mercredi 26 avril 2017

Palmarès des mauvaises raisons de s'abstenir ou de voter blanc au second tour


Dessin: Uderzo

- "De toute façon, Macron va l'emporter, ce n'est pas la peine que je me salisse les mains en allant voter pour lui". La victoire de Macron est à peu près aussi garantie que celle de Clinton pendant les dernière élections américaines. C'est dire si l'argument me rassure. En France aussi, il s'est passé des trucs chelous pendant le premier tour (500 000 cartes d'électeurs émises en double, des tas de radiations injustifiées, dont 80 000 rien que dans le Val-de-Marne...). En France aussi, il est permis de soupçonner que Poutine cherche à influencer le résultat final. Et même si on n'est pas complotiste pour deux sous: malgré la consigne de Fillon, il y a fort à parier que la droite dure votera Le Pen, ou ne votera pas. Si la droite raisonnable et la gauche s'abstiennent aussi, on fera mentir les sondages une fois de plus, et il sera trop tard pour geindre "Si j'avais su" façon Brexiters.

- "Si on élit Macron maintenant, on aura Le Pen en 2022". Donc, comme on ne veut absolument pas avoir Le Pen en 2022, on va prendre le risque de la laisser passer dès aujourd'hui? C'est ça, la formidable logique du truc? Expédier d'abord le dossier le plus chiant? Se forcer à avaler les haricots surgelés vert fluo du FN en espérant que les frites grasses et croustillantes du renouveau gauchiste suivront dans la foulée? Finir par avoir un(e) président(e) d'extrême-droite n'est pas une fatalité. Comment on évite ça? Election après élection, on vote utile au second tour. Même si ça fait mal au fondement. (Ou alors, on estime que le concept de démocratie a fait son temps et qu'il faut une révolution, mais dans ce cas, on n'a pas voté au premier tour et la question de quoi faire au second ne se pose même pas.) Il peut se passer beaucoup de choses en 5 ans. Une troisième guerre mondiale durant laquelle on succombera tous aux radiations nucléaires - ou juste un anévrisme cérébral qui laisserait le FN décapité au moment opportun. Personne ne peut dire de quoi demain sera fait. La seule chose en notre pouvoir, c'est sauver aujourd'hui.

- "Puisqu'on n'a pas eu ce qu'on voulait, vous pouvez tous crever, bande d'abrutis qui n'avez pas voté comme nous". Ne ricanez pas, je l'ai vue passer une bonne douzaine de fois sur mon mur Facebook - et encore, j'évite de lire les statuts des Mélenchonistes fanatiques en ce moment. Je ne vais pas me faire que des amis sur ce coup-là, mais tant pis: de mon point de vue, cette réaction est digne d'un enfant de 5 ans qui pique une colère parce que ses parents viennent de lui refuser un paquet de Haribo à la caisse de Carrefour (histoire de poursuivre dans les métaphores alimentaires), ou du jeune Pépé d'"Astérix en Hispanie" qui s'arrête-de-respirer-jusqu'à-ce-qu'il-lui-arrive-quelque-chose quand on ne cède pas à ses caprices. Et, oui, j'ai conscience qu'une société meilleure, c'est un enjeu largement supérieur à une poignée de bonbons. Raison de plus pour avoir une réaction mature quand il nous passe sous le nez, et continuer à se battre pour ce qui peut encore être obtenu au lieu de sombrer dans le nihilisme.

- "Pour moi, Macron et Le Pen, c'est kif-kif et bourricot". Si vous avez prononcé cette phrase, vous êtes probablement blanc et hétérosexuel avec un nom à consonance bien française, et vous n'en avez rien à foutre de ce qui arrivera aux minorités vulnérables. Auquel cas, je n'ai pas de mots assez forts pour vous dire mon mépris (vous pouvez sortir en claquant la porte du blog, merci, bisous). Ou bien, vous pensez que ça ne sera pas si grave que ça - et je vous enjoins à vous pencher quelques minutes sur ce qui se passe aux USA depuis que les racistes homophobes décomplexés, se sentant légitimisés par un gouvernement qui abonde dans leur sens, s'en donnent à coeur joie en harcelant, en tabassant et en tuant impunément cha-que-pu-tain-de-jour. Vous avez raison sur un point: quel que soit le vainqueur du second tour, on en (re)prend pour 5 ans de bagne sur le plan économique. Du coup, autant sauver les meubles sur le plan social. Quand l'idéalisme a échoué, il ne reste plus qu'à opter pour le pragmatisme. 

