et qui flotte comme un bouchon malgré ses grosses foururres, Tonton Benjen qui surgit du fond de la nuit tel un Zorro du froid juste pour se sacrifier, les White Walkers qui trimballent des chaînes gigantesques juste au cas où... - que le plaisir en était tout de même un peu gâché. 

J'ai personnellement un autre grief vis-à-vis de cette saison: la romance entre Dany et Jon étant quasi obligatoire à ce stade, j'aurais souhaité qu'elle soit un poil plus crédible. Là, on sent à peu près autant de passion entre les deux personnages qu'entre ma bouilloire électrique et mon tapis de bain. Ygritte et Drogo doivent bien se marrer dans l'au-delà. J'attends avec impatience de voir comment Dany réagira en apprenant, un, que Jon est son neveu, deux, que c'est lui l'héritier légitime du Trône de Fer. 

Après, ben... Ca reste "Game of Thrones", et les moments jubilatoires ne manquent pas non plus. Même si les dialogues intimistes ont souvent été sacrifiés à une frénésie de déplacement et d'action, quelques scènes sublimes se détachent nettement du lot. La mort d'Olenna Tyrell était juste magistrale. Celle de Littlefinger (autrefois un de mes personnages préférés, devenu si pathétique depuis deux saisons que je ne pouvais plus du tout le saquer) proposait un superbe retournement dramatique - même si j'étais convaincue depuis le début que Sansa et Arya ne pouvaient pas se laisser manipuler aussi facilement après tout ce qu'elles avaient vécu chacune de leur côté, je ne m'attendais pas à ce que ça se termine ainsi. 

Maintenant, il va falloir s'armer de patience tel un White Walker qui aura mis 7 ans à atteindre le Mur: la huitième et dernière saison, qui ne comptera que six épisodes (mais plus longs que d'habitude), ne sera probablement pas diffusée avant début 2019. D'ici là, soyez super prudents et prenez bien soin de vous - ce serait trop ballot de mourir sans connaître la fin de "Game of Thrones". 

Et vous, vous en avez pensé quoi de cette saison? Qu'est-ce que vous avez aimé ou pas? Des prédictions pour la 8?

6 commentaires:

Sighel a dit…

Je te rejoins sur de nombreux points concernant cette saison : le fait qu'elle ne comporte que 7 épisodes a clairement nui à l'intrigue, qui est devenue à la fois prévisible et illogique dans certains cas. Je n'ai pas du tout aimé le recours à des deus ex machina (dit-on dei ex machina au pluriel d'aileurs ?) gros comme des dragons, notamment l'arrivée de Benjen Stark qui aurait mérité un meilleur traitement. La romance Jon/Dany a été bien trop précipitée à mon goût, Littlefinger a été complètement oublié au point que sa mort n'a pas vraiment de sens de mon point de vue ... Bref, une saison en demi-teinte, même si certains passages valaient vraiment le coup. J'attends la saison 8 pour me prononcer définitivement sur la série !

nekonezumi a dit…

La vision du fort joli fessier de Jon m'empêche encore de penser :-D

(nan, en vrai, il est vrai que tout cela devient beaucoup plus [trop ?] facile, que les ellipses temporelles sont grosses comme des dragons et que le rythme très accéléré laisse parfois sur sa faim; je regrette aussi le passage à la presque trappe de personnages comme Lady Brienne, mais bon sang, le plaisir est là, et le plaisir, ça ne se refuse pas !)

rosaannoma a dit…

Je me passerais en boucle le "oh..." de Sam quand Bran lui révèle qu'il est une corneille, tant sa tête et l'intonation sont excellents. De tous les épisodes, c'est mon moment préféré. Il ressemble à la tête de mes amis qui ne suivent pas GOT et qui assistent parfois médusés à des débats enflammés de fans.
Sinon à aller de surprises en surprises et à multiplier les images impressionnantes de combats, cette série ne m'apporte plus grand chose. Évidemment que je regarderai la dernière saison, mais plus pour boucler un cycle que par réel plaisir. Je me fiche bien de savoir qui gagnera le trône de fer, plus aucun personnage ne me plait vraiment.