Moi aussi, je suis plus que dégoûtée par le choix de mes concitoyens (à Monpatelin, Le Pen, Fillon et Dupont-Aignan ont récolté 63% des suffrages à eux trois - ça fait peur). Moi aussi, je rêvais qu'on foute un grand coup de pied dans les couilles du capitalisme qui n'en finit plus d'écraser la classe moyenne et de bousiller l'environnement. Mais je ne fais pas partie de la majorité sur ce coup-là. Bien que ses raisons m'échappent, la classe moyenne a signé pour continuer à morfler jusqu'au moment où elle cessera enfin de rejeter la faute sur plus malheureux qu'elle et de voter pour ses oppresseurs. En attendant cet éclair de lucidité salutaire, je refuse de me confire dans un orgueil stupide autant qu'égoïste.

Je vais voter Macron la mort dans l'âme, pas pour moi qui n'ai rien à y gagner et qui vomis les convictions néolibérales du bonhomme, mais pour toutes les catégories de population hyper vulnérables qui souffriraient atrocement d'une présidence FN. Après ça, je voterai écolo aux législatives; je protesterai par tous les moyens à ma disposition si on veut faire passer des lois iniques; je continuerai à essayer d'avoir au quotidien un comportement aligné avec mes valeurs et d'utiliser cette modeste plateforme qu'est mon blog pour propager mes idées. Je ne suis pas naïve: je sais que ça ne suffira pas à provoquer la révolution populaire bienveillante dont nous aurions grand besoin. Mais puisque c'est tout ce que je peux faire, alors, je vais au moins faire ça. Et vous?

34 commentaires:

Anneso a dit…

Bon ben pareil!

Leo a dit…

J'avoue que j'ai beaucoup hésité. Mais pas entre Le Pen et Macron hein. Je suis peut-être blanc mais très clairement dans les minorités LGBT+ (trans et pas très hétéro), futur prof donc pas non plus ultra-privilégié d'un point de vue économique, et neuroatypique (c'est un mot compliqué pour dire autiste, donc catégorie handicapé, section mental). Mais entre voter Macron et ne pas voter, j'hésite encore. J'ai vraiment l'impression que quoi qu'il se passe je vais devoir soutenir un candidat que je vomis (les deux me font le même effet, même si dans les faits Le Pen est pire) et ça me rebute complètement.

Mais au final, après avoir lu quelques articles, c'est l'argument "depuis Trump il y a de plus en plus d'agressions à motivations racistes" qui m'a fait me décider à peut-être aller voter Macron (à très contrecoeur). Concrètement ça changera rien pour moi et j'ai peur de ce qu'il pourrait faire à des tas de niveaux mais au moins ça emmerdera Le Pen et les fachos et c'est déjà pas mal.

ElanorLaBelle a dit…

Non, Marine Le Pen et Emmanuel Macron ne sont pas pareils. Le FN, c'est ce mouvement écoeurant, raciste, homophobe (et j'en passe). Mais pour moi EM est aussi un dictateur en puissance, pas bienveillant pour un sou, et dangereux pour les libertés individuelles. Ce n'est pas seulement de part sa politique économique et écologique que je ne voulais pas de lui comme président, mais aussi pour son profond mépris des gens et de la démocratie. C'est justement la légitimisation d'un tel homme qui m'empêche de voter pour lui. Autant les idées du FN me font vomir, autant je ne peux pas me résoudre à glisser un bulletin macron dans l'urne.
Au même titre que je ne critique pas ceux qui décident de voter macron pour contrer le pen, j'estime que ne choisir aucun d'entre eux ne fait pas de moi une raciste. Je refuse qu'on me mette au même plan que quelqu'un qui mettra un bulletin Le pen dans l'urne. Je refuse qu'on me culpabilise sur un choix qui fait parti de mes droits de citoyens. Je refuse qu'on me dise que si je ne fais pas barrage, je suis égoïste et que je ne pense pas aux minorités. Voter blanc, c'est le seul choix que me dicte MA conscience et je serais encore là à me battre après ces élections, pour une justice sociale et écologique.

Stella a dit…

Oh tu n'imagines même pas à quel point je suis heureuse de lire un article comme celui là! MERCI!
Ouf, il n'y a pas que des tarés.

Le truc qui m'énerve le plus, mais à un point, c'est les gens qui veulent voter blanc/ s'abstenir mais qui refusent d'admettre que dans ce cas là, ils favorisent le vainqueur quel qu'il soit! On peut avoir toutes les raison du monde, de voter blanc/ s'abstenir, le calcul final c'est mathématique et ça changera pas! NON ce n'est pas une opinion c'est un fait! Je veux bien faire l'effort d'essayer de comprendre qu'on vote blanc, à un moment faut accepter que ne pas choisir est un choix et que ce "non choix" a un impact et que donc on a une responsabilité! Mais bon, ce n'est que mon opinion!

ARMALITE a dit…

Leo: Honnêtement, si j'étais "trans et pas très hétéro", comme tu te définis, je courrais voter contre Le Pen. Y'a pas que les agressions racistes qui sont en hausse aux USA depuis l'élection de Trump...
Elanor: Hé bien même si je ne suis pas du tout d'accord avec toi pour le coup, merci d'avoir pris la peine d'écrire ce long commentaire pour expliquer ton choix.

nelly poipoi a dit…

et moi sinon je laisse ça là pour compléter.
http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/le-front-national-gagnera-la-presidentielle-et-il-n-y-aura-pas-de-billet-retour-693372.html

Miss Zen a dit…

Bien torché ton billet. Je ne vote pas en France mais oui j'irais voter Macron parce que je ne crois pas du tout qu'il a déjà gagné, loin de là....

Marc a dit…

Bonsoir,

Le Pen utilise toutes les ficelles pour monter les gens les uns contre les autres ( Il suffit de penser à notre tendre enfance où on mettait les roux, les gros, les différents de côté car on leur trouvait toutes les tares possibles ). Le Pen utilise les mêmes grosses ficelles et hélas, sans analyser ce qu'elle dit, ça fonctionne. Elle adore proposer des boucs émissaires à la vindicte populaire. Pour l'instant, ce sont les immigrés, et quand elle aura arrêter l'envahisseur, elle va s'en prendre à qui ? Les roux, les gros ( voir plus haut ) ? Et puis après ?

Elle veut aussi favoriser les produits français. Je suppose donc qu'elle va taxer les produits d'importation ? Si elle s'imagine que l'Allemagne va accepter de payer des droits de douane pour faire entrer ses produits en France, je pense que Peugeot, Renault, les viticulteurs, ect... vont aussi avoir un peu de problème pour vendre leurs produits.

Je ne suis pas économiste, mais quitter l'Euro et l'Union doit couper un rein ( et probablement les deux ). L'euro doit être le roux et l'union le gros.

Dernier commentaire pour ce soir. Depuis que je suis sur cette terre, je passe mes vacances en France, si Le Pen devenait présidente, je ne voudrais pas venir voler les locations aux français, occuper scandaleusement leurs restaurants et user leurs routes. Je partirai ailleurs.

Bonne soirée,
Marc

Marc a dit…

Euh.. pas "couper un rein" mais coûter :)

Clarisse a dit…

Excellent article!
Il est dommage de se dire que tous ces arguments doivent être rappelés et expliqués, qu'ils ne vont pas de soi, mais puisque c'est le cas, autant le faire brillamment!
Je ne vote pas en France, et ne suis donc familière que d'un mode de scrutin proportionnel, mais en effet, voter blanc ou s'abstenir risque fort de favoriser Le Pen, car ses partisans, eux, ne s'abstiendront pas!