Anonyme a dit…

"Non seulement ça viole la suspension d'incrédulité" ET PAS QU'UN PEU !
Coucou les gens, vous êtes sur des rochers au milieu d'un lac, la glace se reforme peu à peu, vous avez un marteau de guerre et une épée enflammée, ça ne vous dirait pas de faire en sorte que la glace ne prenne pas autour de vos rochers ? Non ? Bon, faites comme vous voulez, hein...
Je sors du dernier épisode. J'aimerais BEAUCOUP qu'on m'explique ce que crache ce dragon. De la glace ? Ah, non, peut-être pas, de la glace qui détruit la glace. Au temps pour moi.
Et puis la "romance". Mon dieu. Personne ne m'avait jamais expliqué qu'il fallait se camper devant la porte de la personne convoitée, ne surtout pas dire un mot et conserver un regard sombre. Si j'avais su, j'aurais mis ça en oeuvre depuis longtemps.
Bref, lorsqu'on ajoute les téléportations, la course façon bataille de Marathon et autres choses improbables, j'ai un peu beaucoup l'impression qu'on me prend pour une truffe.

(Après, je ne veux pas non plus tout enfoncer : j'attendais que Jaime se désolidarise de Cersei depuis une éternité, le voir lui tourner le dos m'a fait très plaisir. Et ils m'ont fait peur avec la mention d'huile, j'ai été soulagée qu'on rectifie en disant que c'était de la poix tout de suite, l'historienne en moi qui s'était déjà crispée a soupiré de soulagement ^^)

Mélusine

Lucy a dit…

Oui la saison a été truffée d'incohérences: le chariot avec la baliste qui échappe miraculeusement aux flammes, Jaime et Bron qui nagent en armure sur xxx km, la course folle de Gendry, les téléportations, les chaines pour tirer le dragon. Certains personnages sont passés à la trappe (sans parler des loups). Comme je n'ai jamais aimé le personnage de Daenerys et sa façon de galvaniser les foules en leur promettant de massacrer et piller les Westerosiens et de détruire leurs maisons, je suis déçue par cette love story aussi tiédasse qu'attendue, car évidemment TOUS les hommes doivent tomber amoureux d'elle.
Mais étant du genre fidèle, je regarderai la saison 8, parce que j'espère un happy end entre Brienne et Tormund, même si je me fiche aussi de qui finira sur ce trône de fer.

Anneso a dit…

Mmmouais j'ai l'impression que beaucoup de gens critiquent vertement GOT chaque année: "oui c'est pas terrible finalement,c'est trop lent,trop de blablas,ah nan là c'est trop rapide,trop d'actions,bof bof etc" (bref: ça va jamais) MAIS pour rien au monde ils ne rateraient un épisode donc je me gausse, AHAH.
C'est pareil pour d'autres séries d'ailleurs comme autrefois Dexter ou ces dernières années The Walking Dead.
Néanmoins, ces séries passionnent,déchaînent les passions sur les réseaux sociaux: analyses,théories,critiques sur YT etc ,je crois que c'est donc qu'elles ont quand mêmes plus de qualités que de défauts.

Les problèmes de temporalité sont gênantes ,ce n'est pas faux (surtout le coup de Gendry qui met 2 minutes à refaire un parcours dans la neige qui a pris des heures voire des jours à l'aller et le corbeau qui met 10 secondes à transmettre le message à Daenerys, laquelle en met 3 pour arriver à dos de dragon ,ahahah) mais bon,je n'ai pas cherché la petite bête, ni boudé mon plaisir,je trouve cette série géniale (non mais la mort de Littlefinger,une tuerie-c'est le cas de le dire ;-) avec quelques PETITS défauts que je pardonne et je salue la créativité sans limites de GR Martin et des scénaristes, la réalisation, l'Univers de GOT en général,sans oublier les acteurs qui sont parfaits!

Je mets 4 étoiles sur 5 (oui,je me crois sur Allociné) ,pas 5/5 à cause de cette histoire de temporalité,qui reste un détail pour moi (ils auraient ajouté un 8 ème épisode,ça aurait été réglé mais je crois que c'est le coût des effets spéciaux qui est la cause du raccourcissement de la saison)