Jud a dit…

J'essaie de calmer mon esprit avant de déposer un commentaire afin de ne pas tomber dans les travers que je vois tous les jours sur internet depuis le 1er tour et qui apparaissent encore dans ton article : la haine / le mépris / la violence / la culpabilisation, et toutes ces agressivités qui sont jetées chaque jour au nez de celles et ceux qui réfléchissent différemment de vous. La colère, ça se comprend, mais ça se maîtrise aussi, pour permettre le dialogue apaisé.
Ceci explique peut-être cela, mais vu le peu de bienveillance que ces commentaires, comme ton article, dégagent, je comprends comment la France en est arrivée à un deuxième tour Le Pen / Fillon. On a oublié comment prendre soin les un-e-s des autres, comment s'aimer et se respecter. Quand je lis ton article, je ne vois aucun sentiment positif, juste un venin craché à la tête de celui ou celle qui se pose des questions sur le fonctionnement de notre système représentatif et sur les monstres politiques qu'il créé.
C'est le vote des français, personne n'y peut rien, et surtout pas celles et ceux qui s'abstiennent. Les deux candidat-e-s et leurs militant-e-s ne me convainquent pas, parce qu'ils et elles ne prennent pas en compte les demandes du reste de la société. Macron ne compte que sur le rejet du "encore pire" quand il devrait construire du positif.
Pour ma part, j'ai fini par me résoudre à voter Mélenchon au premier tour, sans être franchement convaincue, après beaucoup d'hésitation à m'abstenir. Je ne crois pas en ce système qui s'entretient, je me suis dit que c'était peut-être une possibilité de changement. Mais je ne peux pas aller totalement à l'encontre de mes convictions pour cautionner un système qui permet la montée du FN pour rester au pouvoir. Ce n'est pas de la fierté, c'est de la cohérence. Après plusieurs années de travail sur mon mode de vie, d'actions de désobéissance non-violente pour défendre la planète, d'engagement militant auprès d'associations, après du travail de terrain, au seul moment où mon pays me donne la possibilité de m'exprimer, je devrais donner ma voix (vous vous rendez compte de la portée de cette expression ?) à quelqu'un qui renie tous les principes qui m'animent ?
Voilà, une fois de plus, je me sens obligée de me justifier, parce que mes concitoyen-ne-s ont décidé que je devais être dépourvue de cerveau pour agir ainsi, m'ont insulter ouvertement, m'ont piétiner et ont dégueuler leur message de haine sur mes idéaux. Là, ça vous semble peut-être violent, mais je vous assure que c'est le message qui est nous est envoyé via des mots comme les votre. Alors qu'une fois de plus, on a besoin de bienveillance, et la planète a besoin de soutien. Pas de ça.
J'ai été un peu longue mais mon coeur est blessé de voir que, au-delà d'un second tour aussi répugnant, le système actuel a réussi a voler toute empathie entre ses citoyen-ne-s.
Belle journée malgré tout, le soleil est toujours derrière les nuages.

ARMALITE a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
ARMALITE a dit…

Jud: Ma bienveillance et mon empathie, je les réserve aux gens qui vont se faire littéralement TUER si Le Pen arrive au pouvoir. Pas à ceux qui auraient le pouvoir d'empêcher ça et qui refusent de l'utiliser.

Jud a dit…

ARMALITE : c'est justement pour ça que ça marche pas et que tous les 5 ans ça recommence, tu ne crois pas ? J'ai l'impression qu'on est en train de perdre le contrôle.
Ceci étant, quels que soient nos choix, si Macron passe, tu penses à quoi pour la suite ? Je veux dire, concrètement ? Je suis preneuse de bonnes idées, si j'en crois ce que tu dis, tu ne soutiens pas ses choix, alors on a une lutte à organiser ! On commence à l'imaginer, plutôt que se foutre sur la tronche ?

Jennyfleur rêve le vent a dit…

Depuis hier, je cherche mes mots pour ne pas te blesser mais je n'y arrive pas.La diplomatie ne fait pas parti de moi. Alors je m'abstiens... (tiens donc...).
Cependant, un grand merci à Jud pour ta réponse explicite et qui me correspond tout à fait.

ARMALITE a dit…

Jud: Qu'est-ce qui recommence tous les 5 ans? La présence du FN au second tour des élections? Ben non: il n'était pas là les deux dernières fois. Le fait que les électeurs de gauche sont toujours déçus? Je pense que les électeurs de droite le sont aussi généralement (les très riches mis à part), pour la bonne raison qu'il n'y a pas de moyen de contenter tout le monde. La raison pour laquelle la classe moyenne - de loin la plus nombreuse - s'obstine à voter contre ses propres intérêts reste un mystère pour moi, mais je peux difficilement l'obliger à faire ce qui me semblerait plus intelligent. Et tant que les gens croiront à la soupe servie par TF1 et le reste des grands médias, rien ne changera. Je n'ai pas de baguette magique pour forcer les gens à être raisonnables, à s'aimer les uns les autres, à partager équitablement les fruits du travail.

ARMALITE a dit…

Jenny: Je vois que tu as été plus rapide que moi pour te virer de mes contacts Facebook. Bonne continuation.

Jennyfleur rêve le vent a dit…

Tu auras eu au moins le mérite de me faire rire aujourd'hui !😁
Bonne continuation aussi !

Jud a dit…

ARMALITE : Je parlais du système qui s'entretient, qui fait monter la peut, qui monte les gens les un-e-s contre les autres, et on fonce tête baissée. Ce qui m'inquiète, avec ce que je vois passer en ce moment de tout côtés, c'est que même les gens qui ont l'air de réfléchir se mette à utiliser la violence (verbale, mais quand même) pour convaincre les autres. Et je crois que ça ne marche pas, et que ça pourrit ce qui ne l'était pas encore. Je te suggère d'aller faire un tour du côté de la communication non-violente (que je ne pratique pas à proprement parler, car je n'en connais pas les ficelles théoriques, mais qui m'inspire).
Pourquoi les gens agissent comme ça ? Bonne question, évidemment, et difficile à résoudre. Peut-être par confort par certain-e-s, par défi pour d'autres, par besoin de changement... Mais aussi peut-être parce que le système est si bien foutu qu'il arrive à faire avaler tout ça, à nous faire craindre le FN au pouvoir pour pouvoir être encore et toujours élu, à acheter les grands médias et à faire croire aux Français-e-s qu'il faut voter utile par les sondages ? Combien de personnes ont voté par conviction, réellement, au premier tour ?
Et ce qui me pose questions aussi, c'est toutes ces agressions dirigées envers celles et ceux qui envisagent de s'abstenir ou de voter blanc, qui ne prennent pas en compte ce que font vraiment ces personnes, je veux dire, hors période électorale. C'est pour ça que je te demande ce que tu envisages pour la suite. Car si la réflexion et l'engagement politique s'arrête aux élections, ne penses-tu pas que le vote Macron soit un problème ? As-tu commencé à réfléchir à la suite, à garder de l'énergie pour faire entendre - réellement cette fois - ta voix, une fois qu'on sera dans la panade (avec l'une ou avec l'autre !) ? J'ai peur que beaucoup de gens s'épuisent à convaincre, par quelque insulte, intimidation, culpabilisation que ce soit, celles et ceux qui ne veulent choisir ni l'une ni l'autre et qu'après, on ne soit plus qu'une poignée pour dire qu'on n'était pas d'accords avec tout ça. Alors honnêtement, c'est pas une histoire de magie, mais juste : on fait quoi après ?

ARMALITE a dit…

Jud: Oui, le système s'auto-entretient, bien sûr, comme tous les systèmes: il met en place les mécanismes de sa propre survie. Et je n'ai pas de solution miracle pour après - sinon, tu penses, je l'aurais mise en pratique depuis belle lurette et on n'en serait pas là! Je ferai ce dont je parle dans le dernier paragraphe de mon article, car pour moi l'engagement politique c'est une manière de vivre au jour le jour, en mettant en pratique les valeurs qu'on prône (pas la diplomatie, donc, comme tu t'en doutes ^_^), notamment dans la manière de consommer car je crois assez fort au pouvoir de l'argent, mais aussi dans le fait de militer pour les droits des femmes et des racisés ou quelques autres causes qui me touchent particulièrement. Je ne vois pas trop ce qu'il est possible de faire d'autre à part couper des têtes (assez mal vu globalement, et je ne pense pas que je m'épanouirais beaucoup en prison) ou s'engager en politique (autre mauvaise idée me concernant comme on peut s'en apercevoir assez rapidement ^_^).

Jud a dit…

ARMALITE : Un dernier et j'arrête, car je monopolise l'espace commentaires de ton blog, même si la discussion devient intéressante !
Effectivement, je te rejoins sur ce point : la politique c'est tous les jours, à différentes échelles. La consommation est évidemment un grand pouvoir dont les citoyen-ne-s ne se saisissent, selon moi, pas suffisamment ! Je n'ai pas non plus de réponse miracle, et je ne pense pas que ça existe, mais j'ai, comme beaucoup je crois, l'envie que ça ne s'arrête pas là.
Alors j'envisage de pousser encore un peu plus dans mon mode de vie, travailler sur l'autonomie alimentaire, quitter la ville pour la campagne, en apprendre plus sur la permaculture et l'appliquer, organiser un espace collectif où tout le monde pourrait venir apprendre (donner et recevoir), continuer à aider des lieux de débats et d'alternatives (comme le bar de mon collectif, même si je déménage), continuer et intensifier ma participation à des actions de désobéissance civile non-violente (je ne crois pas qu'on soit obligés à couper des têtes pour se faire entendre !), à soutenir les projets des copains/copines, créer du réseau entre les différentes organisations qui se mettent en place, et être là quand il y a une menace, pour faire face, ensemble. On a plein de moyens d'agir, de se relier, et de jouer le rapport de force. Je veux y croire et rendre ça possible. Et je pense que l'une des choses importantes, c'est de continuer à discuter, même si on n'est pas d'accords avec l'autre, être capable de l'écouter, de le respecter, se faire confiance, bref, tu vois où je veux en venir ;-)
Ravie d'avoir échangé quelques mots avec toi, bonne continuation et quoiqu'il en soit, sois sûre que tu me retrouveras si jamais on doit défendre nos droits, qui que ce soit au pouvoir !

ARMALITE a dit…

Oh, et puis aussi: FI a fait 20% au premier tour. C'était pas tout à fait assez pour accéder à la finale, mais c'était un bel élan. Si cet élan (alimenté par les législatives) se poursuit, dans 5 ans, FI pourrait cette fois accéder au second tour face à un candidat de la droite classique, et ce d'autant plus que Le Pen se sera pris une grosse claque en 2017. Alors que si on la laisse passer cette fois, il n'est même pas sûr qu'il y aura encore des élections dans 5 ans.

Rozie a dit…

Bonjour,

Je découvre ton article via la Une de Hellocoton aujourd'hui :).

Pour ma part, j'ai été abstentionniste, pour tout un tas de raisons qui me sont propres, au premier tour. Si jamais tu souhaites connaitre mes raisons, n'hésites pas à passer sur mon article "je n'irai pas voter." Je serai ravie d'ouvrir la discussion avec toi !

Je commente ici pour dire que les raisons des abstentionnistes et des votes blancs ne sont pas forcément ceux que tu cites, et ceux que tu crois. Je ne sais pas encore si je vais voter au second tour, et je choque beaucoup, beaucoup de monde.

Mais aucune des raisons sus-citées ne motive mon choix. Comme le dit une autre personne, c'est le problème d'une pensée différente. Je crois que nous sommes conscients que mathématiquement, notre "non" choix profitera de toute façon au vainqueur, aux extrêmes, mais nous sommes dans d'autres considérations.

Il ne s'agit pas d'égo, d'égoïsme, ni de rien de tout ça ...

Il s'agit d'éthique. Une révolution pacifique, si tu me permets d'utiliser ces termes. Nous ne choisissons pas entre deux personnalités qui feront plus de mal que de bien, bien que, je te l'accorde, l'un serait pire que l'autre. Nous espérons que notre non chois poussera les politiques et l'Etat à mettre en doute la légitimité du gagnant et à se refuser de nous obliger à être gouvernés par un de ces deux-là.

C'est utopiste ? Peut-être, oui. Mais comme je le dis, si finalement je choisis l'abstention ou le vote blanc, et que rien de tout ça n'arrive, je ne m'arrêterai pas là. J'irai me battre dans les rues pour qu'on n'enlève pas à mes frères et soeurs leurs droits et leur liberté. Je suis jeune, blanche, hétéro, mariée et bien française, mais je me sens particulièrement concernée et absolument pas en sécurité. Quelque soit l'issue de ce scrutin, il sera mauvais et je suis morte de trouille.

Je respecte ta pensée, et ton choix. Tu fais un effort incroyable pour tes convictions, pour faire ce que tu penses de mieux. Je te dis bravo pour ça.

Mais j'espère que tu accepteras l'idée que moi aussi, même si je choisis un autre chemin que le tien, je fais de mon mieux pour nous, pour l'avenir de notre pays. Et je continuerai de le faire après l'élection, et je serai là pour soutenir toutes les minorités menacées quand il le faudra.

J'ai encore 10 jours pour peaufiner mon avis, mon choix, et peut-être en changer. Rien n'est fixé. Mais faisons tous preuve de tolérance les uns envers les autres :).

Je te souhaite une belle fin de journée !

Uranie a dit…

Enfin quelqu'un de censé qui réfléchit deux secondes à ce qu'une présidence FN pourrait faire sur le pays (et aussi sur l'Europe, voir le monde en général). Enfin quelqu'un qui ne pense pas qu'à soi mais qui voit loin.

Et pour ça, merci infiniment !

Glen Runciter a dit…

Merci ! Merci pour cet texte sur lequel je tombe par hasard, et qui résume enfin, de bout en bout, ma pensée, quand de mon côté je n’arrivais pas à la formuler.
Depuis dimanche je suis consterné, je cherche à comprendre, mais non, je ne saisis pas la logique des abstentionnistes / votes blanc alors même que presque tous s’accordent à dire que Le Pen est pire que Macron. Je ne comprends pas. Le pire, et ça se vérifie encore dans certains commentaires ici, à les lire on a l’impression qu’ils sont « extérieurs » au sujet. Que parce que leur candidat n’est pas au second tour ce n’est plus leur problème, voire même qu’en votant blanc aucun des deux ne passera… Je vous rejoins sur l’analyse de l’enfant capricieux. Ou à l’égo mal placé. Ou tout simplement qui n’ose pas s’avouer qu’il préférerait Le Pen à Macron. Je ne trouve pas d’autre explication. Enfin si, une : ils sont persuadés que Macron passera même sans leur vote. Mais ils jouent avec le feu dans ce cas. Quel que soit ce qu’on pense de Macron, et c’est là tout le nœud du problème, quel que soit la débectation qu’on a envers lui, du moment qu’on considère que Le Pen est pire alors il ne devrait pas y avoir débat.
Je n’arrivais pas à mettre le bons mots dessus, alors j’ai pensé à une comparaison. Non pas que je veuille infantiliser le débat, mais c’est parce que je ne trouve pas de moyen d’expression plus clair : pour moi leur attitude s’apparente à de la non-assistance à personnes en danger. Des gens qui voient un drame venir, mais qui refusent de prêter main forte. J’imagine un père dont le fils se droguerait depuis des années, qui lui ferait la leçon sans arrêt, serait dur avec lui, et qui un jour rentrerait chez lui et surprendrait son enfant faire une over dose. Et qui ne ferait rien, sous prétexte qu’il l’avait bien prévenu. Inenvisageable ? Oui. Dans les faits, le père sauve son fils et ensuite cherche à régler son problème de drogue plus en profondeur. Pour moi c’est pareil ici : on évite le pire, et ensuite on se bat.

Melgane a dit…

Dire "de toute façon Macron passe" c'est compter sur les autres pour faire le boulot. Sauf que si tout le monde pense comme ça, bah la Le Pen, elle passe !

La logique du deuxième argument m'a aussi choquée ! Je ne comprends pas... j'ai lu "à quoi ça sert d'avoir Macron maintenant si c'est pour avoir Le Pen dans 5 ans ?" ben... euh... c'est une vraie question ? Nan parce qu'on peut aussi décider de gagner 5 ans au lieu d'en perdre 5...

"Si vous avez prononcé cette phrase, vous êtes probablement blanc et hétérosexuel avec un nom à consonance bien française, et vous n'en avez rien à foutre de ce qui arrivera aux minorités vulnérables." : si seulement ! Je connais des Mélenchonistes qui disent ça ! Je crois qu'au fond ils ne veulent juste pas voter pour quelqu'un en les idées duquel ils ne croient pas (ce qui est tout à fait respectable) et essayent de trouver des excuses... car oui, à ce niveau-là ce sont pas des arguments, ce sont des excuses... Après, ils font ce qu'ils veulent tant qu'ils sont au clair avec leur conscience... si Le Pen passe ça ne sera pas que de leur faute : ça sera un échec collectif.

Tu en veux une bonne de mauvaise excuse que j'ai vu passer pour pas voter Macron ? C'est presque pire que l'abstention, t'es prête ? Je cite : "Je pense voter Le Pen parce que je préfère avoir une raciste qu'un banquier, au moins le racisme tu peux le combattre".

J'ai l'impression, à entendre toutes ces excuses, que les abstentionnistes (Mélenchonistes le plus souvent, faut préciser) se sont fait laver le cerveau tout en pensant être les nouveaux déniaisés du siècle. En témoignent les "vive le pays des débiles" et autres "le courant s'est éteint au pays des lumières" sans compter ceux qui nous accusent sans équivoques d'avoir voté pour le produit des médias... Sans doute qu'ils croient vraiment avoir des arguments en béton mais moi, leurs excuses, elles me terrifient !

Lanoetherienne a dit…

Bonjour, j'ai lu l'article en espérant être convaincue de voter Macron mais ça n'a pas marché dsl. Depuis dimanche, je suis coincée, j'ai très envie de voter contre Le Pen mais j'ai un gros souci je ne veux PAS du tout que Macron soit président. Donc, dites-moi, je fais quoi??? Pourquoi pas Macron, parce qu'il en a rien à foutre du peuple (les 99% par opposition au 1% qui détient tout) que l'écologie, visiblement ça le concerne pas et que l'europe, visiblement il veut continuer celle qui coule la grèce, l'espagne et l'irlande (et nous aussi au passage). Donc allez-y, faites moi une belle liste pour essayer de me culpabiliser et de me dire que Le Pen c'est pire, mais pire que quoi au final???
Je n'ai pas de solution, je cherche...

ARMALITE a dit…

Je connais déjà les défauts de Macron, je ne les nie pas, et j'ai déjà expliqué dans l'article pourquoi Le Pen est largement pire. Si la perspective du traitement qui sera infligé aux racisés et aux homos + la remise en cause de nombreux droits des femmes n'est pas un argument suffisant pour vous, je ne vois rien à ajouter. Sauf peut-être qu'avec Macron, on pourra revoter pour changer de président dans 5 ans. Avec Le Pen, c'est pas sûr du tout. Les dictateurs fascistes se débrouillent généralement pour ne pas lâcher le pouvoir une fois qu'ils le détiennent.

Anonyme a dit…

Ce que je trouve dingue, c'est que tout le monde s’énerve sur le sujet des élections et puis, le nouveau président (quel qu'il soit) va arriver et tout le monde va à nouveau se désintéresser de la politique pendant 5 ans..

En fait, ce qu'il faudrait à la France, c'est le vote obligatoire, les gens seraient quand même obligés de se déplacer jusqu'au bureau de vote et je suis sure que ça changerait le résultat des votes..

ARMALITE a dit…

Je ne suis pas pour le fait de rendre le vote obligatoire. Et malheureusement, si Le Pen passe, y'a des tas de gens qui ne pourront pas se permettre de se désintéresser de quoi que ce soit. (Vu le nombre de manifs qu'il y a eu pendant le quinquennat Hollande, je ne pense pas non plus qu'on puisse accuser les Français de ne pas s'être mobilisés pendant cette période!).

Unknown a dit…

Vous allez pas m'obliger de voter Macron. Tu votes Macron si tu veux poto, mais moi je vote pas Macron. Je vais voter blanc, et si assez de gens votais blanc, on pourrait montrer que celui ou celle qui a été élue a été élue par defaut et qu'il n'a pas l'appuis de la population.

ARMALITE a dit…

Et elle fera quelle différence, concrètement, votre démonstration? Aucune. Une fois les fachos au pouvoir, ils y resteront, qu'ils aient été élus à dix voix près ou à dix millions.

Anonyme a dit…

"Le truc qui m'énerve le plus, mais à un point, c'est les gens qui veulent voter blanc/ s'abstenir mais qui refusent d'admettre que dans ce cas là, ils favorisent le vainqueur quel qu'il soit! On peut avoir toutes les raison du monde, de voter blanc/ s'abstenir, le calcul final c'est mathématique et ça changera pas! NON ce n'est pas une opinion c'est un fait! "

Peut-être avez-vous besoin de revoir vos mathématiques.

Si dans un verre, plusieurs personnes versent jusqu'à 30cl d'eau. Et que dans un deuxième verre, d'autres versent 25cl d'eau. Les personnes qui passent devant les verres sans rajouter d'eau, sont-elles responsables qu'un verre en contienne 30cl, et l'autre 25 ?

Sérieusement ? On en est vraiment à ce stade de propagande généralisée de culpabilisation et de manipulation du peuple, pour que certains en arrivent à accuser ceux qui ne voteront jamais Le Pen de voter Le Pen, parce qu'ils n'ont pas voté Macron ?

Anonyme a dit…

Merci. Je n'en peux plus des gens qui ne comprennent pas que c'est une bonne partie de mon avenir concret qui sera drastiquement changé selon l'un ou l'autre candidat (en tant que lesbienne). Entre (peut être) pouvoir avoir un enfant facilement en France avec ma femme et me voir refuser le droit de me marier, vivre dans la peur, c'est kif kif ? Ça me rend malade de constater que tant de gens ne réfléchissent pas plus loin que le bout de leur nez... Et ce n'est parler que de moi... Alors que tant de gens seront dans une situation pire encore...